Dimanche 1 août 2021

Aide d'urgence aux expatriés, 80 élus interpellent le Gouvernement

Par Raphaël FERRY | Publié le 14/07/2021 à 17:30 | Mis à jour le 15/07/2021 à 02:41
Photo : Markus Spiske
Euros depassant d'une enveloppe

Avec la crise COVID, de nombreux expatriés français ont perdu leur emploi, leur entreprise. Le Gouvernement a mis en place un dispositif d’aide destiné à ceux qui se retrouvent dans la précarité.

Hier 13 juillet, 80 élus envoient une lettre à M. Lemoyne, le Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger pour en demander la réévaluation et un changement dans les méthodes d’attribution.

 

Notre correspondant local a rencontré M. Florian Bohême, nouvellement élu conseiller consulaire au Cambodge qui est à l’origine de cette initiative.

 

M. Bohême, pouvez-vous nous rappeler ce qu’est le dispositif SOS COVID-19 ? 

 

SOS Covid-19 signifie Secours Occasionnel de Solidarité. Il s’agit d’un dispositif d’urgence destiné à aider financièrement les Françaises et Français de l’étranger qui ont subi une perte conséquente de revenus suite à la pandémie du COVID-19. 
 

Tous les Français résidant à l’étranger inscrits au registre des Français établis hors de France qui sont en situation de précarité peuvent en bénéficier. Le montant de cette aide mensuelle dépend du niveau de vie de chaque pays mais pour résumer, la moyenne est de 150 euros versés mensuellement par foyer. 

 

Un budget de 50 millions d’euros, ce dispositif de l'Etat français a permis de répondre, partiellement, au désarroi de plusieurs Français qui se sont retrouvés du jour au lendemain sans emploi et démunis.

 

En 2020, seuls 5 millions d’euros ont été utilisés et en 2021, l’Etat prévoit de dépenser 12 millions d’euros sur les 50 initialement programmés.

 

Dans certains pays, ce dispositif n’est pas ou peu connu car certains consulats n’ont pas suffisamment communiqué sur ce sujet. Cette aide est uniquement gérée par l’administration française, les élus ne sont pas associés aux décisions prises par chaque poste.

 

La démarche à effectuer pour demander cette aide n’est pas corrélée aux montants donnés. Beaucoup de nos concitoyens se découragent devant ces obstacles administratifs.

 

Florian Bohême Conseiller consulaire nouvellement élu au Cambodge
Florian Bohême, conseiller des Français de l'étranger nouvellement élu au Cambodge

 

Quelle est votre demande auprès du Gouvernement ? 

 

Les élections consulaires ont eu lieu le 30 mai dernier. A cette occasion, j’ai proposé dans le programme que j’ai porté au Cambodge de demander la revalorisation de cette aide SOS COVID-19. Je me suis d’ailleurs aperçu que plusieurs élus dans d’autres pays avaient fait une demande similaire. Dans ce contexte, j’ai lancé cette initiative ouverte à l’ensemble des 443 conseillers des Français de l'étranger et 90 conseillers élus à l’Assemblée des Français de l’Etranger. 

 

Je souhaite remercier chaleureusement l’ensemble des élus, qui au-delà de leur étiquette politique ou associative se sont rassemblés pour appeler à une République solidaire avec les 3,5 millions de Français établis à l’étranger. 

 

Cette lettre demande formellement à M. Lemoyne, le Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, de prendre la décision de revaloriser cette aide SOS COVID-19 en l’alignant sur les taux de base des aides sociales. Ce sujet est quelque peu technique, mais si cette demande était acceptée cela permettrait, par exemple, aux Français du Cambodge bénéficiaires du SOS COVID-19 de percevoir 290 euros par foyer au lieu des 105 euros actuellement.

 

Plus généralement, au-delà de cette augmentation qui devient urgente car la crise perdure depuis de longs mois et plus d’un an pour certains pays, j’appelle l’Etat français à repenser ce dispositif d’urgence en un accompagnement au niveau social sur la durée. Plusieurs aides ont été distribuées par la France, cela a multiplié les points de demandes, parfois auprès des consulats, auprès des associations reconnues d’utilité publique ou des associations d’entraide. Il serait plus logique que les différents dispositifs soient harmonisés avec des demandes adressées auprès d’un guichet unique et que ce soient les acteurs institutionnels et associatifs qui se mettent autour d’une même table pour décider de l’affectation de ces fonds.

 

De l’argent a été mis sur la table par la France mais les enveloppes ne sont pas utilisées de façon optimale. Nos concitoyens ne comprennent pas pourquoi et comment ils doivent s’adresser à plusieurs organismes.

 

Quelle est d’après vous, la situation sociale des Français à l’étranger aujourd’hui ? 

 

La situation est variable selon les pays, mais d’une manière générale, on peut dire que la pandémie du COVID-19 a profondément et durablement affecté beaucoup de nos communautés françaises, particulièrement en Afrique, en Asie ou encore en Amérique du Sud.

 

Avez-vous bon espoir que cette demande aboutisse ? 

 

M. le Ministre Lemoyne a pris la peine d’écrire à l’ensemble des élus à la suite du renouvellement général de mai 2021. Dans son courrier, il indique que s’ouvre à nouveau "le temps de l’action pour accompagner nos concitoyens”.

Avec plus de 80 élus signataires, le message envoyé au Gouvernement est clair, nous proposons des solutions concrètes afin de soutenir l’Etat dans un accompagnement plus optimal des Français de l’étranger. 

Ce courrier est envoyé symboliquement le 14 juillet, c’est une manière de rappeler que la France rayonne dans le monde grâce aux Françaises et Français présents dans tous les pays. Sur le plan social, la France doit être au rendez-vous des communautés françaises à l’étranger.

raphaël ferry

Raphaël FERRY

Installé au Cambodge en 2010. Je suis tout de suite tombé amoureux du pays et de sa population. Curieux de tout, aimant découvrir l’humain, ses passions, ses motivations, son art de vivre…
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Nouvelle-Calédonie Appercu
PHOTO

Covid-19 : les anti pass-sanitaire et antivax manifestent au Congrès à Nouméa

Retour en images sur la manifestation de ce samedi 31 Juillet devant le Congrès de Nouméa, cortège formés d'anti-vaccins et d'anti-pass sanitaire qui exultent leur droit à la liberté individuelle.