Tourisme à Siem reap, c’est mieux mais c’est pas encore ça

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 05/12/2022 à 05:30 | Mis à jour le 05/12/2022 à 04:04
Photo : Ministère du Tourisme
tourisme à Angork

C’est environ une quinzaine de vols internationaux qui atterrissent désormais chaque jour à Siem Reap, amenant de 1300 à 1400  touristes désireux de visiter le célèbre parc archéologique d’Angkor. Selon Ngov Sengkak directeur du département du tourisme de la province, il faut y ajouter entre 600 et 700 qui arrivent par la route. Il y a donc un total d'environ 2 000 touristes étrangers par jour qui rejoignent la ville des temples.

 

Des chiffres en hausse mais loin du compte

Au cours des 10 premiers mois de 2022, la province de Siem Reap a reçu un total de 1 792 549 visiteurs, en grande majorité Cambodgiens  ( 90,5%) . On a compté seulement 169 349 Étrangers (9,5%)

 

Alors, on doit s’en réjouir. Le tourisme redémarre et personne ne pourra s’en plaindre, surtout pas les Siemreapois qui ont vu leur ville ravagée par 2 années de restrictions. Mais il ne faut pas non plus se laisser aveugler par les chiffres. Certains ont calculé que le tourisme international a  bondit de 2 224,3 % cette année, mais 2 244,3 % de presque rien, c’est quand même pas grand chose…

 

Rappelons que le tourisme sur Angkor en 2018, c’était 6 201 077 visiteurs. Nous sommes loin du compte avec les 200 000 que nous aurons cette année.

 

Le tourisme Cambodgien victime de Xi Jinping et de Vladimir Poutine

Le Cambodge a pourtant multiplié les gestes d’ouverture : plus de quarantaines, plus de tests à l’arrivée pour les touristes vaccinés et des promotions sur le prix d’entrée dans les temples. 

Hélas, la reprise du tourisme international ne peut pas être réglée avec des mesures strictement nationales. Le tourisme cambodgien est la victime collatérale de la politique Zéro Covid menée par Xi Jinping, d’une part et par de la guerre en Ukraine lancée par Vladimir Poutine d’autre part.

 

Absences des touristes chinois

Sur les 6 millions de touristes en 2018, évoqués plus haut, plus de deux millions étaient chinois. La Chine déversait un flot continu de voyageurs en quête de vacances exotiques à faible coût. Certes la grande majorité d’entre eux étaient pris en charge dans des circuits organisés par d'autres Chinois, mais ils fournissaient un bassin d’emplois pour les Cambodgiens dans toute la filière de l'hôtellerie, dans l’agriculture , des transports  et l’artisanat.

Tant que des quarantaines ineptes seront imposées à une population qui a déjà peur d’aller manger chez des amis et de se retrouver confinés chez eux, nous ne sommes pas prêts de les revoir au Cambodge.

 

La guerre en Ukraine

La guerre en Ukraine a eu au moins trois conséquences sur le tourisme au Cambodge :

L’inflation

Les économistes du FMI estiment que le taux d'inflation mondial va atteindre une moyenne de 8,8 % en 2022, avant de diminuer à 6,5 % en 2023, puis à 4,1 % en 2024. Dès lors, les consommateurs réduisent automatiquement leurs dépenses jugées non essentielles. Le budget vacances est une des ces variables d’ajustements.

Les hausses du prix des billets d’avion

L’augmentation du prix des billets d’avion est de très loin supérieure à l’inflation. Selon AirJournal, toutes destinations confondues, les prix des billets ont augmenté de 36% en moyenne. En un an, le billet pour la Thaïlande a grimpé de 57% !

Ministère du Tourisme
Ministère du Tourisme

La parité euro dollar

En 2018, on échangeait en moyenne 1 euro contre 1,15 $ , aujourd’hui contre 1,06. Soit une baisse de dix pour cent entraînant de facto, une hausse des prix relatifs de tous les services proposés au Cambodge pour les Européens. Et cela rend la zone euro plus attractive pour les Américains qui peuvent être tentés de s'y rendre plutôt que dans un pays pratiquement aux antipodes (Cf la hausse des prix des transports aériens).

 

On le voit le Cambodge est pris dans le jeu de relations internationales qui le dépasse largement sur lequel il n’a aucun poids. Il ne peut jouer que sur ces variables internes, ce qu’il fait déjà depuis plusieurs mois avec un succès relatif. 

 

Si vous en avez les moyens, le petit journal ne peut que vous encourager à venir visiter le Cambodge maintenant. Vous aurez la chance de découvrir le pays hors des flots de touristes des années précédentes et de goûter à un contact plus authentique avec sa population si accueillante. 

 

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale