Sébastien Perret : « l’héroïsme c’est la capacité à donner sans attendre en retour »

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 21/09/2022 à 17:45 | Mis à jour le 21/09/2022 à 17:46
Sébastien Perret, lauréat des Trophées des Français de l'étranger en 2019, fondateur du service de secours Vientiane Rescue au Laos.

Pour cette dixième édition des Trophées des Français de l’étranger, lepetitjournal.com est allé à la rencontre d’un ancien lauréat, Sébastien Perret ! Celui-ci a créé Vientiane Rescue en 2010, un service de secours d’urgence au Laos.

 

Instituteur et pompier volontaire, Sébastien Perret a eu l'idée folle de monter de toutes pièces un service de secours d'urgence pour les victimes d'accident à Vientiane au Laos. Malgré des moyens dérisoires, grâce à l'aide de volontaires, ce service bénévole fait des miracles et sauve des vies. Sébastien Perret est le lauréat 2019 du Trophée Social & Humanitaire des Français de l'étranger, organisés par lepetitjournal.com et des premiers Trophées des Français d’Asie.

 

Sébastien Perret et Vientiane Rescue, une histoire commencée en 2010

Trois ans après sa récompense aux Trophées des Français de l’étranger, il poursuit toujours son initiative au Laos avec l’aide de nombreux volontaires. Entreprise en 2010, celle-ci ne jouit cependant pas d’une grande publicité au Laos, ce qui rend la reconnaissance internationale obtenue en 2019 plus spéciale encore. « C’est important pour les volontaires car ils ont du mal à se rendre de ce qu’ils font, de leur courage et du temps qu’il donne », appuie Sébastien Perret. Il met l’accent sur l’importance de la médiatisation pour faire connaître l’action de Vientiane Rescue. Depuis quelques années, le regard sur son action a changé. « La médiatisation peut aider contre l'indifférence, explique Sébastien Perret. Recevoir des fonds permet de s'équiper en matériel. Imaginez-vous, on n'a que 6 bouteilles de plongée, pas de palmes, de gants, de combinaisons. Nos tenues ignifugées ont été achetées en Thaïlande 100 dollars, alors que celle que j'avais dans les Yvelines vaut 1500 euros. Que va-t-il se passer dans les incendies ? Je veux que mes volontaires puissent travailler avec du matériel de qualité. »

 

0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique
À lire sur votre édition internationale