Vendredi 5 mars 2021
New York
New York

Entre pandémie et transition politique, des Français traversent les US

Par Rachel Brunet | Publié le 21/01/2021 à 14:19 | Mis à jour le 21/01/2021 à 22:07
Traversée États-Unis expatriation

C’est une famille française installée à New York depuis 6 ans. Eva*, son mari et leurs deux enfants sont installés depuis leur arrivée à Manhattan, au sud de la ville. Comme beaucoup de New-Yorkais depuis le début de la pandémie, ils télétravaillent, tandis que leurs filles, inscrites en école publique vont en classe selon les aléas du Department of Education (DEO) de New York — et des nouveaux cas de Covid-19 détectés ou supposés. Las de cette situation éprouvante, ils ont décidé de quitter New York, deux mois durant, direction le soleil floridien. Un voyage sur fond de pandémie et de transition politique, à travers une Amérique divisée. Récit.

 

Traversée des États-Unis

Hallandale, Floride

 

Pendant le confinement qui a duré près de trois mois à New York, Eva, une jeune quadragénaire curieuse et toujours en mouvement, avait trouvé comme seul moyen d’évasion, sa fenêtre d’où elle contemplait l’Hudson River. Le lockdown levé, la famille avait pris le parti de quitter la ville. Direction les Hamptons où la famille d’expatriés passe la fin du printemps et tout l’été. « Les 112 jours passés dans mon appartement du mois de mars au mois de juin resteront gravés à tout jamais dans la mémoire de chaque New-Yorkais mais comme on le dit : "New York tough" ».

 

Voyage dans une Amérique divisée

À la rentrée scolaire, le rythme reprend en même temps que la pandémie laquelle avait pourtant été calmée tant par la chaleur estivale que par les mesures anti-Covid draconiennes imposées par le Gouverneur new-yorkais. De longs mois passés derrière un écran, seul lien avec la famille, les amis, les collègues de travail. Une horreur devenue sociétale. « Cela fait quelques mois maintenant que nous nous sommes, si l’on peut dire, adaptés à ce nouveau mode de vie pandémique. Le 'New normal' comme on dit, sauf que pour notre famille, le 'New normal' se résume à des fermetures d'école récurrentes — à cause des cas de Covid-19 ou des cas contacts — et à deux jours d'école par semaine » explique Eva.

Début janvier, la famille décide de lever le camp. « En faisant des recherches, j'ai découvert ce mot, les Snowbirds, ces gens qui quittent le froid pour aller rejoindre le soleil de la Floride pendant l'hiver. Toute ma famille travaillant en ligne, nous avons décidé de partir »  explique la mère de famille. Et de rajouter « sauf que cette fois-ci les snowbirds ne se sont pas envolés en prenant l'avion, mais ils  sont  devenus des snow road trippers » En effet, hors de question pour la famille de voyager en avion en pleine pandémie. Leur voiture est leur moyen de locomotion, leur moyen de rallier New York à Hallandale, Floride. 18 heures de route pour 2040 kilomètres avalés sur l’ I 95, « une autoroute qui n’a rien de scénique ».

« La voiture chargée à fond, nous avons quitté New York pour notre première étape. » Direction le sud, avec une première étape dans la ville de Richmond — l’une des plus vieilles villes américaines — dans l'État de Virginie, à 5 heures de route de New York. Plus la voiture s’éloigne de New York, plus le paysage change et plus la voiture s’engouffre dans une Amérique divisée. Ils passent par Washington. Quelques jours auparavant, des centaines de partisans trumpistes ont pris d’assaut le Capitole. Une journée où la démocratie américaine avait vacillé à l’initiative du président d’alors. Cinq personnes ont perdu la vie. Quelques jours après leur passage, Joe Biden deviendra le 46e président des États-Unis. La tension est palpable à proximité de la capitale américaine. « À quelques jours de l’investiture, nous sommes passés par la ville de Washington où nous avons pu sentir une réelle tension, de nombreux panneaux de signalisation nous indiquant qu'il fallait absolument éviter la ville avant et après le jour de l'investiture de Joe Biden, le nouveau président des États-Unis » relate Eva.

 

Le Covid est toujours là !

« La route, c’est la vie » écrivait Jack Kerouac. Pour la famille de Français, elle est la promesse d’un hiver au soleil. La promesse d’un brin de confort en pleine pandémie. Se dépayser alors que voyager hors des frontières est devenu singulier. Arrivés en Géorgie — État d’une lourde confrontation post-électorale — Eva et sa famille marquent leur deuxième arrêt. « Nous avons passé une nuit à Savannah, une très jolie ville coloniale ».

Dans l’État de New York, des panneaux fleurissent au bord des routes indiquant « le Covid est toujours là ». De leur long parcours vers le Sud, à travers différents États, « aucun panneau n’indiquait la réalité de la pandémie ». À chaque État, sa gestion du Covid. Tout au long de la route, seuls des fast-food permettent de se restaurer. L’Amérique ! Des restaurants pleins. À l’intérieur, tout le monde y mange dans une proximité qui renvoie à la vie d’avant. Avant la pandémie. Loin des consignes anti-Covid.

« De Savannah à Hallandale, notre étape finale, nous avons fait une pause à Jacksonville, au Nord de la Floride. Un autre monde où les gens ne portent pas de masque, où aucune distance n’est respectée » constate Eva. Avant leur départ, la famille fait un test anti-Covid. Tout au long de leur trajet, à aucun moment, dans aucun hôtel, le précieux papier prouvant leur négativité au Covid-19 ne leur est demandé.

La famille vient de traverser cette Amérique divisée. « En allant mettre de l'essence, nous avons croisé le regard d'une personne qui nous a traités de ‘communistes démocrates’ en voyant la plaque de notre voiture new-yorkaise. À ce moment précis, j'ai ressenti que je vivais dans une Amérique totalement divisée ».

« Fake News, Big Tech, Radical Socialist, you stole our election ». Ce panneau les accueille à l’entrée de la ville de Hallandale. Ils viennent d’arriver à destination. Ils resteront en Floride l’hiver durant. Précautionneux des gestes barrières.

Dans cette Amérique meurtrie, le président du chaos a quitté ses fonctions laissant derrière lui 400,000 familles pleurer la disparition d’un proche, emporté par le virus. Il s’est envolé le 20 janvier au matin pour la Floride.

Ce 20 janvier 2021, Joe Biden est officiellement devenu le 46e président des États-Unis. Dans son discours historique et face à une Amérique divisée, Joe Biden s’est voulu rassembleur « Nous pouvons nous traiter les uns les autres avec dignité, respect, nous traiter comme voisins plutôt que comme adversaires, arrêter de crier et d’hurler pour faire redescendre la températures, a-t-il notamment déclaré. Nous avons beaucoup à faire, beaucoup à réparer, à construire, à soigner (...) »

Ce 20 janvier 2021, une parfaite quiétude régnait du côté d’Hallandale. « Tout est calme, il n’y a ni supporters de Trump, ni supporters de Biden. Comme si de rien n’était » conclut Eva, depuis son jardin d’hiver.

 

* Le prénom a été changé pour une question d’anonymat

 

 

 

 

 

Nous vous recommandons

Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après être passée par la presse économique et la presse spécialisée, Rachel Brunet est la directrice et la rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal.
0 Commentaire (s)Réagir