10 musées à visiter au moins une fois à Rome

Par Lepetitjournal Rome | Publié le 21/04/2022 à 19:55 | Mis à jour le 22/04/2022 à 14:49
musée du vatican

Rome est une véritable machine à remonter le temps, abritant une multitude de musées et galeries en plus d’être elle-même un « musée à ciel ouvert ». Voici une sélection de 10 musées et galeries à visiter en priorité, ou au moins une fois dans la Cité Eternelle.

 

galerie borghèse

Galerie Borghèse

La galerie Borghèse est un des musées incontournables à Rome. Située au cœur de la Villa Borghèse et ses jardins somptueux, la galerie célèbre depuis plus de 400 ans l’art de la Renaissance. Son architecture, qui se fond parfaitement dans la beauté du parc, abrite les plus beaux trésors artistiques au monde. Fresques, mosaïques, sculptures, tableaux et œuvres d’artistes majeurs comme Botticelli, Rubens ou encore Caravage se côtoient au sein d’une collection à couper le souffle. Pour profiter de ces merveilles artistiques, pensez à réserver votre place à l’avance, le nombre de visiteurs par créneau horaire étant limité.
 

musées capitolins
La Louve capitoline, symbole de Rome (Pixabay)

Musées capitolins

Les Musées capitolins sont plus confidentiels que les célèbres musées romains. Spacieux, lumineux, ils racontent l’histoire de Rome au travers de sculptures telles que la Louve capitoline, animal emblématique de Rome, ou encore le Colosse de Constantin, dont les vestiges sont exposés dans la cour du Palais des Conservateurs. Le plus vieux musée du monde, fondé en 1471 et ouvert au public en 1734, se conjugue au pluriel car à la collection originale de sculptures antiques a été ajoutée par le pape Benoit XIV la pinacothèque capitoline en 1750, la plus ancienne collection publique de tableaux. Les musées capitolins incarnent l’élégance classique au cœur de Rome sur la place du Capitole, où trône fièrement la statue équestre de Marc Aurèle.

 

musée du vatican

Musées du Vatican

Les musées du Vatican, fondés en 1506 le pape Jules II et ouverts au public en 1771, offrent un contraste saisissant avec l’intimité des musées capitolins. Au-delà de son importance historique (le Vatican est le cœur du Christianisme depuis près de 1500 ans), le musée le plus visité d’Italie propose une des plus grandes collections d’art au monde. Prévoyez du temps pour tout visiter tant les différentes salles d’exposition sont riches et nombreuses. Antiquités égyptiennes, chambres de Raphaël, peintures des plus grands artistes de la Renaissance, la salle des cartes géographiques ou encore la galerie d’art contemporain sont à contempler durant votre parcours. La visite se finit en apothéose avec la Chapelle Sixtine et le célèbre Jugement Dernier peint par Michel Ange.

 

musée MAXXI

MAXXI

Inauguré en 2010, le musée d’art contemporain du XXIème siècle ne laisse personne indifférent. Que ce soit pour son architecture hors du commun ou son coût polémique (150 millions d’euros), le MAXXI aime faire parler de lui et se démarquer des nombreux musées romains consacrés à l’Antiquité. Sa structure en béton et en verre offre près de 30 000 m2 de lieu d’exposition avec des plafonds pouvant atteindre 15 mètres de hauteur. Cette cathédrale de l’art contemporain, imaginée par l’architecte anglo-iranienne Zaha Hadid, se dresse dans l’ancien quartier populaire de Flaminio. Elle abrite plusieurs collections de photographies, de documents architecturaux ou encore d’arts plastiques. Ce « Monstre vivant » pour Hou Hanru, directeur artistique du MAXXI, est un incontournable pour les amateurs d’art contemporain ou de design, et permet de découvrir une autre facette de Rome !
 

château saint ange

Château Saint Ange

L’édifice du château Saint Ange voit le jour dès 125 après JC, lorsque l’empereur Hadrien décide d’en faire son mausolée. Ensuite utilisé à des fins militaires pour son emplacement stratégique le long du Tibre, il servait de dernier refuge pour les papes lorsque le Vatican (à quelques centaines de mètres du château) était attaqué. Transformé en musée depuis 1925, près de 2 000 ans d’histoire vous attendent au travers d’une collection de peintures et d’armures, des appartements papaux et l’architecture envoutante du Château Saint-Ange. Le point de vue du musée offre par ailleurs une vue imprenable sur Rome et le Vatican.

 

galerie nationale art moderne
Wikimédia Commons, crédits Jean-Pierre Dalbéra

Galerie nationale d’art moderne et contemporain

La Galerie nationale d’art moderne et contemporain se démarque par la richesse de ses collections, Wikimédia Commons, crédits Jean-Pierre Dalbéra
Ouverte en 1883, la Galerie nationale d’art moderne et contemporain symbolise la diversité des musées romains. Sa collection impressionnante parvient à combiner des œuvres d’art classiques avec d’autres plus modernes. 1 100 tableaux ou sculptures sont répartis dans les 55 salles de la galerie, dont certains trésors de Cézanne, Moore, Van Gogh, Mondrian ou encore Monet. La visite du musée offre un doux voyage à travers l’Italie, l’essentiel des œuvres provenant de la peinture italienne de la deuxième partie du 19ème siècle et du 20ème siècles. Pour faire une pause durant votre parcours, la terrasse du café art déco est idéale, la galerie se situant à la limite du parc de la Villa Borghèse.
 

centrale montemartini
Wikimedia Commons, @Carole Raddato

Centrale Montemartini

Comme son nom l’indique, le musée de Montemartini était une ancienne centrale électrique, inaugurée en 1912 et qui a fonctionné jusque dans les années 1960. Elle fut ensuite laissée à l’abandon avant de se reconvertir en annexe des musées capitolins à la fin des années 1990. Le nouveau musée réunit modernité, avec le décors de l’ancienne centrale, et antiquité, avec l’exposition de nombreuses statues, mosaïques et bas-reliefs de la Grèce antique et des anciens palais romains. Bien que le musée n’attire pas les foules, son contraste insolite vaut le détour. Récemment, le train du pape Pie IX a été ajouté à une collection finalement riche et variée.

 

musée national romain
Wikimedia Commons, @Jensens

Musée national romain

Fondé en 1889, le musée national romain a la particularité d’être réparti sur quatre sites dans la ville. Moins fréquenté que la plupart des musées de la Capitale, il nous plonge dans le quotidien des habitants de la Rome antique.

Le Palais Altemps se distingue par sa beauté, avec une cour intérieure où est exposée une des plus belles collections de statues au monde. La loggia (balcon à la fois ouvert et abrité), les peintures murales et l’église baroque complètent une visite intense. Le Palais Massimo est par son architecture déjà une œuvre d’art. Vous pourrez y admirer l’une des plus importantes collections d’antiquités du début de l’époque impériale. Les Thermes Dioclétien étaient les plus grands thermes de la Rome antique. Les quelques parties qui restent de l’ancien édifice donnent une idée du fonctionnement des bains publics inventés par les premiers empereurs romains. Enfin, vous découvrirez la Crypte de Balbi, qui hébergeait des visiteurs lorsque le théâtre de Balbus, inauguré au 13ème siècle, donnait des représentations sur plusieurs jours. La crypte retrace l’évolution architecturale de la cité éternelle tout en donnant un aperçu du quotidien des Romains d’autrefois. Profondément enfouie sous terre, elle permet de rester au frais par temps de fortes chaleurs en été.
 

musée galleria doria
Wikimedia Commons, @GiacomoReturne

Musée Galleria Doria Pamphilj

La Galerie Doria Pamphilj est la pinacothèque privée la plus célèbre de Rome. Dès le début du 17ème siècle. le cardinal Pietro Aldobrandini commence à y réunir les œuvres d’art des plus grands maitres de l’époque. Plus de 500 peintures et sculptures du 15ème au 18ème siècle d’artistes tels que Caravage, Raphaël ou encore le Bernin forment aujourd’hui la collection du musée. Le chef d’œuvre de Velasquez, le portrait d’Innocent X, y est par exemple exposé. Peint en 1650, le réalisme saisissant du tableau avait alors suscité le courroux du pape en question. Les galeries du musée rivalisent de beauté, de celle des glaces aux galeries Pamphilj et Doria. Vous serez enfin subjugués par les plafonds époustouflants des salles du musée.
 

musée national étrusque
Wikimedia Commons, @Jean-Pierre Dalbéra

Musée national étrusque de la Villa Giulia

Le musée national étrusque se situe dans la Villa Giulia. Il occupe depuis la fin des années 1880 l’édifice de l’ancienne résidence papale d’été construite par Jules III au milieu du XVIème siècle. Sa collection est consacrée aux Etrusque, peuple de la péninsule italienne entre le 8ème et 1er siècles avant JC. Les vestiges les plus importants de cette civilisation y sont exposés, comme l’Apollon de Véies, les Lamelles d’or de Pyrgi ou encore le Sarcophage des époux (à l’image). Si vous souhaitez découvrir des œuvres de plus de 2500 ans dans un décor idyllique (la villa est entourée d’un jardin), le Musée national étrusque est fait pour vous  !


Bonus : les musées de la Capitale sont gratuits chaque premier dimanche du mois, à condition de réserver votre place le vendredi précédent le jour de la visite.
Par ailleurs, en vertu du jumelage exclusif entre Paris et Rome depuis 1956 (« Seule Paris est digne de Rome, seule Rome est digne de Paris »), les musées municipaux sont gratuits pour les Parisiens.
Bonnes visites !

Lefebvre Clément

 

Sur le même sujet
lepetitjournal.com rome

Lepetitjournal Rome

LePetitJournal.com de Rome, c'est le média de référence en français sur Rome et l'Italie.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale