Sur la piste de l'insaisissable bovin sauvage du Cambodge

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 09/10/2022 à 01:00 | Mis à jour le 10/10/2022 à 09:22
Photo : Alamy/ Un timbre-poste du Cambodge représentant le mammifère national du pays. Le kouprey, une espèce de bovin sauvage, n'a pas été vu depuis plus de 50 ans.
kouprey sur un timbre au Cambodge

 

Des chercheurs espèrent qu'un ultime effort pour localiser un possible habitat permettra de déterminer le statut du mammifère national du Cambodge et de tirer la sonnette d'alarme en matière de conservation.

 

Deux paires de pattes blanches et dégingandées soutenant un corps étroit et sombre, avec un dos bossu, un fanon tombant et des cornes incurvées, tels sont les traits caractéristiques du mammifère national du Cambodge, le kouprey.

Autrefois présent dans les prairies et les forêts ouvertes du nord du Cambodge et de l'extrême sud du Laos, ce bovin sauvage quasi-mythique n'a pas été aperçu de manière définitive depuis plus d'un demi-siècle. L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) - la plus grande autorité mondiale en matière de statut des espèces menacées - indique dans son évaluation que le kouprey est "très probablement éteint". Mais une combinaison de politiques locales avec des lacunes dans les données recueillies a empêché la désignation d'extinction devienne officielle. 

 

Des chercheurs de l'organisation de protection de la nature re:Wild et de l'Institut Leibniz de recherche sur les zoos et la faune sauvage mènent actuellement la première étude spécifique sur le kouprey depuis plus de dix ans. L'équipe de recherche tente d'identifier l'habitat potentiel de l’animal. Cette étude fournir des preuves  pour  dans la recherche du kouprey, explique Andrew Tilker, responsable des espèces asiatiques pour re:Wild, qui dirige l'étude.

Selon lui : 

Tant que nous n'aurons pas résolu la question de savoir si le kouprey peut encore exister avec un certain niveau de confiance, le point d'interrogation continuera de planer sur cette espèce.

 

Le bovin sauvage le plus insaisissable au monde

L'image du kouprey n'est pas difficile à trouver au Cambodge. Il est pratiquement impossible de manquer les statues de l’animal qui se trouvent le long de l'allée du zoo national du Cambodge, ainsi que sur les ronds-points de la pagode historique Wat Phnom de Phnom Penh et dans la ville de Senmonorom.

 

statues de kouprey, Cambodge
Anton L. Delgado/ Un trio de statues de kouprey marque l'entrée du parc zoologique de Phnom Tamao et du Wildlife Rescue Center, à 40 kilomètres au sud-ouest de Phnom Penh.

 

Le kouprey n'a été décrit scientifiquement qu'en 1937. Le peu que l'on sait de sa biologie provient essentiellement des expéditions menées au Cambodge dans les années 1950 et au début des années 1960. Celles-ci ont révélé qu’il existait naturellement avec de faibles densités. Les chercheurs attribuent le déclin des populations sauvages aux niveaux élevés de chasse dans la région. Alors le  kouprey aurait été aperçu dans les années 1980, la dernière observation confirmée du bovin remonte à 1969 dans le nord du Cambodge.

 

En 2011, le groupe de spécialistes du bétail sauvage d'Asie de l'UICN a examiné environ 90 % des photos prises par des pièges à caméra dans la région. Certaines avaient été prises dans ce qui était considéré comme l'aire de répartition du kouprey. L'animal n'est apparu sur aucune d'entre elles..

 

La première phase de l'étude déja en cours, de Tilker sur le kouprey, consiste à passer au peigne fin les données des expéditions historiques afin de dresser un tableau plus précis des endroits où le kouprey vivait autrefois. La deuxième partie, qui est pratiquement achevée, consiste à collecter des enregistrements de pièges à caméra dans toute l'Indochine afin d'analyser quels sites ont été exploré et dans quelle mesure. La dernière phase combinera ces informations pour voir s'il existe des zones d'habitat plausibles qui n'ont pas été étudiées de manière approfondie.

 

Selon Pablo Sinovas, directeur national de Fauna & Flora International au Cambodge : 

Ne pas savoir ce qui se trouve dans une zone protégée empêche les défenseurs de la nature de concevoir des actions et des interventions. 

 

L'équipe prévoit de terminer l'étude en 2023. Ce qui se passera ensuite dépendra de ses résultats, explique Tilker. "S'il y a des zones qui méritent d'autres recherches, je suis sûr que nous pourrions aller de l'avant, car il y a suffisamment d'intérêt dans la communauté mondiale de la conservation."

 

Si le kouprey a été historiquement recensé dans les forêts ouvertes et les prairies, Tilker soutient qu'avec si peu de connaissances sur sa biologie, d'autres types d'habitats pourraient vraisemblablement accueillir l'espèce.

 

"Les zones très éloignées et densément boisées constituent le dernier bastion de nombreuses espèces de grands mammifères qui sont soumises à des niveaux élevés d'exploitation", explique le spécialiste. Lorsqu'on lui demande où le kouprey pourrait le plus vraisemblablement se cacher en Indochine, Tilker évoque la frontière entre le Cambodge et le Laos, où, selon lui, de vastes zones forestières n'ont jamais été étudiées en raison de leur éloignement.

Le meilleur exemple, dit-il, est le parc national de Virachey, qui s'étend sur plus de 332 000 hectares le long de la frontière du Cambodge avec le Laos et le Vietnam. Les connaissances scientifiques sur ce qui vit dans le parc sont limitées. La première enquête exhaustive sur la biodiversité de la région est en cours de réalisation.

 

En mars 2021, les pièges à caméra installés lors des premières étapes de l'étude de la biodiversité, menée par l'ONG Fauna & Flora International, ont capturé les toutes premières images d'un faon muntjac à géant au Cambodge. L'espèce n'a été décrite scientifiquement qu'en 1994 et elle est classée "en danger critique d'extinction" par l'UICN. Les photos ont démontré la présence d'une population reproductrice au Cambodge.

 

Selon Pablo Sinovas, , "cette découverte très importante signifie qu'il y a probablement beaucoup plus à trouver dans la région." Il est persuadé que le fait de ne pas savoir ce qui se trouve dans une zone protégée comme Virachey empêche les défenseurs de la nature de concevoir des actions et des interventions de conservation pour les espèces rares et menacées qui y vivent.

 

caméras de surveillance forêt du Cambodge
Anton L. Delgado/ Churt Thom, garde forestier travaillant pour le ministère de l'Environnement, ajuste l'angle d'un piège à caméra dans le parc national de Virachey, dans le cadre d'une étude sur la biodiversité menée par Fauna & Flora International.

 

En tant que responsable des espèces phares de Fauna & Flora au Cambodge, Chantha Nasak a passé des semaines à Virachey à installer des pièges à caméra pour l'étude de la biodiversité. Il espère que les résultats souligneront la nécessité de protéger l'habitat des grands mammifères.

 

La vie sauvage est un élément très spécial de Virachey et le kouprey est un élément très spécial de la culture cambodgienne. Malheureusement, aujourd'hui, la population de kouprey au Cambodge est inconnue. Mais nous devrions nous concentrer sur la protection des lieux comme Virachey afin que le kouprey et aussi d'autres animaux spéciaux puissent survivre.

 

La crise du colletage en Asie du Sud-Est

 

Outre le kouprey, plusieurs autres membres de la famille des bovins sont originaires d'Indochine, notamment le banteng, le gaur et le buffle d'eau sauvage. Tous sont aujourd'hui confrontés à un grave déclin, dû en grande partie au piégeage aveugle, ce qui fait craindre aux défenseurs de la nature qu'ils ne suivent le chemin du kouprey.

Les collets sont de simples pièges munis d'un nœud coulant conçu pour accrocher le cou, le torse ou la jambe de tout animal qui s'y aventure. Souvent fabriqués avec des articles ménagers, comme des câbles métalliques, du nylon ou de la corde, les collets sont bon marché, faciles à produire et à poser en grande quantité.

 

crânes bovins morts à cause de collets
Anton L. Delgado/ Les crânes de deux bantengs morts après avoir été pris au piège sont conservés dans l'abri d'une base de gardes forestiers communautaires dans le sanctuaire de faune sauvage de Phnom Thnout au Cambodge.

 

collets collectés dans une forêt du Cambodge
Anton L. Delgado/ Deux semaines de collets collectés par les gardes communautaires dans la réserve naturelle de Phnom Thnout, qui abrite un troupeau de bantengs.

 

Dans un rapport de 2020, le WWF a estimé que 12,2 millions de collets étaient présents dans les zones protégées du Cambodge, du Laos et du Vietnam, ce qui équivaut à plus de 110 collets par kilomètre carré.

Le banteng, un type de bovin sauvage présent dans des populations éparses du Myanmar à Bali, fait partie des espèces les plus menacées, selon Thomas Gray, coauteur du rapport du WWF et qui a étudié les populations de banteng au Cambodge.

Le sanctuaire de faune de Phnom Tnout-Phnom Pok, dans la province de Preah Vihear, au nord du Cambodge, où se sont déroulées de nombreuses expéditions de kouprey au début du XXe siècle, abrite aujourd'hui un troupeau d'une centaine de bantengs.

Il est en proie au piégeage.

 

ranger forêt du Cambodge
Lim Sap est un garde communautaire de la réserve naturelle de Phnom Tnout-Phnom Pok. "Si nous continuons à tuer tous les animaux sauvages, la prochaine génération de Cambodgiens n'aura même pas une image claire de ce à quoi ressemblent les animaux de notre pays", explique Lim Sap.

 

Les gardes communautaires, comme Sok Lolo et Lim Sap, passent plusieurs jours par semaine à patrouiller dans la zone protégée, à la recherche de pièges. Au cours des deux premières heures d'une patrouille matinale à la mi-juillet, le duo a retiré sept collets.

M.Gray explique :

À mesure que le nombre de bantengs continue de diminuer à cause du piégeage, la probabilité qu'il reste des kouprey tombe à zéro.

 

La politique de l'extinction

Le roi du Cambodge a déclaré le kouprey comme symbole du patrimoine national dans les années 1960, faisant de lui l'animal national du royaume. En 2005, un décret royal a restreint ce titre à celui de "mammifère national".

 

Malgré l'absence d'observations confirmées depuis plus d'un demi-siècle, le kouprey fait partie intégrante de la culture cambodgienne. Le portrait de l'animal apparaît sur des timbres officiels et des logos d'entreprises. Le "Kouprey" a été utilisé comme nom pour des exercices militaires et est même le surnom de l'équipe nationale de football du pays.

L'omniprésence de l'animal en tant que symbole culturel cambodgien contribue probablement à la réticence du gouvernement à officaliser son extinction potentielle, selon Robert Timmins, auteur principal de l'évaluation du statut du kouprey par l'UICN.

 

"L'extinction est stigmatisée. D'un point de vue politique, admettre qu'une extinction a eu lieu, en particulier d'une espèce symbolique, a des ramifications politiques", explique M. Timmins. "Personne n'aime admettre l'échec et il est difficile de considérer l'extinction comme autre chose qu'un échec de la gestion et de la gouvernance."

 

L'histoire du kouprey est un signal d'alarme pour la biodiversité.

 

- Andrew Tilker, responsable des espèces asiatiques chez re:Wild.

 

Une déclaration d'extinction prend également du temps. L'UICN déclare une espèce éteinte "lorsqu'il n'y a pas de doute raisonnable sur le fait que le dernier individu de l’espèce soit mort" et que des "enquêtes exhaustives" n'ont pas permis d'en enregistrer un. Dans le cas du kouprey, bien qu'elle ait conclu que "son extinction, n'est pas encore survenue, elle est presque certainement scellée", l'UICN n'a pas encore classé l'espèce comme éteinte car l'habitat potentiel n'a pas été "suffisamment étudié pour exclure la présence du kouprey".

 

Déclarer l'extinction du kouprey aurait-il un impact significatif sur la conservation de la faune au Cambodge ?

M. Gray, qui est également coordinateur de l'évaluation de la Liste rouge pour le groupe de spécialistes du bétail sauvage d'Asie de l'UICN, en doute.

 

"Il n'y a aucune urgence à la déclarer éteinte", dit-il. "Si le kouprey, l'animal national du Cambodge, était déclaré éteint, cela changerait-il le comportement du gouvernement ou de la population de quelque manière que ce soit ? Je n'en sais rien. Cela pourrait-il concentrer le gouvernement ? Je pense que c'est probablement naïf et trop optimiste."

 

M. Gray prévoit que la prochaine évaluation de l'UICN pour le kouprey - attendue d'ici un à deux ans - continuera à classer l'espèce dans la catégorie "en danger critique d'extinction".

 

Mais Tilker soutient que l'extinction officielle d'un animal national pourrait galvaniser le gouvernement et les défenseurs de l'environnement pour sauvegarder les autres populations de bovins sauvages de la région, qui s'amenuisent.

 

"Le kouprey, qu'il n'y ait disparu  ou qu'il en reste cinq, est un signal d'alarme indiquant que toutes les espèces endémiques vivant dans la région sont peut-être en voie d'extinction", explique Tilker.

"L'histoire du kouprey est un signal d'alarme pour la biodiversité, notamment parmi les bovins sauvages d'Indochine. Si l'espèce devait être déclarée éteinte, cela pourrait être un signal d'alarme majeur pour les bantengs et autres grands mammifères."

 

Anton L Delgado

Ce reportage publié par The Third Pole (CC BY NC ND) a été réalisé en collaboration avec le Southeast Asia Globe.

Cet article a été publié pour la première fois par China Dialogue.

 

Anton L Delgado est un journaliste multimédia basé au Cambodge qui couvre l'actualité et l'environnement dans toute la région, principalement pour The Southeast Asia Globe.

 

Pour ne rien manquer de l’actualité francophone du Cambodge, pensez à vous abonner à notre lettre d’information en cliquant sur ce lien. Précisez bien : l’édition du Cambodge et hop le tour est joué.

À bientôt.

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale