Joyeux 10ème anniversaire, thmeythmey.com !

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 11/04/2022 à 18:15 | Mis à jour le 11/04/2022 à 07:06
10 ans thmey thmey

Le site d’information en ligne thmeythmey.com fête ce 10 avril son dixième anniversaire. Cet anniversaire me touche tout particulièrement puisque que les trois fondateurs, Ky Soklim, Leang Delux et Pen Bona, ainsi que l’actuel rédacteur en chef, Ung Chamroeun, sont tous issus de la rédaction du  quotidien en langue française Cambodge Soir dont j’ai été le rédacteur en chef de 1995 à 2007.

 

Formés au département d’études francophones de l’Université royale de Phnom Penh, où il y avait à l’époque une option journalisme, ils ont fait leurs premiers pas dans ce métier à Cambodge Soir. Je suis heureux de leur avoir transmis ce que je savais du travail de journaliste, tout comme je les remercie de m’avoir fait connaitre ce pays, le Cambodge, où je suis encore, 28 ans après y être arrivé. De collègues, nous sommes devenus amis et nous le sommes encore aujourd’hui.

 

À nos débuts, dans ces lointaines années 1990, alors que nombre de journalistes de l’actuelle rédaction de thmeythmey.com et de cambodianess.com , la version en anglais du site, n’étaient pas encore nés, les réseaux sociaux et l’information en ligne n’existaient pas.

 

En créant, il y a dix ans, ce site, ses fondateurs ont fait preuve à la fois de clairvoyance et d’audace.

De clairvoyance parce qu’ils ont bien compris qu’au Cambodge comme partout, les médias en ligne allaient prendre l’avantage sur les modes traditionnels de transmission - presse, radio, télé – pour faire parvenir au plus grand nombre des informations sans que cela soit coûteux.

D’audace parce que  s’engager dans la production d’information de qualité, c’est-à-dire vérifiée, balancée, dans un contexte où pullule la désinformation, où on peut à tout moment se faire reprocher d’atteinte à ceci ou cela – à l’ordre social, à la morale, etc. – demande cette qualité-là. Car, à la différence de ceux qui se prétendent journalistes alors qu’ils s’expriment de manière anonyme dans la jungle numérique, les journalistes de thmeythmey.com signent de leur nom et engagent leur responsabilité personnelle et celle de leur rédaction pour ce qu’ils publient.

 

Les rédactions de Thmeythmey.com et de Cambodianess.com comptent cinquante journalistes, à plein temps ou pigistes. Oui, vous avez bien lu : 50. Car on ne produit pas de l’information de qualité sans journalistes. Et je suis toujours ému de les voir travailler quand je passe leur rendre visite. Il n’y a plus de papier, tout est numérique, mais il y a cette ambiance caractéristique des salles de rédaction, à la fois studieuse et fébrile, qui régnait à Cambodge Soir. A-t-on la bonne info, a-t-on bien écrit son papier, n’a-t-on pas manqué une info importante ?

 

Ky Soklim m’avait un jour présenté aux jeunes journalistes de la rédaction de thmeythmey.com comme étant leur « grand-père ». Sur le moment, ça m’avait fichu un coup de vieux. Mais au fond je suis fier d’avoir des « petits-enfants » comme eux.

 

Merci aux fondateurs de thmeythmey.com d’avoir transmis la flamme de Cambodge Soir à une nouvelle génération. Et bravo à tous d’entretenir la flamme du journalisme, sans laquelle s’éteindrait la liberté.

 

Pierre Gillette, ancien rédacteur en chef de Cambodge Soir

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale