Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Kim Hak et Olivia Gay au Phnom Penh Photo festival

Le Petit Journal, partenaire du Phnom Penh Photo festival qui se déroulera du 7 décembre 2023 au 7 février 2024, présente deux artistes qui y seront exposés aujourd’hui Kim Hak et Olivia Gay.

courverturecourverture
Écrit par Lepetitjournal Cambodge
Publié le 20 novembre 2023, mis à jour le 20 novembre 2023

KIM HAK (Cambodge, né en 1981) expose "My Beloved" sur les murs de l'Institut français du Cambodge

Cinq ans durant, à partir de 2005, Kim Hak a parcouru à travers le Cambodge tout en travaillant pour l'industrie du voyage. C’était avant qu’il ne se consacre entièrement à la photographie. Cette connaissance du pays lui a été précieuse lorsqu’il a entrepris, en 2012, de commencer un voyage personnel avec quelques amis proches et sa famille, pour parcourir tout le pays et photographier la diversité et les paysages le long du Mékong, autour du lac Tonlé Sap et vers le sud jusqu'à la mer et les provinces côtières.

Ce travail a duré dix ans, et le photographe a pu constater que certains endroits ont disparu ou ont été considérablement transformés par les bouleversements rapides et les constructions de ces dernières années.

Cet album de voyage subjectif est toujours cadré avec une extrême précision, et la couleur, sans effets, met en valeur avec finesse la richesse et la diversité des paysages cambodgiens. Kim Hak le dit clairement : « Le Cambodge, c’est bien davantage que les clichés d’Angkor Wat et les charniers des Khmers rouges. C’est ici que je suis né et que j’ai grandi. C’est la terre qui me donne la vie et elle est riche en art et en culture, de belles personnes ordinaires et d’une nature tellement riche ».

« My Beloved » est une déclaration d’amour de Kim Hak au Cambodge et à la photographie.

 

Sopheakmit Waterfall in Preah Vihear province with Laos border - 2015
Chute d'eau de Sopheakmit dans la province de Preah Vihear à la frontière du Laos - 2015 © Kim Hak

 

Né à Battambang, au Nord-Ouest du Cambodge, en 1981, il vit aujourd’hui à Phnom Penh. Kim Hak a grandi en écoutant les souvenirs de ses parents sur le régime des Khmers rouges. Aujourd'hui, il utilise sa pratique artistique pour sensibiliser au passé de ce pays - pour se souvenir, se réapproprier et interpréter l'histoire sociale du Cambodge d'avant, mais aussi pendant et après cette terrible période. Le travail de Kim Hak a exploré un certain nombre de thèmes liés à la culture de son pays, y compris les histoires de survivants (mémoire, camps de réfugiés, pays d'accueil, diasporas cambodgiennes, processus de guérison, communautés, humanité et renaissance), les funérailles du roi Sihanouk, l’architecture et aussi les transformations profondes du paysage au Cambodge. Kim Hak a beaucoup exposé en Asie, en Océanie, en Europe, au Canada et aux États-Unis d'Amérique. Son travail a été présenté à l'échelle internationale dans des festivals d'art et de photographie et a été publié dans de nombreux magazines de photographie.

 

OLIVIA GAY (France, née en 1973) expose "Origines" sur les murs de la médiathèque de l’Institut Français du Cambodge

Olivia Gay est une photographe documentaire française dont les travaux questionnent principalement la place des femmes et les questions liées au travail dans le monde contemporain, essentiellement en France. La série « Origines » présentée ici a été réalisée en 2020 dans le cadre de la commande « Mission photographique Grand-Est » émise par la Région Grand-Est. Dans cette partie de la France frontalière de l’Allemagne et de la Suisse, la photographe a, comme toujours, dialogué avec les habitants, les a impliqués dans ses photographies. Pas d’images volées, juste une attention bienveillante pour recueillir des moments de vie, de relations, révéler des espaces, questionner le quotidien en profondeur. Sa grande exigence, entre autres en ce qui concerne le cadrage et la lumière, nous offre des photographies d’une grande qualité esthétique, en dialogue avec des traditions liées à la peinture. Un travail à la fois documentaire et plastique.

 

©Olivia Gay
© Olivia Gay

Olivia Gay, née en 1973, vit et travaille dans le Perche, en Normandie. Elle a étudié l’histoire de l’art à l’Université de Bordeaux et la photographie à la New England School of Photography, Boston, USA, avant d’exercer le métier de photographe de presse. Diplômée de l’École nationale supérieure de la photographie d'Arles, elle prépare actuellement un doctorat recherche et création dans le cadre du programme RADIAN : « Women at work. Pour une photographie compréhensive ». Sa recherche porte sur l'image des femmes au travail à partir d'une photographie compréhensive (au sens d’une sociologie compréhensive, Weber). Elle a présenté son travail dans de nombreuses expositions, en France et à l’étranger, et a reçu le Prix GD4 Art de la Fondation MAST en 2010 et le prix spécial Joy Hendricks HSBC en 2018.

Les photographies de cette exposition ont été produites dans le cadre de « GRAND EST, une mission photographique » une commande de la Région pilotée par La Chambre, en collaboration avec le CRI des Lumières.

SyzMrqo__400x400
Publié le 20 novembre 2023, mis à jour le 20 novembre 2023

Flash infos