Mercredi 23 septembre 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

Droit de réponse de Frédéric Petit à la tribune de Cécilia Gondard

Par Frédéric Petit (MoDem) | Publié le 13/05/2020 à 16:21 | Mis à jour le 13/05/2020 à 16:29
frederic petit

Droit de réponse de Frédéric Petit, député de la 7ème circonscription des Français établis à l’étranger (Allemagne, Europe centrale, Balkans), suite à la publication de la tribune de Cécilia Gondard, 1ère secrétaire de la fédération des Français de l'Etranger du PS

 

Chère Madame,


Je partage vos inquiétudes sur le statut des avances annoncées. Les conditions pratiques de cette aide sont en cours de réflexion et seront bientôt négociées. L'Assemblée nationale travaille sur le sujet dans le cadre de la mission d'information Covid19.

 

Présidant le groupe de travail transpartisan sur le sujet (nos positions sont pratiquement unanimes), je vous invite à la prudence, et ne peut être d'accord avec un grand nombre de vos affirmations et revendications. Le terme de "privé" est en effet réducteur, puisque ces établissements sont dans leur immense majorité "non lucratifs". Les autres, procurent des rémunérations comparables et souvent inférieures à celles pratiquées dans le public. Le réseau est de plus 'privé' à 85 % aujourd'hui, merci de le rappeler avant d'annoncer que ce pourcentage passera au-delà de 90 % en 2030.

 

Les 70 EGD (sur 522 établissements dans le monde) n'accueillent qu'à peine 30 000 enfants non-français. Le financement public revendique un rôle de rayonnement, qui est déjà aujourd'hui assumé à 90 % par des établissements que vous appelez privés, que j'appelle associatifs ou de droit local. Concentrer les 100 millions d'aide éventuelle sur les seuls EGD, alors que cette somme est revendiquée au nom de ce rayonnement, risque d'être un détournement (à moins d'être distribuée à concurrence et proportionnellement).


Les rémunérations de nos 5 000 fonctionnaires détachés sont en moyenne deux fois supérieures à celle des 31 000 autres enseignants qui font le même travail à leurs côtés, y compris dans les EGD : il y a un enseignant détaché pour deux locaux dans les EGD aujourd'hui, et un pour quatre dans les conventionnés (et aucun, bien entendu, dans les 300 établissements partenaires). Ces rémunérations sont parfois voisines de très bons salaires de cadre dans les entreprises internationales privées et lucratives. C'est souvent un point d'achoppement avec les familles des EGD. Par ailleurs, les homologations ne dépendent pas de l'Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), bien entendu, mais du ministère de l'Education nationale (DRIEC). Merci de ne pas créer de confusion.

Au-delà, et sur le fond, je suis perplexe quant à la logique de votre démarche de "service public français sur le sol étranger" :
- Le coût pour le contribuable devrait passer d'environ 400 millions d’euros aujourd'hui à 800 millions pour les seuls EGD, et à plus de 7 milliards pour la totalité du réseau, à date, et une dynamique d'environ 10 % par an. Merci de l'assumer et de traduire votre revendication en chiffres. Je vous rappelle que le coût total de notre diplomatie n'est que de 5 milliards.

- Le principe même révèle une connaissance approximative des statuts de l'Agence, qui lui donnent également comme objectif la coopération éducative dans le monde.

 

Votre vision d'imposer notre système strictement, à 100 % et sous cloche, dans tous les pays du monde, est non seulement irréaliste, financièrement et juridiquement, contraire à ces statuts, mais me choque également politiquement : je l'assimile à un néo-colonialisme. Que diriez-vous si sur le sol français un Etat étranger venait éduquer nos enfants au nom de son propre "service public"?

Vous êtes aveuglée par des revendications partielles syndicales, tout à fait honorables d'ailleurs, et qui n'ont pas besoin d'être cachées sous des simplifications ou des anathèmes. Mais ces personnels doivent accepter de s'inscrire dans une vue beaucoup plus exacte de la réalité du réseau aujourd'hui, et dans une vision beaucoup plus complexe et ambitieuse de la place de la France dans le Monde du XXIème siècle.
Le réseau aujourd'hui porte autant d'injustices et de fragilités, que de richesses et de promesses.

 

Très cordialement,

 

Frédéric Petit

Frédéric Petit (MoDem)

Né à Marseille en 1961, cet ingénieur et entrepreneur vit en Pologne depuis plus de 30 ans. Installé à Varsovie, il est également médiateur de justice. Il adhère au MoDem en 2007.
5 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

van lun 18/05/2020 - 17:59

'' je l'assimile à un néo-colonialisme. Que diriez-vous si sur le sol français un Etat étranger venait éduquer nos enfants au nom de son propre "service public"?'' Je ne comprends pas où veut en venir Mr Petit avec cette phrase, il s'agit d'instruire principalement des enfants francais, Pour le rayonnement de la France, le consulat francais est content que les petits francais aillent dans l'ecole francaise plutot que l'ecole locale, ca permet que ces enfants n'aient pas juste la nationalité francaise mais que un lien se developpe avec la France à travers l'ecole où on y apprends les valeurs de la Republique qui sont parfois en contradition avec les valeurs locales. Et puis ne nous leurrons pas il s'agit d'ecoles privées, où le tri est principalement fait par l'argent, bien des enfants francais n'ont pas acces à ces ecoles francaises à l'etranger à cause des ecolages exhorbitants et des à cotés payants: aide aux devoir, garderie après l'ecole qui fini tot, cantine qui creuse encore plus l'inegalité... On est bien loin de l'ecole de la Republique, une école pour tous.

Répondre
Commentaire avatar

KRISS mar 19/05/2020 - 13:52

Comme beaucoup de Français insouciants avez-vous pris la mesure de ce que vous affirmez quand vous dîtes « ..Néocolonialisme… » … » ..sur le sol français un Etat étranger venait éduquer nos enfants au nom de son propre "service public". Votre commentaire est juste mais je vous rappelle que notre adhésion à l’UE nous oblige au respect de : La Déclaration universelle des droits de l'Homme « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l'ENSEIGNEMENT , les pratiques et l'accomplissement des rites. » Dans certains pays une religion est religion d’état donc fondamentalement fortement inclus dans le « service public » Aucun problème sur le principe si toutefois notre République maîtrise sur le terrain toutes ses libertés à elle, données selon sa conception historique à elle, chez elle, non celles édictées sur le papier par une technocratie interlope volatile sans territoire sans siècles d'une Histoire difficile vécue dont celle coloniale. Il est donc à regretter que, comme vous semble-t-il, on ait toujours par notre culture, tendance à prendre le colonialisme et le néo-colonialisme dans un seul sens ! L'expatriation devrait justement vous démontrer que ce sens à changé.

Répondre
Commentaire avatar

Al sam 16/05/2020 - 10:53

C'est vraiument jouer sur les mots que de considérer que des institutions privées à but non lucratif ne sont pas des institutions privées ... Une école est prívée lorsqu'elle est payante, ce qui est le cas de quasiment toutes les écoles francaises à l'étranger. Raconter qu'en moyenne, les fonctionnaires franacis sont payés deux fois plus que les contractuels est totalement faux en ce qui concerne la circonscription de Monsieur Petit : dans les EGD de Francfort ou Munich, les contractuels sont plus payés que les fonctionnaires francais (et sont intégralement à la charge des familles, contrairement aux détachés AEFE). D'ailleurs, il y a aussi des effet de pyramide des âges, un traitement doublant environ en cours de carrière. Enfin, de quoi parle t-on exactement, du désengagement de l'État et de l'augmentation de la charge des familles ou s'agit-il de dénoncer une énième fois des soit disants nantis et monter les membres de la communauté scolaire les uns contre les autres ? C'est triste de voir ces techniques de communication développée par une personne mandatée comme rapporteur auprès de l'asemblée nationale.

Répondre
Commentaire avatar

KRISS lun 18/05/2020 - 18:47

"....jouer sur les mots… totalement faux … de quoi parle-t-on exactement… dénoncer une énième fois ….des soit disant nantis… C'est triste de voir ces techniques de communication développée par une personne mandatée comme rapporteur auprès de l'assemblée nationale...". Incroyables enfants de cœur ! Désolé mais les plus responsables de cette situation c’est vous, enseignants ! Vous qui êtes, on espère, honnêtes mais ne voulez voir que ces énergumènes sont parfaitement maîtres de leur savoir faire politicard et ne font que l’exercer, rien de plus ! Ainsi ils vous manœuvreront justement fort habilement tant qu’ils ne trouveront personne en face d’aussi habile et décidé pour leur répondre ! L’Enseignement ? Mais ne voyez-vous que c’est bien pire, car c'est au plus haut niveau que ça se passe! C’est l’expression même de notre Démocratie qu’aujourd'hui on effiloche, détricote, dilue, dévie, divise etc… on la manipule de mille actions subtiles de com imperceptibles et de coups de bâton enrobé de ouate mais bien assénés, où il faut, quand il faut ! Voilà le système, il est flagrant et simple pourtant et vous enseignants vous ne voulez rien voir ? Qui alors est responsable ? Lui ou vous ? Moins flagrant que Staline mais les objectifs et la méthode sont exactement les mêmes. Les Gilets jaunes se sont évaporés en un an et de guerre lasse vous ferez de même ? C’est prévu dans le système ! Ainsi, « c’est triste » Ah bon, c'est tout ce que vous trouvez à dire ? Cette expression didactique ici doucereuse répétée et encore et encore rabâchée je n’en doute pas « honnête » par vous, n' est qu'un minuscule fétu de paille face à l’énorme vulgarité d’un système politique dévié et brutal dont vous ne commentez qu’une partielle démonstration ! Incroyable aveuglement de ceux supposés éduquer nos enfants …vous nous en faîtes des bénis-oui-oui adultes pour demain! Ne voyez-vous que ce monsieur, comme son chef, sait tout simplement ce qu’il fait et l’applique par doses soporifiques selon les situations qui lui siéent, rien de plus et vous et vos confrères, vous n'êtes que « TRISTES » ? Bonjour tristesse! Personne ne bouge ! Alors svp ne vous plaignez pas et cessez de pleurnicher c'est prévu dans leur programme! Suivez le programme si c'est tout ce dont vous êtes capables !

Répondre
Commentaire avatar

KRISS jeu 14/05/2020 - 01:46

"..Ces rémunérations sont parfois voisines de très bons salaires de cadre dans les entreprises internationales privées et lucratives..." Ben ouai comparaison vaut raison et justement tout est là ? Quand la déconfiture d’une entreprise privée l’amène en cessation de paiements y’a pas photo on ferme et on lourde tout le monde et les créanciers se paient…s'il en reste! La France est en faillite si vous ne le savez pas! Voire banqueroute frauduleuse par magouilles politiciennes répétées mais les citoyens actionnaires sont toujours là pour maintenir l’entreprise à flot et …les magouilleurs évidement sont aux aguets ondulant dans les chaloupes! Ainsi on rame on rame toujours des chiffres et des conseils à gogo chez ce monsieur, ça vous positionne un élu pour être réélu mais les ......résultats....pour demain encore et encore ? Ils sont là pourtant les résultats dans les comptes de faillite mais pas de faillite, on endette plus encore les citoyens sur plusieurs générations cette fois ! Rien d'étonnant, nous payions toujours autant d'impôts qu'ils décident et ces beaux parleurs jouent avec notre fric sans jamais engager le leur? Laissez moi faire et laissez moi passer , tel va le capitalisme sans frontière de ce macronisme du "tout en même temps" bien opportun pour un Modem un peu ? Beaucoup ? Pas du tout? Un je t'aime moi non plus politicard mais ça marche alors ....rebelote on est toujours là et on bavarde "en marche" vers le précipice !

Répondre

Vos élus

Tout savoir sur les représentants des Français de l’étranger : les députés, les sénateurs, le secrétaire d’état et l'assemblée des Français de l’étranger.

voir plusZ

Circonscriptions

Tout savoir sur les 11 circonscriptions des Français de l'étranger : les pays, leur fonctionnement, les élus et les résultats des dernières élections

voir plusZ