Quid des maisons en plastique de Battambang

Par Raphaël FERRY | Publié le 07/11/2021 à 01:00 | Mis à jour le 08/11/2021 à 07:45
Exo Fondation des femmes travaillant sur un projet

Trop souvent, victimes d’une information galopante qui s’emballe, nous n’avons pas forcement ni le temps ni les moyens de suivre les projets que nous mettions en lumière quelques années auparavant.

Que sont-ils devenus, les beaux projets d’hier ? Quels succès ont-ils rencontré ? Quelles difficultés ? Ont-ils perduré ? Ont-il été abandonnés ?  Ont-ils mués ? Quel impact la crise Covid a-t-elle eu sur eux? Parce que les expériences des uns doivent pouvoir profiter aux autres, il nous parait important de faire le point. 

C’est la question que nous nous sommes posée au Petit Journal à propos d’un projet de construire des maisons avec des bouteilles en plastique qui avait été mené à Battambang en 2015 et qui avait été financé par Exo Foundation.

 

Alexandra MICHAT

 

Nous sommes rentrés en contact avec Mme Alexandra MICHAT - Directrice Développement Durable chez EXO Travel et responsable d'EXO Foundation qui a bien voulu répondre à nos questions.

 

Madame, en 2015, vous financiez un projet de construction avec l’idée d’utiliser les bouteilles en plastique comme matériaux de base. Qu’en est-il de ce projet ? 

 

Ce projet a vu le jour en 2015 à Battambang, il a permis la création d'une maison intégrée dans le centre de valorisation et de tri des déchets géré par l'association COMPED, notre partenaire sur ce projet. 

 

maison en bouteille plastique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons constaté que le coût de construction par rapport à une maison classique est le même mais que l'impact reste tout même positif car il permet de réutiliser des déchets (et leur donner une seconde vie) et empêche la création de nouvelles matières premières à partir de ressources naturelles.

 

Cette expérimentation nous a aussi permis de prendre conscience que le projet nécessite un savoir faire technique et qu'il n'est pas simple à mettre en oeuvre (le remplissage des bouteilles avec les déchets demande beaucoup de temps et de main d'oeuvre) et nous n'avons pas trouvé les ressources nécessaires pour déployer facilement le projet dans d'autres zones.

COMPED continue à jouer son rôle de sensibilisation à la gestion des déchets et organise régulièrement des visites du centre et de cette maison pilote pour des enseignants, des étudiants, les autorités locales etc. COMPED continue aussi de réaliser sur le terrain des sessions d'informations auprès de la population locale avec comme supports pédagogiques la vidéo et la bande dessinée que nous avions réalisées dans le cadre de ce projet.

 

Enfin, nous manquons clairement de visibilité sur les autres projets entrepris qui pourraient s'inspirer de celui-la, car après avoir partagé les informations, nous n'avons malheureusement pas la possibilité de suivre les avancées des organisations qui nous ont contactés.

 

Vous pensiez en 2015 développer d’autres projets dans d’autres provinces du Cambodge, dans d’autres pays ? Qu’avez-vous pu réaliser ? 

 

Récemment, en 2021, une délégation composée de représentants d'associations et de fonctionnaires de la province de Kep est venue sur place pour en apprendre davantage sur le projet. Nous avons également été sollicités à de nombreuses reprises par des groupes de bénévoles ou des associations qui souhaitaient répliquer le projet, notamment au Laos, où la construction servirait aussi de centre d'information et de sensibilisation à la gestion des déchets. 

 

information sur les maison en plastique

 

Nous avons partagé toutes les informations sur la mise en oeuvre du projet avec ceux qui nous ont sollicité et espérons que d'autres maisons bouteilles ont pu voir le jour ! https://exofoundation.org/waste-is-a-waste/ 

En parallele, nous avons continué à investir dans le déploiement de solutions pour améliorer la gestion des déchets et leur donner plus de valeur, une seconde vie. Avec le projet Reform au Vietnam et en Birmanie, tout type de plastique peut être revalorisé et transformé en meubles, grâce à un procédé qui permet de transformer à petite échelle et de manière peu couteuse les déchets de type sachets de nouilles, chaises cassées etc. https://exofoundation.org/project/reform-evergreen-labs/ 

 

Au cambodge, nous avons continué à soutenir des associations qui oeuvrent pour la réduction, le recyclage et la valorisation des déchets. Nous avons établi des partenariats avec Sala Bai pour sensibiliser les étudiants, menés des ateliers en entreprises avec notamment les Artisans d'Angkor, avec GAEA pour valoriser le verre et avec Naga Earth à Siem Reap. 

 

Camion Gaea a Siem Reap

 

Quel impact a eu la crise Covid sur vos activités ?

Malheureusement, nous avons donc dû réduire nos activités au minimum et jusqu’à maintenant nous avons continué à soutenir uniquement les projets sur lesquels nous étions déjà engagés. 

Nous avons réussi à lever des fonds pour aider à la création d'initiatives telles que "Share The Wonder of Travel" qui a permis à une dizaine de jeunes Cambodgiens défavorisés de partir en mini-voyage! L'idée est de permettre à des jeunes qui n'en ont pas les moyens de voir leur pays sous un autre jour et de soutenir dans ces temps difficiles les acteurs du tourisme responsable et les associations locales. L'organisation de ces voyages a été rendue possible grâce au soutien de donateurs. La campagne de financement pour l'organisation de ces excursions est encore en cours, vous pouvez la soutenir ici!

 

Comment voyez-vous l’avenir, maintenant que le tourisme s’apprête à repartir ?

 

Nous espérons pouvoir continuer à être là pour soutenir les projets et les associations qui en ont besoin, au service des plus vulnérables, ceux qui souffrent des conséquences négatives que peut avoir le tourisme s'il n'est pas organisé de manière responsable et au service de la protection de l'environnement ! 

 

Nous vous invitons à retrouver l'ensemble de nos activités et nos partenaires sur notre site internet : www.exofoundation.org / contact@exofoundation.org

raphaël ferry

Raphaël FERRY

Installé au Cambodge en 2010. Je suis tout de suite tombé amoureux du pays et de sa population. Curieux de tout, aimant découvrir l’humain, ses passions, ses motivations, son art de vivre…
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition internationale