Le Humboldt Forum de Berlin restitue des œuvres à la Namibie

Par Eva Delmas | Publié le 01/06/2022 à 20:00 | Mis à jour le 02/06/2022 à 10:36
Photo : © Dosseman
Humboldt Forum musée

Le 27 mai dernier, 23 pièces ont été remises à la Namibie par l’Humboldt Forum. Ces objets avaient été dérobés lors de la période coloniale allemande. Cette restitution remet en cause les actes commis sous l’empire colonial germanique et ouvre une discussion sur les choix éthiques que le musée a pris.

Une ouverture controversée de l’Humboldt Forum

En 2020, le Humboldt Forum est inauguré sur l’île aux musées de Berlin, avec des expositions dédiées aux cultures du monde. La création de ce musée fait aussi apparaître des polémiques. Cet espace d’exposition accueille 20 000 pièces originaires d’Afriques, d’Asie ou d’Océanie issues en grande partie des anciennes colonies allemandes.

 

Tout débute en 1871 quand l’empire colonial germanique fut fondé à la suite de la naissance de l’Empire allemand.

L’Allemagne devient le 3ème empire colonial du monde en s’étendant sur 3 continents, ce qui correspond à 5 fois sa superficie. Les colonies allemandes s’installent majoritairement en Afrique, dans le sud-ouest africain, qui est l’actuel Namibie, puis dans le Cameroun, le Togo, le Ruanda-Urundi et l’Afrique orientale, devenue la partie continentale de la Tanzanie.

Des territoires furent aussi colonisés en Asie et en Océanie, avec notamment l’installation de colonies allemandes en Papouasie-Nouvelle-Guinée, mais aussi en Chine dans la région du Shandong ou dans la ville de Qingdao, par exemple.

Lors de la Première Guerre mondiale et dès août 1914, les colonies françaises et britanniques attaquent les colonies allemandes en Afrique. Le 28 juin 1919, l’Allemagne est dessaisie de ses territoires à Versailles, les Alliés l’accusant d’avoir maltraité les populations de son empire. Après la Guerre, l’Allemagne devient donc un empire sans colonie.

Durant la colonisation africaine, et plus précisément en Namibie, l’empire allemand décima 80% des autochtones entre 1884 et 1911. Le 28 mai 2021, les autorités allemandes ont reconnu le caractère génocidaire du massacre qui eut lieu à l’encontre des peuples Héréros et Namas en Namibie.

L’ancienne secrétaire d’État à la Culture, Monika Grütters, déclarait en 2020 que le musée du château de Berlin (actuel Humboldt Forum) a vocation de devenir « un modèle et une référence » dans la réflexion sur le colonialisme. Cependant, le bâtiment dans lequel se trouve le musée a été la résidence principale des princes et empereurs colonisateurs jusqu’en 1918. Aussi, la conférence sur le partage colonial de l’Afrique entre les puissances européennes eut lieu à Berlin. Tous ces éléments coloniaux posent donc question sur la pertinence de ce musée.

Enfin, avant même son ouverture au public, la restitution d’objets d’art aux pays expropriés lors de la colonisation a été demandée par des commissaires d’exposition, des conservateurs de musée, mais aussi par l’ambassadeur du Nigéria à Berlin.

 

La restitution d’œuvres sous forme de prêts à la Namibie

Parmi toutes les œuvres dérobées durant la colonisation allemande, 23 artefacts ont été rendus à la Namibie. Ceux-ci seront étudiés par des artistes et chercheurs locaux au Musée national de Namibie. Un récipient orné de trois têtes, une poupée portant une robe traditionnelle ou encore des lances font partis des objets sélectionnés par les experts namibiens.

Les éléments sélectionnés par les chercheurs Namibiens ont été choisis avec soin. Selon le président de la Fondation Hermann Parzinger, « ce sont des objets incroyablement importants parce qu'ils éclairent une époque de la fin du 19e siècle, ils font revivre une histoire qui n'existe plus là-bas. »

Depuis 2019, une équipe scientifique namibienne était active au Humboldt Forum afin d’étudier l’histoire, l’importance et le potentiel artistique d’environ 1 400 objets.

Esther Moombolah, directrice du musée national de Namibie, a appelé « tous nos partenaires futurs à suivre l’exemple de cette institution », les Namibiens « ne devraient pas avoir à prendre l’avion pour voir nos trésors culturels » conservés par des musées établis à l’étranger.

Malgré tout, selon la Fondation Hermann Parzinger, il ne s’agit pas d’un retour officiel. Il s’agit d’un prêt, même si toutefois, il n’est actuellement pas question que les artefacts retournent en Allemagne.

Un accord a aussi été conclu l’année dernière entre le musée ethnologique de Berlin et le Nigéria sur la restitution des Bronzes du Bénin à partir de 2022. Ceux-ci décoraient autrefois le palais du royaume du Bénin qui s'étendait sur le territoire actuel du sud-ouest du Nigeria.

 

Pour recevoir gratuitement notre newsletter du lundi au vendredi, inscrivez-vous !

Pour nous suivre sur FacebookTwitter et Instagram.

Eva

Eva Delmas

Etudiante en Master Information et Communication, Eva a rejoint la rédaction en mars 2022. Curieuse et créative, elle aime voyager pour découvrir de nouvelles cultures.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Berlin !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Emma Granier

Rédactrice en chef de l'édition Berlin.

À lire sur votre édition locale