Repenser les rues de Phnom Penh

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 28/05/2022 à 02:03 | Mis à jour le 28/05/2022 à 02:03
Photo : Paul Szewczyk
paul-szewczyk-5JIt63h3e0s-unsplash

Ses Aronsakda est un jeune chercheur au Future Forum. Architecte de formation, il mène des recherches sur l'urbanisme de Phnom Penh et s'intéresse à tous les aspects de la ville et du design urbain.

 

Le vieil adage dit : Ce n'est pas la destination qui compte, c'est le voyage. Mais pour une ville, c'est exactement le contraire qui est vrai : ce n'est pas le trajet pénible qui compte, c'est la destination.

 

Cela vaut pour les citadins cambodgiens. Pour eux, les rues et les voies de circulation encombrées ne sont que des obstacles qu'ils doivent surmonter à contrecœur pour se rendre là où ils veulent aller. Après tout, le réseau routier d'une ville accueille banalement le trafic, les marchandises et les personnes mais n’ est pratiquement jamais, considéré comme plus que cela. 

 

Mais dans une ville,  l'importance des rues se cache à la vue de tous. À Phnom Penh, les rues représentent souvent le seul espace entièrement public qui reste. Et une utilisation correcte est la clé d'une ville plus dynamique, plus vivable et plus prospère.

 

La rue pensée comme une destination

 

Le concept de revitalisation des rues en tant que destinations peut sembler étrange. Pourtant, certains des espaces les plus mémorables et les plus célèbres d'une ville sont souvent ses rues. Les Champs-Élysées à Paris, le Passeig de Gràcia à Barcelone, Broadway à New York et même le Sisowath Quay à Phnom Penh n'en sont que quelques exemples.

 

Le facteur le plus évident pour qu’une rue soit vivante est l'espace dévolu aux  piétons et aux cyclistes. Si les rues veulent être attractives, elles doivent posséder suffisamment d’espace pour marcher tranquillement, faire du vélo ou du lèche-vitrine, et des îlots pour que les passants puissent se reposer, discuter ou observer les gens. Cela signifie que les véhicules motorisés doivent céder un peu d'espace, mais cela ne signifie pas nécessairement que le nombre d'utilisateurs doit être réduit. En fait, c'est le contraire qui est vrai.

 

Les trottoirs et les pistes cyclables transportent en moyenne plus de personnes par heure qu'une voie de circulation, et l'inclusion d'une ligne de transport en commun (bus ou tram) rend une rue plus accessible aux visiteurs plus éloignés. 

 

Prenons l'exemple de Broadway, à New York, et plus particulièrement de Times Square. Bien desservie par les transports en commun, cette section de l'avenue bénéficie d'un réaménagement de la voirie, qui a remplacé l'espace réservé aux véhicules à moteur par des voies piétonnes, des pistes cyclables et une place - Ce qui était autrefois une intersection très encombrée  est devenue une place publique animée.

 

James-ting-time square new york.
James Ting, time square New York.

 

Une rue bien conçue doit également offrir un sentiment sécurité et de protection contre les intempéries- au Cambodge, cela signifie une protection contre les températures élevées et les fortes pluies. C'est là que les bâtiments et les arbres jouent un rôle crucial. Ils fournissent de l'ombre, un décor intéressant et un sentiment de sécurité.

 

En bref, les rues attrayantes sont conviviales, bien desservies par les transports en commun et joliment encadrées et ombragées par des arbres et des bâtiments. Mais ces changements ne profitent pas seulement aux passants. Il y a également des raisons de penser que les entreprises en profitent également.  

 

Les rues attractives sont excellentes pour les affaires

 

Dans un certain nombre de recherches portant sur l'impact économique direct de la conception de rues visant à réduire la circulation automobile et à augmenter la circulation cycliste / piétonne ont été menées. Les résultats indiquent un impact positif pour les entreprises locales. 

 

Les différences de dépenses entre les automobilistes et les usagers actifs sont relativement faibles, les automobilistes dépensant 47 dollars et les cyclistes 43 dollars par trajet. Mais il est important de se rappeler que les piétons et les cyclistes passent plus de temps le long des zones commerciales, qu'ils sont plus susceptibles de visiter les magasins devant lesquels ils passent et qu'ils y retournent plus fréquemment que les automobilistes. Par conséquent, ils contribuent globalement à un chiffre d'affaires plus important au fil du temps.

 

Enfin, les entreprises peuvent accueillir plus de piétons ou cyclistes que d’automobilistes. Un seul emplacement de voiture peut être utilisé pour garer six vélos, et bien sûr, aucun stationnement n'est nécessaire pour les piétons.

 

N'oublions pas non plus que les retombées d'une rue bien conçue ne se limitent pas aux bonnes affaires.

 

Des rues dynamiques profitent à la société en créant des espaces pour les activités socioculturelles, telles que des interactions sociales, la promotion du patrimoine architectural et historique, tout en contribuant à la création de nouveaux espaces dans la  ville.

 

Elles sont bénéfiques pour l'environnement grâce à l'ajout d'arbres et d'autres éléments de verdure, contribuant à la biodiversité urbaine et améliorant le microclimat local - à la réduction de la chaleur urbaine, à la pollution sonore et atmosphérique, en passant par l'amélioration de l'infiltration de l'eau, etc.

 

Enfin, les rues bien conçues sont bénéfiques pour la santé publique : la réduction ou l'absence totale de trafic motorisé crée un environnement plus sûr pour tous les usagers, réduit la pollution atmosphérique et sonore et incite davantage de citadins à pratiquer une activité physique.

 

De meilleures rues pour Phnom Penh

 

Phnom Penh a certainement le potentiel pour développer des rues attractives, vivantes et riches en activités. L'une de ces rues est la rue 184, qui s'étend sur 1,4 km d'est en ouest, des berges du fleuve au boulevard Monivong. 

 

La première étape consisterait à donner la priorité aux piétons. Le tronçon entre le Musée national et le boulevard Norodom a le potentiel pour être entièrement piétonnier. Étant donné qu'il est principalement bordé de grands bâtiments publics et de petits restaurants et débits boissons, il sera plus facile de convaincre ces vendeurs des avantages d'une circulation entièrement piétonne.

 

rue 184
Ses Aronsakda

 

Le dernier tronçon partant de la Sisowath High School vers l'Institut Français devrait être réaménagé en utilisant un concept de rue partagée. Une telle rue serait conçue pour que les piétons soient l'utilisateur prioritaire, tout en permettant une circulation automobile limitée et lente pour les conducteurs locaux uniquement (empêchant le trafic de transit). Cela peut se faire en conservant une seule voie de circulation étroite, en introduisant une chicane, en installant du mobilier urbain, des rigoles vertes et des arbres comme obstacles pour ralentir les conducteurs et les inciter à conduire plus prudemment.

 

 

Enfin, avec une configuration environnementale appropriée, les urbanistes locaux devraient s'efforcer d'encourager l'activité le long de la rue et ainsi la valoriser. Des efforts pourraient être menés non seulement pour développer l'activité économique mais aussi en lui conférant une identité, faisant ainsi de la rue 184 une véritable destination.

 

carte rue 184 à Phnom Penh

 

À l'extrémité est, la section de la rue 184 qui passe devant l'Université royale des Beaux-Arts et le Musée national pourrait servir de noyau pour les activités culturelles et artistiques. Outre les maisons d'art et les studios déjà établis, la rue peut être aménagée pour accueillir du mobilier urbain semi-permanent, comme des sièges, des scènes, etc. Par intervalles, de petites places pourraient être intégrées pour accueillir des événements tels que des expositions d'art local, des festivals et des expositions.

 

rue 184 à Phnom Penh
Ses Aronsakda

 

La seconde moitié de la rue se compose de quelques écoles, de plusieurs immeubles de bureaux et de bâtiments résidentiels.Là, les urbanistes doivent concevoir des espaces où les piétons pourraient se reposer, se détendre ou prendre un repas. Une fois de plus, le mobilier urbain est crucial, l'accent devant êtes mis sur la création de sièges confortables et de lieux de rassemblement. 

 

Cela encouragera les habitants à ouvrir des magasins pour répondre aux besoins quotidiens des employés de bureau, des étudiants et de la population locale. Les architectes et les autorités locales devraient également y intégrer les vendeurs de rue, en leur fournissant des emplacements désignés, ce qui ajouterait à la variété de l'offre.

 

Ces deux axes distincts mais complémentaires donneraient à la rue 184 un mélange équilibré de services pour répondre aux besoins des habitants et des visiteurs, tout en la transformant en une destination dynamique.

 

rue 184 actuellement
La rue 184 à Phnom Penh le 17 mai 2022 (Roun Ry/VOD)

 

Conclusion

 

La rue 184 n'est qu'un exemple possible. De nombreuses autres rues adéquates existent à travers Phnom Penh, ce qui témoigne de l'excellent patrimoine urbain dont dispose la ville.

 

Phnom Penh ne doit donc pas ignorer le potentiel de ses rues pour la revitaliser . Lorsqu'elle est bien conçue et gérée avec soin, une humble rue citadine peut être plus qu'un simple élément de l'infrastructure de transport. Elle peut garantir aux habitants un environnement urbain plus vivable, plus dynamique et plus prospère. Il suffit de repenser les rôles que ces rues peuvent jouer dans nos vies à tous.

 

Avec l’aimable autorisation de Vodenglish.news pour rendre cet article accessible à un publique francophone.

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale