Lundi 17 décembre 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Comment s’adresser à un Français ? Mode d’emploi 

Par Justine Hugues | Publié le 10/12/2018 à 08:00 | Mis à jour le 13/12/2018 à 04:25
Photo : Julie Barlow et jean-Benoît Nadeau © Monique Dykstra
Ainsi parlent les Français Julie Barlow Jean-Benoît Nadeau

Notre conversation reflète notre identité complexe. Qui de mieux que deux journalistes et auteurs canadiens passionnés par la langue française et expatriés à plusieurs reprises dans l’Hexagone pour nous observer ? A travers leur nouvel ouvrage, « Ainsi parlent les Français », Julie Barlow et Jean-Benoît Nadeau décryptent les subtilités de notre langage. Entretien.  

 

Lepetitjournal.com : « En tant qu’étranger, on mesure mal à quel point la société française s’est organisée autour de la parole » peut-on lire dans votre ouvrage.  On aurait tendance à penser que toutes les sociétés sont structurées sur le langage.  Pourquoi estimez-vous que cela se manifeste de façon plus prégnante en France ? 

 

Julie Barlow : La langue française est à la base de l’identité française. L’unification des différents territoires et langues s’est faite sur le français. Sa préservation reste donc une valeur en soi, contrairement à beaucoup d’autres cultures. Il y a aussi la question de l’art de la conversation, qui a été inventé en France et qui s’exprime encore aujourd’hui dans l’éducation que vous recevez. Dès le plus jeune âge, les Français sont entrainés à faire des exposés, à présenter leurs idées, à argumenter. C’est l’expression qui est valorisée, plus que la communication. 

 

Jean-Benoît Nadeau : Il y a du non-dit dans toutes les cultures mais les Français valorisent le verbal, beaucoup plus que les Nord-Américains. Placez des Français dans une piscine, ils ont des difficultés à interagir parce qu’il n’y a pas de possibilité de parler et donc pas de code. En France, on essaie de parler comme on écrit ; la maitrise de l’expression a toujours été un outil de promotion sociale et c’est cultivé très tôt, ne serait-ce que par les oraux des examens que l’on peut voir un peu partout. 

 

A ce sujet, les nombreux débats autour de la réforme de l’orthographe ou l’écriture inclusive ont mis en lumière la volonté de conserver la langue française sous sa forme la plus pure. Quel regard portez-vous, venant d’un autre pays du monde francophone ? 

 

Jean-Benoît Nadeau : Il y a d’un côté, le mythe d’un français pur, même si on sait très bien que ça n’a jamais existé et de l’autre, une pratique quotidienne de la langue extrêmement variée avec beaucoup de néologismes, de régionalismes. Les Français sont des Gavroches : ils sont constamment en train d’opposer le français populaire à la norme et de tester les limites. Une manière d’afficher sa subversion d’ailleurs, c’est de le faire par la parole. Le verlan en est un exemple mais il y a beaucoup d’argots assez singuliers. La langue espagnole par exemple, a 23 académies. Même la Guinée Equatoriale a la sienne. Le Québec est un foyer de normes important : nous avons créé le premier dictionnaire de français non français, et c’est une question d’années avant que nous ayons une Académie. Tout ceci est en train d’évoluer et votre président l’a rappelé lors de son dernier discours sur la francophonie : la France est un pays francophone parmi d’autres. 

 

L’actualité politique nous montre que les moqueries, voire discriminations liées à l’accent sont encore d’usage. Il y a toutefois des accents, comme le québécois, empreints de plus de capital sympathie que d’autres. Qu’est-ce que cela reflète ? 

 

Jean-Benoît Nadeau : Il y a de la cuistrerie et un certain protectionnisme parisien à déconsidérer les accents régionaux, alors même que l’accent de Paris est aussi, par définition, un accent. La hiérarchie est basée sur une idée longuement entretenue selon laquelle les langues régionales étaient des patois, du Français mal prononcé et non des langues à part entière. Mais il y a aussi une question de culture dans l’accent. Les Québécois par exemple n’ont pas la même culture que les Français, ne sont pas passés par le même moule scolaire et sont moins élitistes. Ils ont tendance à écrire comme ils parlent, et non l’inverse. Aussi, lorsque je parle, beaucoup plus que mon accent, c’est cette attitude là que vous entendez, peut être beaucoup plus décontractée, par rapport aux Français qui font de l’esprit.  C’est pour cela que l’accent québécois est généralement bien vu. 

 

Les Français sont parfois considérés comme réfractaires aux prétentions universalisantes de la langue anglaise. Qu’en pensez-vous ?

 

Julie Barlow : Vous n’êtes pas, en France, menacés par la langue anglaise, tandis qu’au Québec il y a des lois assez strictes pour éviter que le français disparaisse. Nous sommes entourés de 3 millions d’anglophones, l’anglais entre très vite dans le discours public et quelqu’un qui veut s’angliciser chez nous peut le faire facilement : il y a des chaines de télé, de radio, le cinéma, les lycées et universités anglophones…C’est surprenant de voir comment les Français conçoivent souvent l’apprentissage d’une langue comme un jeu à somme nulle ; comme si en apprenant une autre langue, on risquait de perdre le français. Vous êtes perçus et projetez une image de personnes qui ne sont pas capables d’apprendre l’anglais. Lorsque mes filles étaient scolarisées à Paris, même le directeur de l’école tenait ce discours.  Est-ce la façon d’enseigner l’anglais qui est mauvaise ou est-ce que vous avez tellement d’attentes que vous refusez de reconnaître que vous parlez anglais ? La question est ouverte.  Il demeure une sorte de gêne autour de l’anglais, peut-être parce que votre méthode n’est pas adaptée à une langue moins structurée et que les variations de lexique ne sont pas compatibles avec un dictionnaire normatif à la française. On a d’ailleurs coutume de dire que l’anglais ne s’apprend pas, il s’attrape. 

 

« En matière de pessimisme systématique, personne ne fait mieux. Les Français sont les champions du monde, catégorie poids lourd, de la négativité outrancière » écrivez-vous. Comment l’expliquer ? Quelles évolutions avez-vous observées ?

 

Jean-Benoît Nadeau : Un de mes bons amis dit que c’est le vieux réflexe paysan qui s’exprime encore. Historiquement, les Français étaient taxés à la richesse apparente. Ils auraient donc développé une manière de présenter les choses négativement en public - l’argent qu’on n’a pas, le fait que « non, ça ne va pas bien » - pour réclamer plus ou tout au moins ne pas s’attirer plus d’imposition.  Depuis la révolution, ce discours s’est développé, en parallèle au discours apologétique du pouvoir, avec le recours à la manifestation comme un forum politique légitime, au même titre qu’un autre. Chez nous, le pouvoir de la rue est suspect. Si vous avez 25.000 personnes dans la rue, on parlera d’émeute. Aujourd’hui, beaucoup de discours politiques en France se nourrissent de ce négativisme. Je ne dis pas que ce n’est pas fondé mais l’universalité du discours questionne. Parce qu’il y a de nombreuses causes qui arrivent de toutes parts, le négativisme à la française est un sujet de réflexion constant est reste l’un des grands mystères que nous abordons dans notre livre. 

 

Julie Barlow : Ce pessimisme n’est pas figé, il dépend des périodes. Quand nous sommes venus en 1999 par exemple, il y avait d’un côté l’euphorie black-blanc beur liée à la coupe du monde de football et de l’autre, les agriculteurs qui s’en prenaient aux fast-food. Avoir une posture de négativisme fait partie des réflexes, comme le fait de dire non pour éviter de se tromper. Quelqu’un qui vient d’une culture valorisant l’optimisme aura tendance à penser que les Français sont de mauvaise humeur. Mais ce n’est pas du tout le cas ; ils valorisent, davantage que d’autres, l’idée d’aborder les choses avec un esprit critique. Dès que l’on prend le temps de converser avec des Français, on voit bien qu’ils sortent de ce négativisme. 

 

Quel est selon vous le plus grand tabou dans la conversation française ?

 

Jean-Benoît Nadeau : La peur de se tromper, de paraitre ignorant ou de se ridiculiser est un tabou suprême. Les Nord-Américains sont terrifiés par l’idée de ne pas être appréciés, d’où leur sourire constant. Pour les Français, ne pas apparaître accueillant ou sympathique, c’est secondaire par rapport à l’obsession de la faute. Ce n’est pas une coquetterie, votre droit est comme ça, l’école vous a éduqués comme ça.

 

Julie Barlow : Ce n’est pas votre faute ! 

 

 

Ainsi parlent les Français – Codes, tabous et mystère de la conversation à la française

De Julie Barlow et Jean-Benoît Nadeau.

Editions Robert Laffont, 396 pages, 21 €

Justine Hugues

Justine Hugues

Après avoir travaillé 8 ans dans l’aide humanitaire et au développement (en Amérique Centrale, République Dominicaine et Birmanie) elle s'est reconvertie dans le journalisme avec l'ESJ Pro. Elle fait aujourd'hui partie de l'équipe de rédaction à Paris.
5 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Jérôme D. jeu 13/12/2018 - 19:00

« On a d’ailleurs coutume de dire que l’anglais ne s’apprend pas, il s’attrape. » Voilà un commentaire complètement inepte et aux relents idéologiques nauséabonds à peine dissimulés. Si l'anglais « s'attrapait » (comme une maladie, finalement), les Québécois, les Français et le reste du monde non anglophone le parlerait mieux...

Répondre
Commentaire avatar

NICOLAE GEORGE mer 12/12/2018 - 08:26

Merci de votre titre TRES INCITANT pour le Roumains francophones mais sans trop de connexion avec le contenu du texte (surtout LE MODE D'EMPLOI!).... La langue roumaine est - elle aussi - à la base de l’identité roumaine. L’unification en 1918 des anciens Principautes danubiens (la Valachie et la Moldavie) avec la Transylvanie, la Bucovine et la Bessarabie s’est faite sur la base de la langue roumaine commune. Les Roumains preferent eux aussi l'expression verbale et aiment bavarder longuement, parfois en se moquant de leurs interlocuteurs (selon l'exemple francais concernant la signification en francais du suffix ESCU specifique au noms de famille roumains! Par consequent, les Roumains exiles en France ont du changer ce suffix pour eviter les moqueries des Francais - Elvire POPESCO, Eugene IONESCO, George ENESCO, etc. - a la place de Popescu, Ionescu, Enescu, etc.)) Mais les francophones du monde devraient savoir qu'en roumain il n'y a pas des expressions verbales demontrant l'ARROGANCE du locuteur vis-a-vis de son interlocuteur (et pas du tout, helas, son intelligence et/ ou son raffinement!) comme par exemple: "vous avez perdu une bonne occasion de vous taire", "je n'ai pas des lecons a recevoir de vous (votre part)", "je ne suis pas la pour faire votre education", etc...Comment s'expliquerait-t-elle cette arrogance intentionnee, inexistante chez les Roumains?

Répondre
Commentaire avatar

Mat mar 11/12/2018 - 14:40

"Nous sommes entourés de 3 millions d’anglophones, l’anglais entre très vite dans le discours public et quelqu’un qui veut s’angliciser chez nous peut le faire facilement" Ce n'est pas 3 millions mais au moins 300 millions d'anglophones en Amérique du Nord.

Répondre
Commentaire avatar

Pas lun 10/12/2018 - 08:44

"Historiquement les Français ont été taxés sur l'apparence" : mais qu'est-ce que cela veut dire ??? Aucun historien ne cautionnerait cela. C'est une pure bêtise. Ou alors donnez vos sources, vos études de référence

Répondre
Commentaire avatar

emXfm lun 10/12/2018 - 12:00

Le Dr Tomatis dans son livre, je crois, l'oreille et la vie développe et explique la raison pour laquelle les Français apprennent difficilement les langues étrangères et notamment l'anglais. Notre langue, le français n'a pas de fréquences hautes ni basses. Donc la gamme de sons que nous avons est très limitée? D'ou la difficulté de reproduire des sons que nous ne possédons dans notre gamme personnelle. Si un enfant est bilingue, la tache sera moins ardue. Ce lire L'OREILLE ET LA VIE parait en livre de poche et racone l odyssée du Dr Alfred Tomatis.

Répondre

Société

Francfort Appercu
SOCIÉTÉ

Première en Europe ! Le 3ème genre en Allemagne devient officiel

Le Parlement allemand a adopté vendredi le texte de loi proposant d’ajouter à côté de « féminin » ou « masculin » un genre « divers » sur les un genre « divers » sur les certificats de naissance.

Culture

Milan Appercu
TOP 10

9 séries incontournables sur l’Italie

A l’occasion de la sortie de l’Amie prodigieuse, notre sélection de 9 séries racontant l’Italie. Entre politique, histoire, scandales célèbres et mafia: découvrez l’Italie au plus proche de la réalité

Sur le même sujet