A la découverte de la culture du graffiti au Mauerpark

Par Eva Delmas | Publié le 13/04/2022 à 10:00 | Mis à jour le 13/04/2022 à 11:57
Photo : © Paint your first graffiti
Surnommée « capitale des arts de la rue », Berlin est une ville emblématique du street art

Surnommée « capitale des arts de la rue », Berlin est une ville emblématique du street art. Nous avons testé pour vous l’atelier « Paint your first graffiti » pour expérimenter le graff berlinois.

 

« Paint your first graffiti » : l’expérience du street art à Berlin

Sur le tracé du Mur, c’est sur les hauteurs du Mauerpark que l’on rejoint l’organisateur de « Paint your first graffiti » pour une séance de graff et un moment de partage sur la culture du street art à Berlin.

Tout le monde est le bienvenu dans cet atelier qui sort du commun. La discussion peut d’ailleurs s’effectuer en français, en anglais ou bien allemand en fonction du public. Créés en 2018 par Alex, Français installé à Berlin depuis 8 ans, ces ateliers permettent à monsieur et madame tout le monde, de s’essayer au graffiti pendant quelques heures.
Les apprentis graffeurs ont seulement à apporter leur imagination lors de cette activité pour produire un graff original et qui leur ressemble. Pour le reste, le matériel est fourni et les conseils ne manquent pas.

 

Paint your first graffiti mur Berlin
© Paint your first graffiti

 

De l’idée au remplissage en passant par le tracé 

Début avril, alors que les températures printanières étaient encore bien fraiches, nous avons testé cet atelier aux côtés d’un couple d’apprentis graffeurs. Pour débuter l’atelier, l’organisateur nous accueille et expose le but de la session et la marche à suivre. La première étape est de se mettre d’accord sur le texte que nous souhaitons taguer. L’imagination commence à se développer. Une fois que nous nous sommes mises d’accord, nous choisissons nos couleurs et nous munissons de bombes de peinture et de gants.

 

L’organisateur trace la silhouette du mot et le travail est à nous. Chaque personne s’occupe d’une lettre et la personnalise à sa guise. En cas de doute ou d’erreur, les conseils de l’organisateur ne sont jamais loin, et ses nombreuses anecdotes sur le street art et son développement à Berlin viennent compléter l’atelier. Nous sommes accompagnées tout au long de l’atelier et durant chaque étape : le tracé des contours, le remplissage, les finitions… avec à chaque fois des conseils pour que le résultat nous ressemble. Lorsque le graffiti est achevé, nous finissons la séance avec quelques photos et d’autres échanges d’informations sur l’art urbain.

 

Paint your first graffiti Mur de Berlin
© Paint your first graffiti

 

L’histoire du graffiti à Berlin

Lors de la division de l’Allemagne, la construction du mur a permis aux artistes de Berlin Ouest de faire valoir leurs opinions. Le mur s’est petit à petit transformé en lieu d’expression avec des peintures d’artistes comme d’inconnus. Dans la partie Ouest sous tutelle américaine, les graffitis étaient très inspirés de l’art de rue new-yorkais. Lors de la réunification en 1990, des artistes du monde entier se sont rejoints pour peindre le côté Est et célébrer la chute du mur.
Depuis, le graffiti fait partie intégrante de la capitale allemande et inspire bon nombre d’artistes. Aujourd’hui, vous pouvez en apprendre plus sur le street art au Urban Nation, le musée pour l’art urbain contemporain. Ou encore vous essayez directement grâce à un atelier avec « Paint your first graffiti ».

 

Ouest Mur de Berlin
Partie Ouest du Mur de Berlin © CC - Wikipedia - Thierry Noir

 

Plus d’informations sur le site Paint your first graffiti.

 

Pour recevoir gratuitement notre newsletter du lundi au vendredi, inscrivez-vous !

Pour nous suivre sur FacebookTwitter et Instagram.

Eva

Eva Delmas

Etudiante en Master Information et Communication, Eva a rejoint la rédaction en mars 2022. Curieuse et créative, elle aime voyager pour découvrir de nouvelles cultures.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Berlin !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Emma Granier

Rédactrice en chef de l'édition Berlin.

À lire sur votre édition locale