Les 5 chiffres sur l’expatriation étudiante en 2022

Par Capucine Canonne | Publié le 19/06/2022 à 18:00 | Mis à jour le 19/06/2022 à 20:37
Un jeune homme marche dans la rue en tirant sa valise

 

Selon une étude récente Indeed, 3 étudiants sur 4 souhaitent se former (en partie) à l’étranger en 2022. Quelles sont les autres grandes tendances de l’expatriation étudiante de et vers la France ? Certaines vont peut-être vous surprendre…

 

Le Canada, la destination N°1 des étudiants français 

Le Canada fait partie du top 10 des pays d’accueil des étudiants du monde. C’est aussi la 1ère destination privilégiée des étudiants en provenance de France. Si le pays attire de plus en plus (225.000 étudiants internationaux en 2018, soit +135% en dix ans), c’est grâce à sa politique d’accueil, l’intégration efficace au marché du travail mais aussi au coût des études plus modéré qu’aux Etats-Unis, par exemple. Ayant également subi de la crise sanitaire, le Canada a choisi en 2021 de proposer une rentrée « hybride », privilégiant le présentiel et conservant une offre à distance si besoin. Par ailleurs, le gouvernement avait annoncé allonger la durée de séjour pour trouver un emploi à l'issue de ses études. Un argument qui a été entendu notamment par les étudiants asiatiques. 

 

Une université à Toronto
Toronto 

 

La France se place en 6ème position des pays les plus mobiles

En 2021, la France est à la 6ème position en nombre d’étudiants sortants. Environ 99.500 français sont partis étudier dans le monde, soit une augmentation de +30% par rapport à 2013. Outre le Canada, ces étudiants partent principalement vers  l’Europe - Belgique, Espagne, Pays-Bas et Portugal - .  En 2018, l’observatoire de Campus France arrive à la conclusion que les étudiants français privilégient plutôt des pays ou des cursus francophones. Une tendance qui pourrait s’expliquer, entre autres, par la barrière de la langue. Selon une étude OpinionWay pour Indeed fin 2021, 51% des jeunes actifs et étudiants interrogés estiment que l’expatriation serait trop difficile à cause d’un niveau bas de la langue et 28% ne se voient pas s’expatrier dans un pays non francophone. Par ailleurs, la même étude montre que les étudiants choisissent de partir pour découvrir une autre culture (68% des répondants), par attrait d’un pays (50%) ou pour vivre une expérience humaine unique (49%).

 

100.000 personnes profitent d’un échange Erasmus chaque année

Chaque année, environ 100.000 personnes voyagent depuis la France grâce à « Erasmus » et plus de 5.000 établissements français participent à ce programme. Nommé EuRopean Action Scheme for the Mobility of University Students soit E.R.A.S.M.U.S, le programme d’échanges entre universités et grandes écoles dans le monde, a pour objectif d'améliorer et d'augmenter la mobilité étudiante et enseignante. Au total, 12 millions d’étudiants, collégiens, lycéens, apprentis, formateurs, jeunes diplômés, volontaires et demandeurs d’emploi ont déjà bénéficié du programme depuis sa création, en 1987. Selon l’étude Indeed par OpinionWay, 47% des étudiants et 63% des actifs ayant réalisé un échange Erasmus déclarent avoir l’intention de renouveler l’expérience de la mobilité internationale; est-ce l'illustration d’un syndrôme “post-Erasmus” (le blues du retour en France) après une expérience intense à l’étranger ?

 

portrait d'Erasmus sur une façade de batiment

 

365.000 étudiants internationaux sont actuellement en France

En 2021, selon les chiffres de Campus France, la France accueille 365.000 étudiants étrangers, soit une progression de 30% depuis 2010. L’ambition est d’en accueillir 500.000 en 2027. Après avoir chuté de 40% en 2020 (crise sanitaire oblige), le nombre d’étudiants arrivant en France repart à la hausse, en témoignent les 79.000 visas octroyés à des étudiants étrangers au cours de l’année 2021, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur. Seules différences, la provenance de ceux-ci : +16% d’étudiants arrivent du Maghreb, +43% des Etats-Unis, +30% de Turquie et +50% du Liban. Les arrivées en provenance de la zone Asie-Pacifique ont, elles, chuté de 35% par rapport à 2019. 

 

440 établissements se délocalisent pour répondre aux nouvelles attentes

Si ce n’est pas l’étudiant qui vient à l’université, c’est l’université qui vient à lui ! Pas moins de 440 campus délocalisés [déplacements des acteurs, des cursus, des projets ou des services d’enseignement au-delà des frontières à l’identique par les institutions éducatives] existent dans le monde en 2019. Cette éducation transnationale répond aux nouveaux besoins des étudiants, mais aussi pallie le contexte géopolitique et sanitaire compliqué. C’est la France qui implante le plus ce mode d’enseignement, devant les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie et la Russie : 14 campus issus d’établissements français existaient en Chine il y a deux ans, 10 au Maroc, 6 au Royaume-Uni et 5 à l’île Maurice. Nul doute que les implantations ont augmenté depuis.

 

un étudiant visite un site à l'étranger

 

 

Et vous, êtes-vous parti(e) à l'étranger pendant vos études ?
Choices
CANONNE_fmt-carre

Capucine Canonne

Après 10 ans d’expérience en marketing média, Capucine se reconvertit en journalisme. Ancienne expatriée et fondatrice de l’édition lepetitjournal.com de Chennai en 2019, elle intègre la rédaction internationale à Paris.
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique