HISTOIRE D'UN LIEU - L'Ecole Centrale, une petite merveille

Par Découvrez Bucarest | Publié le 01/09/2022 à 00:00 | Mis à jour le 01/09/2022 à 00:00
img_4166

Vous seriez peut-être récalcitrant à l’idée de revenir sur les lieux de votre scolarité, l'école symbolisant le passé et ses souvenirs les plus désagréables ou les plus nostalgiques, mais l’endroit que nous allons vous présenter représente plutôt une petite merveille invitant à la contemplation et à la rêverie.

 

Dans un des plus charmants quartiers de Bucarest, pas loin de Biserica Icoanei, se trouve un des bijoux architecturaux de la capitale, l’Ecole Centrale, une des plus belles oeuvres de Ion Mincu, considéré comme l'un des plus importants architectes roumains. Construite entre 1890-1892 sur ordre du prince Barbu Stirbey, la bâtisse a été conçue dans le but d'accueillir l’Ecole Centrale, fondée auparavant en 1852. Considérée comme une des premières institutions d’éducation de la capitale valaque, l'Ecole Centrale représentait la première "école supérieure" pour les filles, consacrée à l’éducation des demoiselles de l'élite de Bucarest. En signe de reconnaissance pour le travail des dignitaires au sein du service public, cette école était destinée à l’éducation des leurs filles, dans le but d’en faire de futures «bonne épouses» et de «bonnes mères». A part les études théoriques, les élèves suivaient aussi des cours pratiques de travail manuel et de cuisine. L’internat de l’école avait un règlement très rigoureux, inspiré des règles régissant la vie monacale. Une fois la réorganisation de l’enseignement sous Alexandru I. Cuza, en 1864, l’école devint accessible à tout le monde au travers d’un concours.

ecole-centrale-bucarest

 

L'architecture de l'institution est un des meilleurs exemples du style néo-roumain, promu par l’architecte Ion Mincu. La bâtisse a été construite sur un plan rectangulaire, au centre duquel se trouve une cour intérieure, entourée par des passages et de longs couloirs, sur le modèle des complexes de monastères. Les couloirs sont fermés par de larges et lumineuses fenêtres permettant d’observer la nature à tout moment ainsi que le passage des saisons. Depuis ces galeries, ont peut accéder directement au jardin de la cour, au centre duquel trône un frêne centenaire, aussi vieux que l’école, ayant été planté par les élèves lors de l’inauguration du bâtiment. Ce jardin représente un véritable oasis de verdure au coeur de la ville, grâce à ses tilleuls et ses châtaigniers.

ecole-centrale-bucarest

​ecole-centrale-bucarest

Mais ce qui rajoute au charme du jardin c’est la galerie d’arcades bordant la cour. Le mélange de style architecturaux donne à l’ensemble un air gracieux et envoûtant: des arcades pointues, d’inspiration orientale, soutenues sur des colonnes de pierre aux chapiteaux baroques, inspirés de l’art brancovenesc. A cela se rajoute le vert très vif ou le turquoise de la céramique émaillée qui recouvre les murs au-dessus des arcades, tapissés d’ornements floraux. C’est là que sont inscrits les noms des grands voïvodes qui ont dirigé la Roumanie d'autrefois.

ecole-centrale-bucarest

ecole-centrale-bucarest

Face à la richesse de la cour intérieure où les motifs végétaux inscrits dans la pierre et le vert des murs se reflètent harmonieusement dans la verdure luxuriante du jardin, la façade semble, par contraste, plus sobre et plus rustique. Une large bande décorée de feuilles d’acanthe sculptées, sépare les deux niveaux du bâtiment, ce qu’on peut retrouver sur certaines églises médiévales roumaines. Des médaillons avec les monogrammes de l’école décorent toute la façade, mais aussi les noms de grandes personnalités féminines qui ont marqué l’histoire de la Roumanie, comme Clara Doamna, Elena Rares, Doamna Chiajna, Carmen Sylva, Elena Cuza ou Domnița Bălașa, des modèles et une source d’inspiration pour les futures élèves de l’école.

ecole-centrale-bucarest


Quelques fois par an, le jardin intérieur de l’Ecole Centrale est illuminé à l’occasion de divers événements culturels comme «La Nuit des Musées» ou la soirée organisée par l’association A.R.C.E.N, consacrée à la fête des "sanziene".

scoala-centrala-arcen
Photo: via-bucuresti

scoala-centrala-lecturi

Parmi les personnalités ayant étudié dans cette institution, on compte les écrivains Zoe-Dumitrescu Busulenga et Lucia Demetrius, des actrices comme Ana Cartianu et Oana Pellea ou la célèbre militante féministe Smaranda Gheorghiu.

Pour finir sur une anecdote amusante, l‘Ecole Centrale figurerait aussi sur la liste des lieux les plus hantés de la Capitale. A cause du fait que les élèves y étaient enfermées et devaient supporter les méthodes sévères de leurs professeurs, de nombreuses histoires sont apparues à son sujet. Des portes qui s’ouvrent et se referment toutes seules, des bruits étranges, des odeurs de pourriture, des endroits froids et même des histoires de lévitations d’objets ....
On raconte aussi que cette institution est pleine de chambres secrètes, mais l’endroit qui donnerait le plus de frissons serait le sous-sol, qui visiblement aurait un tunnel souterrain. Nous n’en dirons pas plus...

 

ecole-centrale-bucarest

Adresse: str. Icoanei, nr 3-5

decouvrez-bucarest-vignette

Découvrez Bucarest

Découvrez Bucarest, ses bars, ses restos, l'histoire qui se cache derrière ses lieux mythiques, ses endroits méconnus.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale