Interdire l’alcool aux mineurs au Cambodge

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 25/09/2022 à 01:00 | Mis à jour le 26/09/2022 à 07:10
Photo : Sangboo Nam
Une canette de bière est posée sur une table dans un bar au Cambodge

Il n’existe pas de loi interdisant la consommation d’alcool au Cambodge en fonction de l’âge. Pourtant, un projet de loi sur le contrôle des produits alcoolisés a été rédigé en 2015.

 

Le Cambodge est l'un des rares pays au monde à ne pas avoir d'âge minimum pour consommer de l'alcool. La disponibilité d’accès à des d'alcools bon marché et l'absence de restrictions sur la publicité peuvent pousser des mineurs parfois très jeunes à en consommer.

 

Pourtant un projet de loi sur le contrôle des produits alcoolisés a été rédigé en 2015. Depuis sept ans, il attend d'être examiné.

 

En mai dernier une réunion entre le vice-président du Conseil des affaires USA-ASEAN, Michael W. Michalak, et le ministre des Travaux publics et des Transports, Sun Chanthol, l’a remis sur les devants de la scène.

Malgré que des responsables des ministères des transports, de l'éducation et de la santé se soient engagés à unir leurs forces pour faire passer le plus rapidement possible la loi fixant à 18 ans l'âge de la consommation d’alcool, les signes de progrès sont trop lents, selon des groupes de la société civile.

 

Les ONG dénoncent un manque de volonté politique

Yong Kimeng, le directeur exécutif du People Center for Development and Peace (PDP-Center), une ONG locale qui se consacre à la résolution des problèmes socio-économiques, a déclaré que son organisation exhorte le gouvernement à adopter cette loi.

 

"Adopter la loi le plus rapidement possible est une question de santé publique pour les jeunes, les enfants et les femmes qui tombent dans la violence et l'alcoolisme", a-t-il déclaré. “Si le Cambodge veut améliorer le développement social dans les villes et les campagnes, les jeunes ne devraient pas être autorisés à boire de l'alcool, car cela affecte leur santé physique et mentale'', a-t-il ajouté.

Selon lui , l'adoption de la loi a été retardée sous la pression des compagnies d'alcool, dont les bénéfices pourraient diminuer si la sensibilisation aux dangers de l'alcool gagne du terrain.

Tant que le gouvernement ne considère pas l'alcool comme un produit dangereux, on ne peut s'attendre à aucun changement.

 

Pa Chanroeun, président de l'Institut cambodgien pour la démocratie, partage cet avis.

"La consommation d'alcool sape la moralité sociale et entraîne de la violence domestique et des accidents de la route", a-t-il déclaré. "Nous [les ONG] demandons au gouvernement d'accélérer l'adoption de la loi sur le contrôle des produits alcoolisés, car c'est une étape importante pour la société cambodgienne."

Il estime que les responsables gouvernementaux sont capables de rédiger et d'adopter la loi, mais souligne que le manque de volonté politique est la raison pour laquelle le texte est retardé depuis si longtemps.

 

Selon une recherche menée par la Fondation pour l'Asie en 2016, les hommes cambodgiens buvaient en moyenne 9,7 litres d'alcool pur chaque année - bien plus que la moyenne mondiale de 6,2 litres.

 

Sources Cambodianess

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale