Vendredi 15 novembre 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Du transit à la rétention, le calvaire de 3 Sud-Américaines en France

Par Selma Djebbar | Publié le 22/08/2019 à 10:00 | Mis à jour le 22/08/2019 à 10:40
Touristes Sud-américaines Rétention France

Deux Colombiennes, Lilianna et Jennifer, et Wilma, vénézuélienne, devaient se rendre en Espagne et en Suisse, mais ont été placées en rétention plus de 15 jours sans fondement juridique, alors qu'elles étaient simplement en transit à Paris. Jacqueline Madeline, Présidente de l'association Welcome, qui les a prises en charge a accepté de nous livrer son témoignage.

 

Vous êtes présidente de l'association Welcome basée à Rouen, comment avez-vous pris attache avec les trois touristes ?

L'avocate des détenues basée à Oissel (centre de rétention administrative en Seine Maritime, ndlr) nous a contactés car elle connaît le combat que nous menons en faveur des migrants qui sont en attente d'un logement de l’État. Nous logeons chaque soir une centaine de migrants. Parfois dans des appartements que nous mettons à leur disposition, parfois chez l'habitant, l'essentiel étant de ne pas les laisser à la rue.

Bien que notre domaine d'action ne couvre pas les touristes en détention, nous avons une membre d'origine sud-américaine très active, qui a décidé de leur proposer un toit et de l'aide. 
 

Avez-vous de nouvelles informations concernant les motifs de leur rétention ?

D'abord, il faut rappeler que ces trois personnes ne se connaissaient pas avant cet incident. Le hasard fait que les deux femmes colombiennes transitaient par Paris pour se rendre à Madrid. Ayant leur vol tard dans la nuit, elles ont souhaité quitter la zone de transit afin de visiter la Tour Eiffel et la ville. C'est à ce moment qu'elles se font contrôler. On leur reproche de ne pas avoir de réservation d'hôtel pour la nuit, même si elles ont montré leur réservation d'hôtel en Espagne ainsi que leur billet retour vers la Colombie.

Quant à la Vénézuélienne, elle devait se rendre en Suisse au chevet de son fils en fin de vie, atteint d'une myopathie. C'est un enfant issu d'un premier mariage. Au moment d'embarquer à bord de l'avion, on lui a reproché de n'avoir que 40 euros en poche et de ne pas avoir d'invitation. Elle a donc contacté son ex-belle-mère qui lui en a envoyé une, puis on lui a dit qu'elle était irrecevable parce que manuscrite.

 

C'est à ce moment qu'elles sont transférées en zone de rétention ?

Elles sont d'abord conduites à ZAPI 3 à Roissy - la Zone d'Attente des Personnes en Instance. C'est un endroit horrible où on n'a pas envie de rester. Elles y passeront quelques jours avant d'être transférées à Oissel, près de Rouen. C'est là qu'elles entrent en contact avec leur avocate. Au total, elles auront passé près de 15 jours en rétention. C'est colossal !

 

Aujourd'hui sont-elles libres de circuler ?

Elles ont pu récupérer leur passeport grâce à la pression médiatique. A la préfecture de Bobigny, elles ont eu affaire à un fonctionnaire zélé qui ne voulait pas les leur restituer. Elles ne sont pas pour autant libres de circuler malgré la décision du juge des libertés, car elles font l'objet d'une obligation de quitter l'Espace Schengen. L'Etat français menaçait de les renvoyer, ce qu'elles ont refusé, s'estimant en règle avec leur visa Schengen. 

 

Quelle est la suite des événements ?

Vendredi 23 août, il y aura une audience au Tribunal administratif de Rouen pour tenter de faire annuler l'obligation de quitter l'Espace Schengen. Il y aura probablement des actions en justice pour dommages et intérêts, mais elles seront parties d'ici là, le temps judiciaire étant long. Il paraît évident qu'il n'y avait aucune intention de la part de ces trois femmes d'immigrer illégalement.

Selma Djebbar Journaliste

Selma Djebbar

Traductrice de formation, diplomate spécialisée dans les pays d'Europe du Sud et aujourd'hui stagiaire en Journalisme - ESJ Paris -
11 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

AGNES VERRELLE jeu 12/09/2019 - 13:19

Elles étaient en transit, elles ne devaient pas sortir. Mais le cas a été très mal géré: il aurait suffi de les stopper au guichet et de leur dire de rester en salle de transit ...

Répondre
Commentaire avatar

Diegosuarez jeu 29/08/2019 - 09:03

Ce qui est embêtant dans ce genre d’article c’est que le journaliste par militantisme ne dit qu’une partie de la réalité. S’abriter derrière des intentions c’est toujours moyen

Répondre
Commentaire avatar

bruce ven 23/08/2019 - 18:18

politique inhumaine et absurde dans la mesure où elles n'avaient aucune intention d'immigrer. Quand la même chose arrive à des français à l'étranger, les gens hurlent au scandale...

Répondre
Commentaire avatar

AGNES VERRELLE jeu 12/09/2019 - 13:26

Oui c est la version officielle; elles avaient en effet un billet pour Madrid. Mais en transit on ne sort pas. Enfin le dossier a été très mal géré; il suffisait de le leur dire au guichet et de leur demander t attendre leur avion en salle de transit.

Répondre
Commentaire avatar

GIRIN PHILIPPE jeu 22/08/2019 - 09:06

En transit on ne peut pas sortir d'un aéroport ! Si vous faites cela aux USA ou en UK c'est minimum 1 an de prison. Certe elles sont probablement tombées sur des fonctionnaires zélés mais quand on débarque dans un pays, on commence par respecter ses lois ! C'est la règle de base de tout voyageur....

Répondre
Voir plus de réactions

Société

Valence Appercu
ÉVÉNEMENT

Quelle moustache portez-vous en ce mois de Movember ?

De nombreuses célébrités participent au mouvement international qui réunit 5 millions de personnes se laissant pousser la moustache pendant 1 mois. Et vous ? Plutôt Brad Pitt ou Jennifer Gardner ?

Ma Vie d'Expat

1e édition forum professionnel : les alumni de l'ALFM se retrouvent !

Parce qu’ils sont estimés à plus de 600 000 personnes sur le globe, les anciens élèves des lycées français du monde constituent une communauté d’almuni des plus prometteuses à fédérer

Culture

Tunis Appercu
HISTOIRE

HISTOIRE - Abou El Kacem Chebbi, poète de la liberté

Abou El Kacem Chebbi a donné un souffle nouveau à la poésie tunisienne et arabe, au siècle dernier. Amoureux de son pays, il écrivit 135 poèmes sur ses thèmes de prédilection : la nature, la

Sur le même sujet