Samedi 19 juin 2021
Cambodge
Cambodge

D’une opération bœuf bourguignon à un projet humanitaire au Cambodge

Par Juliette FONTAINE | Publié le 07/05/2021 à 03:00 | Mis à jour le 08/05/2021 à 08:14
deli distribution de nourriture

Le français Pierre Favitski, gestionnaire du restaurant Le deli Bistrot Gourmet à Phnom Penh, a lancé il y a deux semaines une opération bœuf bourguignon dans la ville. À destination des soignants en pleine campagne intensive de vaccination, ce projet a rapidement pris une ampleur inattendue.

 

C’est en constatant avec stupeur la gravité de la situation dans son quartier que Pierre a décidé de réagir. Habitant depuis 18 ans au Cambodge, celui-ci refuse de laisser la misère sociale et sanitaire s’installer sous ses yeux, dans ce pays qu’il aime tant. L'opération bœuf bourguignon est ainsi née et ce fameux plat typiquement français a été livré par centaine aux soignants. Cependant, très rapidement les demandes ont afflué de toute part et ce projet s'est étendu. 

Les zones rouges récemment mises en place dans la capitale ont bouleversé le quotidien de milliers de personnes. La perte momentanée de leur travail les plonge dans la précarité.

 

Mon but était de maintenir le moral des troupes qui se préparaient à vacciner les habitants des les zones rouges, nous confie Pierre

restaurant Le Déli

 

Ouvert il y a 15 ans, Le deli Bistrot Gourmet a pris en charge une dizaine d’opérations de distribution, avec l’aide de Takeshi KAMO, chef du restaurant La Résidence. Parti d’une initiative personnelle, de nombreux chefs et bénévoles se sont rapidement joint au projet. Grace à eux, ce dernier a atteint une capacité de production considérable. Pourtant, malgré leur investissement financier et l’aide procurée par certains fournisseurs, l’opération manque de fonds. Depuis son lancement, ce projet a coûté 17 000 dollars au deli, à ses partenaires financiers et son chef. Face à la hausse continue des demandes de repas et de denrées de premières nécessités, Pierre et les bénévoles lancent un appel aux dons.

 

Aujourd’hui, le restaurant ressemble à un entrepôt. Nous disposons d’environ 2 tonnes de vivres. 

 

En deux semaines, 4 000 repas ont déjà été distribués et les bénévoles ne comptent pas s’arrêter là. Actuellement, 500 repas sont produits chaque jours, à raison de 5 à 6 fois par semaine. Les premiers destinataires de cette aide sont les centres de vaccination et les points de contrôle.

 

Je suis au Cambodge depuis 18 ans. Dans mon quartier, la situation des habitants est devenue critique. Au bout de quelques jours, plus de 100 familles faisaient la queue tous les jours devant chez moi. Je devais agir, nous explique Pierre.

Voiture le Déli

 

Celui-ci a également fait de sa maison un centre de distribution à destination des familles. Des kits familiaux, contenant quelques kilos de riz, des œufs, de la viande, des légumes et des produits d’hygiène, ont été confectionnés. De plus, les volontaires distribuent à moto environ 200 repas chaud à ceux qui en ont besoin.

 

Certains ont fait des sacrifices sur leurs affaires et d’autres sur leur temps libre. Ils viennent tôt le matin avant de travailler ou encore pendant leur pause déjeuner. On est dépendant d’un élan de solidarité, conclue-t-il. 

 

Si la situation de Phnom Penh semble s’améliorer et que les restrictions diminuent, des zones rouges perdurent et de nombreuses familles mettront très longtemps à se remettre des dommages collatéraux.

Un appel aux dons est lancé.

ABA

 

 

Nous vous recommandons
Juliette Fontaine

Juliette FONTAINE

Étudiante à Sciences Po Aix en Provence, j’effectue un stage au sein de la rédaction du Petit Journal Cambodge. Passionnée d’équitation, de nature et de voyages, je découvre Phnom Penh pour la première fois.
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire au Cambodge ?

LITTERATURE

Mourir à Angkor, le premier roman de Gérard Thévenet

Gérard Thévenet est un personnage truculent. Fort de sa longue expérience du Cambodge, il a toujours une anecdote savoureuse à distiller. Il vient de publier son premier roman : Mourir à Angkor.