Mardi 13 novembre 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les Français toujours champions du monde du temps passé à table

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 22/03/2018 à 18:00 | Mis à jour le 22/03/2018 à 18:22
Français temps à table

La France est arrivée en tête d’un classement de 30 pays, récemment révélé par l’OCDE, pour le temps moyen que ses résidents passent à table, à boire et manger.  Devançant l’Italie, la Grèce et l’Espagne, l’Hexagone peut encore compter sur des chiffres pour appuyer les stéréotypes. 

Vous avez certainement expérimenté ces interminables repas de famille, qui commencent à midi par l’apéro et se finissent à 17 heures par le deuxième café. En voilà donc un résultat qui ne surprendra probablement personne. Avec une durée moyenne quotidienne de 2h11 dédiée à leurs repas, les Français ont remporté la médaille d’or des bons vivants, parmi les pays de l’Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE).  

Pas loin derrière, les Italiens (2h05), Grecs (2h02) et Espagnols (2h02) se caractérisent également par leur capacité à s’asseoir des heures dans un restaurant autour d’un menu à trois plats, sans sentir une once du culpabilité, ni se voir pressés par les serveurs. 

Tout en bas du classement, on trouve les royaumes des cafés à emporter, tels que l’Afrique du Sud (1h08), le Canada (1h04) et les Etats-Unis (1h01). 

 

Français temps à table

 

Bien que l’étude ne mentionne aucun motif ni impact de ces différences, d’autres chiffres publiés par l’OCDE en mai 2017 révélaient que seulement 15.3% des Français de plus de 15 ans souffraient d’obésité, contre 38% des Américains. D’autres données de l’INSEE ont montré que malgré la popularité de la restauration rapide en France, les établissements traditionnels continuent d’avoir la côte. Pour autant, les chiffres du temps passé à table dans le monde sont globalement en déclin, même dans l’Hexagone où la durée moyenne des repas a diminué de 9 minutes depuis 2010. 

Les hommes à table, les femmes aux fourneaux ?

Autre enseignement de l’OCDE : les femmes passeraient généralement moins de temps à table que leurs compatriotes masculins. L’écart entre les sexes dans la distribution des tâches ménagères a donc de beaux jours devant lui : dans chaque pays de l’étude, les hommes y consacrent moins de temps que les femmes. Au Portugal par exemple, le temps de travail non rémunéré (loisirs, tâches ménagères) serait de 5h28 par jour chez les femmes, contre une moyenne de 1h36 pour les hommes. 

Nous vous recommandons

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Kriss mar 27/03/2018 - 04:45

Non ! Je voudrais confirmer que de loin ce ne sont pas les Français qui passent plus de temps devant un plat et un verre! Je dis bien « et » et non « ou » ce qui est équivoque ici en anglais dans «Time spent eating and drinking » voire donc une compréhension inverse comme je propose de le démontrer et d’en tirer les conséquences! En effet ces statistiques donneraient des chiffres totalement opposés si on ne prête attention que les Français, les méditerranéens en général, boivent au cours des repas, moins les Allemands Polonais Russes etc…ou autres Américains qui mangent rapidement mais passent un temps infini à boire avant ou après le repas. Que dire des Chinois ou Japonais en matière de libation jusqu’aux heures les plus avancées du matin ? Que pourra-t-on comprendre alors de ces statistiques ? Rien! Oui, un méditerranéen passe du temps à « table » à manger en buvant car cela fait parti du repas ! Ainsi si on omet de compter les temps passés en d’autres pays pour un «drinking» largement en dehors des repas on obtient les chiffres de cette statistique ! Que veulent-ils dire alors ? Rien ! Simple observation pour en arriver à ceci : Cette étude, OCDE tout de même, démontre les erreurs fondamentales qu’on peut tirer de pareils chiffres quand des données toutes simples sont mal connues et que les bases d’étude en conséquence, mal posées! Ceci prête à sourire ici mais on peut moins rire quand on voit les résultats d’autres études dans l’UE, quand des olibrius bruxellois férus de tels chiffres péremptoires, les utilisent sans prendre garde qu’ils sont malencontreusement « déviés ». Peu importe pourvu qu’ils collent au profit de lobbies aux aguets sonnants recherchant la facilité par le nivellement général à la baisse de nos valeurs occidentales ! Vite fait bien fait l’UE en tire alors des règlements voire des Lois, totalement inappropriés pour les seuls consommateurs bien évidement ! Depuis des décennies notre France du bon, du vrai, du sain, du plaisir de vivre s’en est allé en ce shit-in-shit-out technocratique bruxellois. Ainsi nos viandes, nos fromages, nos vins etc…tous ces incomparables et inestimables produits du monde rural français producteur de « goûts » fantastiques de terroirs ont été laminés par des règlementations absurdes découlant de statistiques absurdes! Bientôt cette étude montrera que les Français passent de moins en moins de temps à table. Inutile donc de vous dire pourquoi !

Répondre

Installation

EXPATRIATION

VOTRE AVIS - Partagez votre vision et expérience du «choc» culturel !

Quelles comportements et habitudes de votre pays d’accueil vous ont surpris (que ce soit agréablement ou négativement) ? Avez-vous dû modifier les vôtres pour vous insérer professionnellement ?

Famille

ADMINISTRATION - Ce qui va changer pour les jeunes français expats

Journée défense et citoyenneté, Identification nationale des Etudiants, numéro INSEE… Les jeunes Français de l’étranger ne reçoivent pas exactement le même traitement administratif que les autres. Sur

Patrimoine

Shanghai Appercu
FINANCE

ECONOMIE - Attention, ces transferts d’argent sont illégaux en Chine

En Chine, comme partout ailleurs, il est important de savoir quelles transactions sont considérées comme suspectes afin d’éviter de déclencher une enquête sur votre compte bancaire.

Retour en France

Nathalie Perakis-Valat, une âme d’artiste nomade

Parmi les belles rencontres de ma vie d’expatriée, il y a eu celle de Nathalie Perakis-Valat dont j’ai croisé la route à Shanghaï en 2013, puis furtivement à Singapour peu après. De retour à Paris...

Sur le même sujet