Cinq nouvelles expositions à voir à Rome en mai

Par Lepetitjournal Rome | Publié le 05/05/2022 à 23:33 | Mis à jour le 06/05/2022 à 15:49
deux femmes assises regardent une exposition

Sélection de cinq expositions ayant commencé en avril et à ne pas manquer au mois de mai à Rome, du cinéma à la photographie, en passant par le dessin animé et l’art vidéo.

 

installation vidéo
Photo Souvenir de la vidéo "in situ" dans l'exposition art/tapes/22, University Art Museum, California State University, Long Beach, 2008, détail, © DB/Adagp Paris © Daniel Buren, by SIAE 2022

« Il video rende felici » au Palais des expositions et à la Galleria d’Arte Moderna

Le Palais des expositions et la Galleria d’Arte Moderna s’allient pour présenter une grande exposition consacrée à l’art vidéo en Italie à partir de la fin des années 60 jusqu’à la période contemporaine.
19 installations invitent les visiteurs à s’immerger dans l’art vidéo, accompagnées de croquis, affiches, toute une documentation retraçant le contexte et le processus de création des œuvres.
La partie au Palais des Expositions est dédiée plus particulièrement à l’évolution de l’art vidéo et aux expérimentations liées aux technologies électroniques et digitales. Le parcours de la Galerie d’art moderne permet d’explorer les relations de différents arts avec la vidéo, par exemple entre la vidéo et l’architecture radicale italienne. Parmi les diverses sections, l’une traite de la télé, entre expérimentations télévisuelles et programmes réalisés par des artistes, et une autre s’intéresse aux festivals vidéo ayant permis à cet art d’émerger et de s’imposer sur la scène de l’art contemporain.
L’exposition s’accompagne d’une riche programmation d’évènements et notamment de projections dans la salle de cinéma du Palais des Expositions, parmi lesquelles la rétrospective « Images dissidentes » du 7 au 14 mai invitant le spectateur à découvrir les liens entre vidéo, film et activisme à travers une sélection d’œuvres italiennes des années 60, 70 et 2000.
Jusqu’au 4 septembre 2022 – Via Nazionale, 194, et Via Francesco Crispi, 24

 

photographie de tokyo en noir et blanc
Daido Moriyama. Monochrome (2008-2012), Credit: ©Daido Moriyama Photo Foundation, Courtesy Akio Nagasawa Gallery

«Tokyo revisited » au MAXXI

Le MAXXI accueille l’exposition « Tokyo revisited », permettant d’explorer la capitale japonaise à travers les yeux de deux photographes, Daido Moriyama et son mentor Shomei Tomatsu, décédé il y a 10 ans. Organisée en partenariat avec la Maison Européenne de la Photographie de Paris, où elle avait été présentée en 2021, l’exposition comporte 500 images décrivant l’évolution de Tokyo du lendemain de la guerre à l’ère contemporaine. Les deux photographes portent une attention particulière aux habitants peuplant la ville, dévoilant ses enjeux sociaux, ainsi qu’aux éléments du paysage urbain que l’on considère habituellement comme insignifiants, comme un carton abandonné.
La couleur des murs d’exposition distingue les œuvres des deux photographes, un fond jaune désignant l’espace consacré aux photographies de Moriyama et un fond bleu pour celles de Tomatsu.
Jusqu’au 16 octobre 2022 – Via Guido Reni, 4a

 

photographie d'architecture
Marina Paris, Micro-Zone, 2022

Marina Paris, l’architecture de Gio Ponti au MLAC

Le musée Laboratoire d’Art Contemporain de l’Université de la Sapienza accueille les œuvres de l’artiste Marina Paris, portant un regard nouveau sur l’architecture urbaine. L’artiste s’intéresse particulièrement aux bâtiments de l’Ecole de Mathématiques réalisée entre 1932 et 1935 par le célèbre architecte milanais Gio Ponti pour la Cité universitaire romaine.
L’exposition présente des photographies de la maquette en bois du bâtiment, permettant au visiteur d’admirer l’architecture par le haut, en se mettant dans la peau de géants découvrant notre monde. Cette perception particulière est rendue possible grâce au mode de prise de vue, la macro. Le noir et blanc sobre des photographies permet de mettre en valeur les lignes, volumes et contrastes des bâtiments.
Aux photographies se mêlent des collages réalisés par Marina Paris avec des cartes postales des années 40 et 50, offrant une vision morcelée et surréaliste de paysages urbains.
Jusqu’au 12 mai 2022 – Piazzale Aldo Moro, 5

 

dessin de pinocchio
Pinocchio, 1940 Ollie Johnston, dessin définitif pour l'animation, crayons à papier et colorés sur papier, © Disney

Disney au Palazzo Barberini

Le Palazzo Barberini accueille l’exposition itinérante consacrée à Disney, qui avait été auparavant présentée au Mudec de Milan. Une visite adaptée à tous les âges, pour une sortie en famille.
L’exposition retrace l’histoire des studios d’animations, créés il y a près de 100 ans, en 1923, et propose de découvrir les coulisses des films d’animation, à travers des documents d’archives, de simples esquisses à des dessins colorés – principalement aux pastels et à la gouache – présentant les décors, en passant par des collages. Tous les processus de recherche et de création permettant d’aboutir aux films animés sont à l’honneur, de l’origine des histoires, inspirées pour la plupart de légendes, de contes issus de différents folklores, à l’élaboration graphique des personnages, qui demandent de nombreuses études afin de déterminer les costumes, l’allure et les traits de visage finaux des protagonistes.
L’exposition porte une attention particulière à l’innovation technologique, fondamentale pour comprendre l’évolution des pratiques créatives de Disney, de ses débuts à nos jours.
Jusqu’au 25 septembre 2022 – Via delle Quattro Fontane, 13

 

vittorio gassman
Scène du sketch "Tantum ergo" réalisé par Ettore Scola dans le film les Nouveaux Monstres, 1977

Vittorio Gassman à l’Auditorium Parco della musica

L’icône du cinéma et du théâtre italien, qui aurait fêté cette année ses 100 ans, est à l’honneur dans une exposition organisée à l’Auditorium Parco della Musica.
Le parcours de Vittorio Gassman est présenté à travers quatre sections dédiées chacune aux domaines où il s’est distingué : le théâtre, le cinéma, la télévision, et enfin la poésie et l’écriture, aspects moins connus du personnage, surnommé « Il mattatore » d’après le programme télévisé de même nom qu’il a mené en 1959.
Voleur séducteur et sans talent dans Le Pigeon de Mario Monicelli, Hamlet sur les planches, vétéran acariâtre et aveugle dans Parfum de femme (rôle pour lequel il obtient le Prix d’interprétation masculine à Cannes), avocat ambitieux dans Nous nous sommes tant aimés d’Ettore Scola, les innombrables rôles de Vittorio Gassman sont retracés dans l’exposition à travers de nombreuses photographies, des extraits vidéos, ou même des éléments de décor, dont la Lancia Aurelia B24 qu’il conduit dans la comédie italienne culte de Dino Risi Le Fanfaron.
Jusqu’au 29 juin – Via Pietro de Coubertin, 30
 

Et tant d'autres expositions, à retrouver dans notre rubrique Agenda.

Eléné Pluvinage

Sur le même sujet
lepetitjournal.com rome

Lepetitjournal Rome

LePetitJournal.com de Rome, c'est le média de référence en français sur Rome et l'Italie.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale