TEST: 3277

La touche armoricaine des châteaux américains

Par Houda Belabd | Publié le 18/12/2020 à 14:32 | Mis à jour le 18/12/2020 à 14:46
Photo : Beardslee castle (c) Beardslee Castle
Châteaux américains

Riche de plusieurs millénaires d’existence, le patrimoine architectural français est présent en force aux États-Unis. Visite de quatre forts (et pas des moindres).

 

C’est au XVIe siècle que les premiers échanges culturels et socio-économiques entre la France et les États-Unis ont commencé, grâce à l’explorateur Giovanni da Verrazano qui a revendiqué l’île de Manhattan au nom de la France, en 1524. Dix ans plus tard, c’était au tour de l’explorateur français Jacques Cartier de prendre la route sur le fleuve Saint-Laurent dans l’optique de revendiquer les territoires au nom de sa Douce France. D’ailleurs, c’est de cette manière que les Français ont pu établir les premiers comptoirs de fourrure au Canada.

Un siècle plus tard, soit au XVIIe siècle, Jean Nicolet, le Père Jacques Marquette, Louis Joillet, et René-Robert Cavalier de La Salle partent à la grande aventure : celle d’explorer l’Amérique au travers de ses Grands Lacs et sa belle vallée du Mississippi.

Aujourd’hui, ces échanges féconds ont décuplé de sorte que la main française est devenue inhérente aux châteaux rappelant, peu ou prou, le bel âge médiéval.

 

Belvedere New York

Belvedere Castle (c) New York City Department of Parks & Recreation

 

Le château du Belvédère à New York

Perché sur l’île de Manhattan, ce petit trèsor de Central Park a été édifié sur Vista Rock qui n’est autre que le deuxième point le plus élevé du parc. Néo-gothique de par son style architectural, il rappelle de nombreux châteaux bretons basés dans le Finistère, sans en être la pâle copie, pour autant.

Dessinés au XIXe siècle, ses plans sont le fruit d’un travail de longue haleine signé Calvert Vaux et Jacob Wrey Mould. Ses travaux de construction ont commencé en 1869. De plus, il a fait l’objet de plusieurs travaux de rénovation quelques décennies plus tard.

Une particularité du château ? Lors de son élaboration, il donnait sur un réservoir d'eau qui a depuis été comblé. Mais aujourd’hui, il abrite les locaux du New York Meteorological Observatory (l'observatoire météorologique de New York), piloté par la National Oceanic and Atmospheric Administration depuis un peu plus d’un siècle.

 

Beardslee castle

Beardslee castle (c) Beardslee Castle

 

Le Beardslee Castle aux airs armoricains

D’apparence médiévale sans l’être pour de vrai, le Beardslee Castle est amplement inspiré de l’architecture celtique irlandaise et bretonne. Bâti en 1860, ce manoir situé dans la ville de Little Falls, dans le nord de l’État de New York, sur le long de la Mohawk Valley du Comté de Herkimer fait, aujourd’hui, office de restaurant de renommée. Riche de ses décors époustouflants et haut de ses trois étages rivalisant d’exotisme entre eux, il a la particularité d’être édifié au beau milieu… d’un champ de maïs !

 

Chateau de la Belle aux bois dormant

Château de la Belle au bois dormant (c) Disney

 

Le Château de la Belle au bois dormant

Établi dans la ville d’Anaheim en Californie, le château de la Belle au bois dormant (the Sleeping Beauty Castle) fait référence au célèbre conte de fées éponyme. Erigé au centre du remarquable et étonnant Fantasyland, il fait partie des trois parcs à thèmes Disney à côté du Disneyland de Hong Kong en Chine et celui de Marne-la-Vallée en France.

Quand bien même il n'est pas aussi gigantesque que nous le pensions, le château de la Belle au Bois Dormant regorge de détails cocasses : y accéder, c’est découvrir le "Sleeping Beauty Castle Walkthrough" où des dioramas en 3D diffusent des images éblouissantes dans le style d'Eyvind Earle, l'artiste qui a créé le graphisme du classique animé en1959.

 

Chateau Ozark

Château d’Ozark (c) Only in Your State

 

Le château médiéval d’Ozark

La forteresse médiévale d'Ozark (Ozark Medieval Fortress) est un chantier de construction néo-médiéval d'un château tout droit resurgi du Moyen Âge. Entamé en 2009, avec une « French Touch » que l’on peut apercevoir à cent lieues à la ronde est en stand-by depuis 2012.

Situé à Lead Hill dans l'Arkansas, ce projet architectural fait un clin d’œil à l’architecture française du  XIIIe siècle, en cohésion avec le type de l'architecture appelée ‘’philippienne’’ dans le jargon, en référence aux créations architecturales du roi de France Philippe-Auguste et à leur attirance à l'échelle de la France et d'autres pays d'Europe.

Les initiateurs du projet escomptent un résultat « anhistorique », rocheux, caillouteux et boisé. Pour ce faire, ne sont permises que les techniques adoptées à l'époque médiévale en France et en Europe, avec des matériaux naturels extraits sur place. Le chantier lancé il y a 11 ans part sur une hypothèse d'achèvement qui avoisine ou dépasse l’an 2030.

Sur le même sujet
Houda belabd

Houda Belabd

Après avoir poursuivi ses études supérieures en journalisme et communication à Rabat et affûté sa plume dans diverses rédactions françaises et européennes, Houda Belabd souhaite se spécialiser dans la préservation culturelle du patrimoine des châteaux
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction New York !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale