Édition Internationale
Édition Internationale

Tourisme médical : une pratique à risques mais très tendance

Par Aurélie Billecard | Publié le 01/04/2021 à 18:00 | Mis à jour le 01/04/2021 à 18:00
un homme se fait injecter du botox

Le tourisme médical est une pratique de plus en plus courante et séduisante. Chaque année, des milliers de Français partent à l’étranger pour avoir recours à une opération de chirurgie esthétique, qui peut pourtant être dangereuse.

 

Le tourisme médical consiste à se faire soigner dans un autre pays de résidence pour bénéficier de soins à prix faibles. Des milliers de Français partent chaque année à l’étranger pour y avoir recours, alors qu’il peut présenter des risques : choix du chirurgien, maladies contractées… Pourquoi ce concept, datant de l’antiquité grecque, attire-t-il autant de patients ?

 

Pourquoi le tourisme médical séduit-il autant ?

Aujourd’hui, plus de 10 millions de touristes français voyagent chaque année et se rendent dans des hôpitaux qui sont généralement accrédités selon des normes européennes ou américaines. Le développement du tourisme médical s’explique majoritairement par le faible coût des soins. Par exemple, en France, une augmentation mammaire peut s’élever entre 4.000 et 5.000 €, contre 1.800 à 2.500 € selon les pays. D’après une étude du groupe BVA en 2016, 2% des Français (1,3 million) ont déjà eu recours à des opérations à l’étranger, et 11% d’entre eux (7,2 millions) y pensent de plus en plus.

Lorsqu’un patient voyage pour du tourisme médical, tous les déplacements et activités sont pris en compte par la clinique effectuant l’opération. Cette dernière offre aux clients un « pack » comprenant l’opération, les vols aller-retour, le séjour à l’hôtel et des activités post-opératoires. Le docteur Emrah Cinik, spécialisé dans les implants capillaires en Turquie, explique que  les patients « veulent se faire opérer, mais également visiter des lieux historiques durant leur séjour ».

Jean-Michel, 66 ans, avait des racines de dents infectées. Il explique au Figaro Particulier, qu’en France, « le montant de la reconstruction s’élevait à plus de 45.000 €. Vu le tarif, même si j’étais réticent à l’idée de me faire soigner à l’étranger, j’ai fait quelques recherches sur internet et j’ai décroché mon téléphone pour appeler une agence spécialisée dans le tourisme médical en Espagne. On m’a extrait 6 dents en haut et 8 en bas pour me poser autant d’implants et 24 couronnes en tout. Montant total de la facture : 23.000 € ».

 

femme se faisant injecter du botox

À chaque pays sa spécialité 

Le tourisme médical se concentre aujourd’hui sur des pays comme la Thaïlande, l’Inde ou le Brésil. La Thaïlande est le pays accueillant le plus grand nombre de patients étrangers avec une moyenne annuelle de 3 millions. L’hôpital Bumrungrad International reçoit, à lui tout seul, 400.000 clients internationaux par an. Le Royaume de Siam est spécialisé dans la chirurgie esthétique et de réattribution sexuelle. 

Singapour possède l’un des systèmes hospitaliers les plus sophistiqués au monde, où le traitement du cancer est une spécialité. L’hôpital de Gleneagles a été classé parmi les dix meilleurs hôpitaux du monde. Si un patient cherche une chirurgie abordable financièrement dans un pays développé, Singapour peut être la solution.

Le Brésil est le pays phare pour la chirurgie plastique. Les interventions coûtent jusqu’à moins de 60%  comparés aux pays occidentaux. Il existe même des vétérinaires offrant des chirurgies plastiques sur des animaux de compagnie !

L’Inde est une des destinations les moins chères pour le tourisme médical. Le coût des procédures est de 60 à 90 % moins cher que dans des pays développés. Les opérations orthopédiques et cardiaques y sont prisées.

Pas si loin de l’Inde, la Malaisie est également devenue une destination bon marché pour la chirurgie à l’étranger. Ce pays asiatique accueille 670.000 patients étrangers par an, tous séduits par les forfaits « well-man », offrant une consultation pour la vision, la dentition et l’audition pour environ 1.200 €.

En Europe, les Allemands, Autrichiens et Suisses ont fait de la Hongrie l’un des principaux pays pour les soins dentaires. Par exemple, dans la ville de Gyor, plus de 150 cliniques dentaires destinées au tourisme médical s’y sont installées.

Aux portes de ce continent, nous retrouvons finalement la Turquie, spécialisée dans la greffe de cheveux.  Le docteur Emrah Cinik explique qu’en « Turquie, beaucoup de traitements médicaux sont abordables lorsque nous les comparons avec d’autres pays. Les implants capillaires en Turquie sont jusqu’à 70% moins chers qu’au Royaume-Uni ou aux États-Unis. Cependant, avoir des prix plus bas ne signifie pas que les cliniques capillaires en Turquie n’offrent pas la même qualité qu’ailleurs ». Chaque année, le docteur reçoit plus de 15.000 patients de différentes nationalités, dont des Français, des Allemands, des Anglais, des Italiens et Espagnols.

 

 

Le tourisme médical présente-t-il des risques ?

Le tourisme médical peut être dangereux. Le premier risque est de choisir un mauvais chirurgien. Le patient ne le rencontre que la veille l’opération pour lui expliquer quelle procédure et résultat souhaités. Après la procédure, le client ne reste que deux jours dans la clinique et son suivi post-opératoire et quasi-inexistant. D’autre part, si le docteur rate l’opération, il est extrêmement difficile de le poursuivre en justice puisque le patient a signé une décharge l’approuvant.

Cette pratique, sur un point de vue éthique peut poser plusieurs problèmes, mais elle peut également être un risque sanitaire. En fonction des conditions opératoires, elle peut augmenter des risques d’infections comme l’hépatite ou le VIH. Prendre l’avion pour un trajet de longue distance après une lourde opération peut aussi représenter un danger. Certains patients pourraient contracter des maladies telles que la thrombose veineuse profonde et l’embolie pulmonaire. Sur un forum, un patient de tourisme médical explique que le lendemain de son retour en France, il a été pris de violentes douleurs à l’abdomen : « J’ai été diagnostiqué une fistule infectée, une péritonite et de la fièvre. J’étais sous soins intensifs pendant un mois, et je n’ai jamais eu de nouvelles du chirurgien malgré les nombreuses citations. Je pense ne jamais me remettre de cette expérience traumatisante ».

 

un chirurgien esthétique et sa patiente

 

Le tourisme médical est un phénomène en pleine expansion alors que des études montrent que de plus en plus de patients auront recours à ce type de pratiques. Bien qu’il présente de nombreux avantages, il est important de toujours bien se renseigner en amont sur le sérieux des établissements, notamment en consultant les forums sur le sujet. 

118706627_104533904718606_7858939562566256367_o

Aurélie Billecard

Étudiante en management culturel et journalisme, fille d’expatriés en Asie et en Europe pendant une dizaine d’années, elle a rejoint l’équipe de la rédaction internationale.
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

youpy lun 05/04/2021 - 16:57

Vous vouliez dire 1500 ... Je vous lis: ".... chaque année, le docteur reçoit plus de 15.000 patients". 15 000 à raison de +- 300 jours ouvrables signifie 50 consultations quotidienne pour un praticien? Bref, une petite erreur de typographie.

Répondre

Installation

Détaxer ses achats en France : les 5 nouveautés de 2021

La détaxe est un avantage fiscal mis en place par les pays de l’Union européenne qui vous permet, en tant que résident en dehors de l’UE, d’obtenir le remboursement de la TVA sur les achats que vous…

Retraite

TÉMOIGNAGES

Ces retraités français qui sont partis vivre à l’étranger

L’expatriation s’arrête-t-elle à la fin de la vie professionnelle ? Pas du tout ! Mais qu’est-ce qui a motivé ces retraités à quitter la France et quelles sont les difficultés rencontrées ?