Dimanche 23 février 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La rapide disparition des lacs pourrait mettre Phnom Penh en danger

Par Pierre Motin | Publié le 06/01/2020 à 20:00 | Mis à jour le 08/01/2020 à 05:06
Photo : Un lac de Phnom Penh en train d'être asséché. Crédits : STT
lacs phnom penh environnement

Selon un étude réalisée par une ONG cambodgienne, l'assèchement progressif des lacs de Phnom Penh depuis 2003 pourrait causer de graves inondations dans la capitale.

L’ONG Sahmakum Teang Tnaut (STT) a publié le 27 décembre dernier un rapport portant sur la destruction des lacs de Phnom Penh. D’après l’ONG, aucun plan d’eau n’est intact dans la capitale.

Le rapport publié par STT, intitulé « Les derniers lacs », indique que 60% des lacs de Phnom Penh ont complètement été asséchés pour laisser place à des projets de développement urbain, tandis que 40% des terres marécageuses de la capitale ont été asséchées. Or, d’après STT, ces marais et plans d’eau recueillant une grande quantité d’eau lors de la saison des pluies, leur assèchement augmente les risques d’inondations dans la capitale. Si rien ne change, la ville et ses alentours vont notamment subir de graves inondations, une diminution de la biodiversité et la perte de moyens de subsistance pour les populations locales, avertissent les auteurs de cette étude.

Depuis 2003, les développeurs de quartiers périphériques et de boreys, des quartiers résidentiels fermés, ont ensablé les lacs et marécages de Phnom Penh, soutiennent les auteurs du rapport. Sur les 26 lacs qui existaient à à Phnom Penh dans les années 90, 16 ont totalement été asséchés, et 10 l’ont été partiellement. Aucun lac étudié dans les années 90 n’est aujourd’hui intact. En l’état actuel, seul les lacs de Boeung Samrong et Tamok conservent plus de 50% de leur surface initiale.

L’ONG souligne que des milliers de familles ont été victimes d’expulsions liées à l’assèchement de ces lacs, notamment lors de l’assèchement du lac de Boeung Kek, et que les projets de développement initiés sur les lacs asséchés ne bénéficient pas aux populations les plus défavorisées.

STT appelle le gouvernement cambodgien à protéger les lacs et marécages restants, comme les lacs de Boeung Tamok, Boeung Tumpoun et les terres marécageuses de Choeung Ek. L’ONG recommande notamment aux autorités cambodgiennes de rendre publiques les propriétés publiques d’Etat ainsi que les études d’impact environnemental réalisés lors de l’assèchement des lacs. L’ONG appelle en outre le gouvernement cambodgien à mettre en place des règles strictes de protection de l'environnement, la loi actuelle sur les terres étant insuffisante en la matière.

 

Tant que vous êtes ici, nous avons un petit mot à vous dire. Lepetitjournal.com Cambodge est un média indépendant qui a fait le choix de laisser ses articles en ligne et accessibles à tous. Face au phénomène de baisse des recettes publicitaires qui touche l'ensemble des médias, nous avons besoin de votre soutien.

Si notre travail vous satisfait, vous pouvez désormais nous soutenir via notre compte Tipeee, une plateforme de dons en ligne. Chacune de vos contributions, grande ou petite, nous est précieuse et participera directement à la vie de Lepetitjournal.com Cambodge. Merci !

Nous vous recommandons

2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Thie lun 13/01/2020 - 09:48

Pour palier à ce problème il faut couper les têtes des corrompus : en premier lieu le Gouverneur actuel et ses protecteurs!

Répondre
Commentaire avatar

Anuman mer 08/01/2020 - 03:26

D'autant plus que ces espaces sont cruciaux pour l'épuration des eaux usées de la capitale… Bientôt 30 ans d'études et de recommandations, des décrets votés au niveau national dont le dernier pour les 550ha de Chen Ek… Rien n'y fait. Tout est vendu et rien ne sait lutter contre cette spéculation déraisonnée. Une grande catastrophe en devenir et n'oubliez pas que 70% des sols du Phnom Penh urbanisé sont sous le niveau des hautes eaux du Mékong. Parfois même de plus de 5m!

Répondre