TEST: 2248

Le confinement, un nouveau problème pour l’industrie textile

Par Raphaël FERRY | Publié le 21/04/2021 à 07:00 | Mis à jour le 21/04/2021 à 16:09
Photo : AKP
ouvrieres cambodgiennes travaillant dans une usine textile
L’industrie textile cambodgienne déjà touchée par la récession du commerce mondial et les rétorsions européennes doit affronter de nouvelles difficultés suite au confinement.
 

Le bouclage de Phnom Penh 

 
Le gouvernement cambodgien a imposé un verrouillage de 14 jours dans la capitale Phnom Penh et dans la ville adjacente de Ta Khmau, du 15 au 28 avril, afin d'enrayer la propagation de la COVID.
 
Cet ordre de confinement exige que toutes les activités non essentielles soient fermées et que tous les habitants restent chez eux et ne sortent de chez eux qu'en cas d'urgence ou d'absolue nécessité.
 
"Le secteur de la fabrication de vêtements, de chaussures et d'articles de voyage n'est pas considéré comme un secteur essentiel qui doit rester ouvert pendant le confinement et nous devons donc rester fermés", a déclaré l’association des fabricants de vêtements du Cambodge (GMAC) dans un communiqué.
 
"Le verrouillage entraîne également des perturbations dans le secteur de la logistique et nous ne sommes pas en mesure de transporter librement les matières premières et/ou les produits finis", a-t-elle ajouté.
 
GMAC a déclaré que certains de ses membres qui ne sont pas situés dans les zones de confinement sont également touchés, car leur personnel qui réside à Phnom Penh et Ta khmau n'a pas pu se rendre au travail.
 
Ces usines ne sont pas en mesure de fonctionner normalement
a-t-elle déclaré. "Cela peut entraîner un retard dans la production ainsi que le non-respect des calendriers de livraison précédemment convenus."
 

L'appel de la GMAC

 
GMAC a déclaré qu'il est nécessaire de coopérer et d'obéir aux instructions du gouvernement et de se donner la main pour combattre la propagation du COVID-19.
 
L'Association des fabricants de vêtements du Cambodge (GMAC) a demandé lundi à toutes les parties prenantes de la filière de faire preuve de compréhension et de ne pas punir ses membres s'ils ne pouvaient pas honorer leurs calendriers de livraison parce que leur production a été interrompue en raison du COVID-19.
 
"Nous voudrions faire appel à votre compréhension pour faciliter et prendre des dispositions pour aider à répondre à cette situation spéciale", a déclaré la GMAC. "Nous vous demandons à tous de ne pas punir nos membres pour cette situation qui échappe à notre contrôle."
 
L'industrie de l'habillement, de la chaussure et des articles de voyage, qui est la principale source de revenus du royaume, compte environ 1 000 usines employant quelque 750 000 travailleurs.
 
On ne sait pas vraiment quelle portée peuvent avoir les demandes des industriels cambodgiens auprès des de leurs clients qui doivent être eux aussi confrontés à des problèmes de stock et de vente. Le milieu du négoce international n’est pas connu pour son altruisme outrancier.
 
Selon le ministère du Commerce, le Cambodge a exporté l'an dernier des vêtements pour une valeur de 7,4 milliards de dollars américains, soit une baisse de 10 % en glissement annuel, des articles chaussants pour une valeur de 1,1 milliard de dollars, soit une baisse de 11 %, et des articles de voyage pour une valeur de 964 millions de dollars, soit une baisse de 10 %.
Sur le même sujet
raphaël ferry

Raphaël FERRY

Installé au Cambodge en 2010. Je suis tout de suite tombé amoureux du pays et de sa population. Curieux de tout, aimant découvrir l’humain, ses passions, ses motivations, son art de vivre…
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale