Vendredi 14 mai 2021

« Léonard de Vinci. Le mystère d’un génie » de Barbara Frale

Par Michela Micheli | Publié le 04/04/2021 à 07:45 | Mis à jour le 04/04/2021 à 10:30
Léonard de Vinci. Le mystère d’un génie la nouvelle fiction historique de Barbara Frale

Léonard de Vinci. Le mystère d’un génie est le dernier roman de Barbara Frale, historienne médiéviste, reconnue dans le monde entier pour ses travaux sur les Templiers. Édité par Newton Compton Editori, cet ouvrage raconte l’histoire d’un génie immortel, tout en célébrant l’homme dont l’intellect brillant et le talent inégalable, a conquis le cœur du monde. Lecteurs attendez-vous à être impliqués dans un voyage écrasant, entre défis, mystères, et histoire légendaire.

 

Tout commence à Florence, en 1482. Apprenti de Verrocchio, Léonard de Vinci est aussi aimé que détesté. Quand son protecteur, Laurent le Magnifique lui tend la main, le jeune artiste saisit l’opportunité bien que ne souhaitant pas quitter sa chère Florence. Il se rend alors à Milan, chez Ludovic Marie Sforza dit le More. Là-bas, il réalisera des chefs-d’œuvre qui le consacreront en tant qu’artiste dont la portée serait éternelle. L’idée d’écrire un roman sur le maître florentin lui vient tandis qu’elle effectue des recherches pour la boite de production Lux Vide, alors en pleine préparation de la série Médicis : Maître de Florence. La chercheuse voit alors émerger beaucoup de matériel inédit sur le jeune Léonard de Vinci, artiste très apprécié et protégé de Laurent le Magnifique. « Ce dossier est resté en grande partie inutilisé parce que la série se concentrait sur Laurent. Leonardo est apparu seulement dans quelques rares images ; j’aimais l’idée de reprendre les matériaux que j’avais trouvés. J’ai donc fait deux ans de plus de recherches pour les développer complètement et voilà, le roman était prêt ! », explique l’auteure.  

 

LPJRome Comment définiriez-vous Léonard de Vinci ? Quels sont les héritages culturels, scientifiques ou artistiques qui on fait de lui le génie que l’on connaît aujourd’hui ?

Barbara Frale : Léonard était un génie tourmenté dont l’esprit pourrait être comparé à un labyrinthique d’un désordre fou. Malgré cela, s’il réussissait toujours à tout retrouver… C’était aussi un homme au cœur bon, un homme très sage. Il connaissait la grande tradition arabe concernant les sciences de la terre, la géométrie et la physique. Il a eu accès à un trésor de notions diverses ainsi qu’à des manuscrits aujourd’hui disparus.

 

LPJRome : Votre roman nous offre un saisissant portrait d’un homme génieux, surestimé et modeste. Mais que raconte véritablement Léonard ?

Barbara Frale : [Dans cet ouvrage] je souhaitais m’intéresser au début de sa carrière, alors qu’il n’était qu’un « génie en formation », c’est-à-dire, bien loin des chefs-d’œuvre qui devaient le faire connaître à la postérité. Je souhaitais faire le portrait d’un homme brisé dont le nom a été souillée par des accusations de sodomie, et qui accepte de quitter Florence afin de servir les offres alléchantes de Ludovic le More. On voit d’ailleurs dans l’histoire, que sa décision est motivée par un profond désir de mettre de la distance entre lui et cette mauvaise réputation qui s’est créée à ses dépens. Au cours de ce voyage important il fait l’expérience d’évènements graves, de situations dangereuses qui iront parfois jusqu’à changer le cours de son existence.

 

Ludovic le More miniature de Giovanni Ambrogio de Predis
Giovanni Ambrogio de Predis, Ludovic le More (date inconnue) - mignature 

 

LPJRome : Quel est le point commun entre le roi François Ier, Cristoforo Numai, et Léonard de Vinci ?

Barbara Frale : La curiosité d’abord. Léonard est la curiosité faite homme. Il symbolise l’envie de découvrir à outrance, ce qui est typique des hommes d’esprit.  Le roi François Ier à son tour est subjugué par le génie, il veut tout savoir sur lui et son art.  Numai aussi, au fond, se consume de curiosité et d’envie… Malgré ses façons et sa mentalité d’homme d’Église, il accepte de se rendre en France pour défier Léonard, et enfin découvrir le manuscrit interdit sur lequel le pape désire tellement mettre la main. Cristoforo Numai lui-même brûle de savoir ce qui y était écrit.

LPJRome Laurent le Magnifique est-il le véritable protagoniste du roman ?

Barbara Frale : Laurent joue un rôle fondamental dans le roman, même si le lecteur ne s’en rend peut- être pas pleinement compte.  Afin de respecter l’historicité des événements, j’ai présenté un Laurent de Médicis, avec ses qualités et ses défauts, tout en montrant qu’il a beaucoup fait pour Léonard.

 

Portrait de Laurent le Magnifique
Bronzino, Portrait de Laurent le Magnifique, (vers 1560) - Huile sur étain 

 

LPJRome : En dehors de la peur, quelle émotion prédomine dans votre roman ?

Barbara Frale : Le sens très dense du mystère, sans aucun doute. Et puis même l’amour, sous-entendu la passion qui emporte tout et sans jamais prendre fin.

LPJRome : De quelle manière Laurent le Magnifique et Ludovic le More influencent-ils l’art de Léonard ?

Barbara Frale : Ce sont les plus grands mécènes [de cette époque], mais ce sont aussi des hommes de pouvoir au travers de qui Léonard apprend le fonctionnement du monde des puissants. Ils sont très différents de lui, ne serait-ce qu’en ce qui concerne le caractère. Êtres cyniques voire impitoyables si nécessaire, ce sont deux grands leaders politiques. À l’inverse, Léonard n’aime pas le pouvoir et ne le cherche pas. C’est un idéaliste en quête de beau, la seule valeur capable de donner un sens à la vie.

LPJRome : Et les livres ?

Barbara Frale : Les livres sont là, cachés quelque part, bien qu’ils semblent impossibles de les retrouver. Ils se tiennent en embuscade, prêts à dévaster le monde tel qu’on le connaît, grâce à la portée bouleversante de leur contenu. Ils sont prêts à révéler une vérité, connue des artistes seuls, et qui pendant mille ans a subsister aux travers d’un mystérieux langage codé fait de symboles.

 

Nous vous recommandons

Michela Micheli

Michela Micheli

Michela Micheli est une journaliste passionnée par l'historie de l'art, la littérature française, la culture et les voyages.
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Rome ?

Télévision

« Un Samouraï au Vatican », le nouveau documentaire historique d’Arte

En septembre 1613, tandis que l’évangélisation du Japon bat son plein, la première ambassade de l’histoire nipponne traverse les océans, à la rencontre du roi Philippe III d’Espagne et du pape Paul V.