Jeudi 2 décembre 2021
TEST: 3715

F comme ... Fatetar, le château de la discorde

Par Houda Belabd | Publié le 17/06/2020 à 21:18 | Mis à jour le 17/06/2020 à 22:56
Photo : Photo; Exc. Ayuntamiento de Espera
Fatetar Andalousie Cadiz tourisme culture archéologie Arcos Amazigh Espera

Il existe des châteaux andalous dont peu de personnes connaissent les origines. Parmi eux, nommons, en premier lieu, le château de Fatetar. 

Perché sur El Monte del Castillo (comprenez le Mont du Château, ndlr), la forteresse de Fatetar est située dans la municipalité d'Espera, dans la province de Cadix(Andalousie). Un site qui vous convaincra d’être amoureux de cette région!

Cadiz Fatetar Espera Andalousie archéologie Tourisme Cultura Andalucía
Photo:Diputacion Provincial de Cádiz 

Dans l’absence d’une étude détaillée sur sa construction, ses origines ne font pas(encore) l’unanimité. En effet, si quelques feuilles de silex y ont été trouvées par des chercheurs contemporains, la probabilité néolithique n’est pas écartée. 

Mais à en croire la légende du roi Héspero, omniprésente dans les récits historiques, on pourrait supposer qu’il fut un temps où le fort était un observatoire destiné à des fins astronomiques ou alors un ancien temple dont nul ne connaît la divinité. 

Selon plusieurs versions, les fondations du château pourraient remonter à l’ère romaine, étant donné les découvertes réalisées sur les pentes, telles que des morceaux de poterie romaine appelés « sigillata », ou encore des pièces de monnaie de l’époque.

Aussi est-il plausible que les Wisigoths aient pu en faire leur enclave, preuve en est les trois étoiles à six branches située à côté du bord de la citerne. 

Il y a même une pierre à décor wisigothique se trouvant dans la crypte de l’église paroissiale.

La main arabo-amazighe

Au Fatetar, les traces de la domination musulmane sont visibles à l’œil nu. Par exemple, le donjon est de forme quadrangulaire, la fenêtre aveugle en forme d'ogival est encadrée dans un alfiz et d’immenses vestiges mauresques sur gravés, à jamais, sur les murs.

Cadiz Arabo-Amazigh Arcos andalousie Fatetar tourisme senderismo aventure
Photo:Diputacion Provincial de Cádiz 

En effet, pendant l'occupation musulmane, Abderramane III a bâti cette forteresse mauresque. C’était en 914 pour être précis. Le sultan nord-africain a opté pour Al Balawi en tant que fidèle gardien. Ce fut sous le commandement d'un bon nombre de chevaliers. 

Aujourd’hui, les historiens marocains parlent d'un canal de communication ayant traversé Espera. Conquis par Ferdinand III le Saint en 1251, mais Alfonso X le Sage l'a probablement réalisé en 1255, lors de la conquête de Jerez de la Frontera. Le château est, par la suite, passé définitivement aux mains des Chrétiens. Ce fut en 1264, lorsque les Castillans ont pris d’assaut toute la région du Sud ibérique.

Une ancienne forteresse défensive

Comme beaucoup de châteaux limitrophes, El Castillo de Fatetar a servi de fort militaire à la frontière entre les territoires chrétiens et musulmans, à l’ère des pirates et des innombrables guérillas. 

Une ancienne propriété d’Arcos

Le château Fatetar dépendait d'Arcos ainsi que de Carissa et Santiago de Criste(Santiago en las Viñas, aujourd’hui) et bénéficiait d’une infinité de prérogatives allouées par Alfonso X à Arcos, accordées à Séville et à Tolède. 

Seulement voilà, à partir du XVIe siècle, le château a été abandonné. Sa chapelle, elle, était ouverte au culte depuis la nuit des temps.

Cadiz Fatetar Andalousie Arcos Tourisme culture archéologie Andalucia
Photo: Diputacion Provincial de Cádiz 

En 1755, il a été partiellement détruit à la suite d’un tremblement de terre qui a fait des ravages, et en 1810, il a été réhabilité par les Français qui se le sont appropriés pour ses nombreux avantages stratégiques. Mais au lendemain de la guerre d'Indépendance, le Fatetar retomba dans l'abandon. 

En 1984, le château a fait l’objet de grands travaux de réaménagement. Du point de vue architectural, il est dans un état de ruine consolidée. En 1985, il a été partiellement restauré et certains éléments y ont été ajoutés. Aujourd’hui, il appartient à l'Église catholique et est préservé par la Junta d’Andalousie. 

Déclaré site d'intérêt culturel avec la catégorie de monument, le chateau de Tatetar est sous la protection de la déclaration générique du décret du 22 avril 1949 et de la loi 16/1985 sur le patrimoine historique espagnol.

Source : « Châteaux d'Espagne » (volume I). VV. AA. Editorial Everest, S.A. León, 1997. Pages. 101-102.

Par Houda Belabd

Nous vous recommandons
Houda belabd

Houda Belabd

Après avoir poursuivi ses études supérieures en journalisme et communication à Rabat et affûté sa plume dans diverses rédactions françaises et européennes, Houda Belabd souhaite se spécialiser dans la préservation culturelle du patrimoine des châteaux
2 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

JUAN MANUEL MARTÍN FERNÁNDEZ jeu 18/06/2020 - 19:56

Merci de nous avoir apporté cette histoire sur le château de Fatetar.

Répondre
Commentaire avatar

andalousie@lepetitjournal.com dim 21/06/2020 - 15:12

Merci bien de nous suivre

Répondre

Expat Mag

Lima

Juli, la "petite Rome d'Amérique"

Sur les rives du lac Titicaca, à une heure de trajet de Puno, capitale de la région, Juli doit son surnom à l’intense ferveur religieuse et à toutes les églises que l'on peut y trouver.