Mardi 17 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Donald Trump pris en flagrant délit de grossophobie

Par Rachel Scharly | Publié le 16/08/2019 à 19:46 | Mis à jour le 17/08/2019 à 05:27
Donald Trump grossophobie

Interrompu dans son discours par des opposants lors de son meeting, jeudi soir, à Manchester dans le New Hampshire, Donald Trump s’est publiquement moqué d’un homme en raison de son surpoids.

 

L’homme était en fait un partisan de Trump

Frank Dawson est un policier à la retraite, ancien membre de la Navy et fervent partisan de Donald Trump. Alors que trois manifestants dévoilaient des bannières anti-Trump dans la salle, lui essayait d’alerter la sécurité. Le locataire de la Maison-Blanche ne faisant pas la distinction entre les manifestants et Dawson lui-même, a lancé : « Ce gars a un grave problème de poids. Rentre chez toi faire du sport ! Sortez-le moi d’ici, il a de plus gros problèmes que moi. Des problèmes bien plus gros que nous tous ». 

Malgré cette moquerie très déplacée, et l’hilarité générale provoquée auprès des supporters de Donald Trump, Frank Dawson a préféré rire des commentaires du président, lequel s’est par la suite excusé auprès de l’ancien policier pour ses propos. Il aura toutefois fallu que son équipe lui explique que sa moquerie avait ciblé un partisan.

 

Le problème de l’obésité aux États-Unis

Avec 110 kilos pour 1,90 mètre, le président des États-Unis a vu son indice de masse corporelle passé à 30, l’hiver dernier, le faisant officiellement entrer dans la catégorie de l'obésité et rejoignant les 93 millions d’Américains touchés par cette maladie, soit 38 % de la population et 17 % des jeunes adultes.

En 2010, Michelle Obama avait lancé le programme Let’s Move qui visait à lutter contre l’obésité dès le plus jeune âge, laquelle avait triplé en l’espace de 40 ans. Proposer dans les écoles publiques du pays une alimentation plus saine, à base de fruits et de légumes, était une des directives de ce programme. Ironie du sort, l’administration Trump avait annoncé en décembre dernier, mettre un terme à celui-ci.

Nous vous recommandons

Rachel Scharly

Rachel Scharly

Après avoir travaillé de nombreuses années dans la presse économique et spécialisée, Rachel Scharly est la rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal
0 Commentaire (s)Réagir