Samedi 12 juin 2021
Cambodge
Cambodge

Cinéma : Le sourire Khmer face à la crise sanitaire

Par Juliette FONTAINE | Publié le 20/02/2021 à 02:00 | Mis à jour le 20/02/2021 à 02:00
Photo : Le Sourire Khmer- Un film de Fabrice Beau
sourire khmer

Face à la crise sanitaire, Le Sourire Khmer, long métrage d’animation franco-cambodgien a pris du retard. Fabrice Beau et Jeanne Basset ont décidé de lancer une campagne de financement participatif.

L’histoire de Fabrice, personnage principal et auteur du film

Cet animé nous plonge dans l’histoire de son réalisateur Fabrice Beau, soulevant des questions telles que l’adoption et la quête identitaire.

 Le vrai sujet, c’est la recherche de l’identité, l’adoption, le mélange des cultures, comprendre qui on est.

Adopté en 1974 au Cambodge par une famille française, il ne retourne qu’en 2010 sur sa terre natale. Fasciné par les sons, les images, le peuple qu’il découvre, qui lui ressemble  et qui résonne en lui, il décide de donner vie à son expérience. Étant le co-fondateur de la société de production Animalps Productions , le concept du long-métrage d’animation s’impose rapidement.

Durant un mois, j’ai mémorisé tant d’images ; j’ai écouté le bruit de la ville et de la jungle, et j’ai senti les odeurs des marchés... Tous ces souvenirs doivent définitivement être partagés !

Si son histoire personnelle est directement liée au génocide Khmers rouges, le film d’aventure, lui, évoque très peu ce drame afin de donner au récit un aspect positif et dynamique.

Développer l’industrie de l’animation au Cambodge grâce à une réalisation franco-cambodgienne

Imaginé par deux sociétés de production d’Annecy et de Chambery et collaborant avec des studios cambodgiens, le film est encore en fabrication. Sur une durée finale de 70 minutes, 10 minutes ont déjà été réalisées.

Les différentes étapes de fabrication et production sont réparties entre la France et le Cambodge. Travailler avec des Cambodgiens pour ce film était indispensable pour Fabrice Beau qui souhaite développer l’industrie de l’animation au Royaume. Son but est donc aussi social puisqu’il partage ainsi ses connaissances et contribue à l’économie locale.

Ce film participera à l’extension de la popularité du cinéma d’animation au Cambodge qui émerge doucement depuis quelques années.

En 2015, Fabrice Beau co-fonde Animalps Productions qui produit des films d’animations familiaux pour la télévision, le cinéma et internet. L’animation est pour lui le moyen de toucher un large public et de lui faire découvrir ce pays d’Asie du Sud-Est.

 

Le Sourire Khmer, ralentit par la crise sanitaire

Cependant, la fermeture pendant un temps des studios cambodgiens à cause de la pandémie et la collaboration à distance, accentuée par la production internationale du film, ont entraîné un retard d’un an. Alors qu’il était prévu pour fin 2020, sa finalisation est reportée à fin 2021 avec une sortie en salle prévue en  2022. Ce retard a engendré des couts supplémentaires à hauteur de 300 000 €, sur une valeur totale de 1 150 000 euros.

Afin de combler ce fossé financier, les co producteurs Fabrice Beau et Jeanne Basset ont décidé de lancer une campagne de financement participatif. Celle-ci a donc pour objectif de récolter les fonds suffisants à la concrétisation de ce projet. Ils serviront à financer 20 minutes de fabrication du long-métrage et ainsi payer les artistes et techniciens sans qui le film ne pourrait pas exister.

Jeanne Basset, la coproductrice du film, souligne :

Ici, les festivals, les rencontres, ont été beaucoup plus compliqués parce que tout se fait en ligne. Ce n’est pas pareil, les distributeurs ont des bouchons dans leurs tuyaux. Nous, c’était cette année qu’on était censé trouver un diffuseur ou un distributeur.

Juliette Fontaine

Juliette FONTAINE

Étudiante à Sciences Po Aix en Provence, j’effectue un stage au sein de la rédaction du Petit Journal Cambodge. Passionnée d’équitation, de nature et de voyages, je découvre Phnom Penh pour la première fois.
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire au Cambodge ?

LITTERATURE

Mourir à Angkor, le premier roman de Gérard Thévenet

Gérard Thévenet est un personnage truculent. Fort de sa longue expérience du Cambodge, il a toujours une anecdote savoureuse à distiller. Il vient de publier son premier roman : Mourir à Angkor.