Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Coronavirus : un Américain est décédé

Américain mort coronavirus Américain mort coronavirus
©️ Reuters
Écrit par Rachel Brunet
Publié le 8 février 2020, mis à jour le 8 février 2020

C’est le premier décès confirmé d’un étranger en Chine en raison du nouveau coronavirus. Un Américain de 60 ans « est mort dans un hôpital de Wuhan le 6 février », a déclaré samedi l’ambassade des Etats-Unis à Pékin. C’est aussi le premier ressortissant américain à perdre la vie suite à la contraction du virus.

 

L’épidémie continue de se propager

Le nouveau coronavirus a contaminé plus de 34.500 personnes et tué 722 patients en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao). Surtout le nombre de décès est en augmentation de 86 en 24 heures, c’est-à-dire le plus fort bilan quotidien à ce jour, ont annoncé samedi les autorités sanitaires.

L’épidémie continue de se propager. Plus de 320 cas de contamination ont été confirmés dans une trentaine de pays et territoires, dont deux mortels à Hong Kong et aux Philippines.

Le 6 février, le Dr Li Wenliang qui travaillait dans un hôpital de Wuhan et avait lancé l'alerte sur la dangerosité du virus auprès de ses collègues, le 30 décembre 2019, est décédé à cause du coronavirus. Âgé de 34 ans, cet ophtalmologiste avait été diagnostiqué positif au virus le 30 janvier.

 

La pangolin, un intermédiaire

Des scientifiques de l'Université d'agriculture du sud de la Chine ont identifié le pangolin comme un "possible hôte intermédiaire" soupçonné d'avoir transmis le coronavirus à l'homme. Le pangolin est un petit mammifère couvert d'écailles menacé d'extinction, dont la chair délicate est très prisée dans la gastronomie chinoise et vietnamienne. Dans un communiqué, les scientifiques expliquent qu'un animal peut être porteur d'un virus sans pour autant être malade et le transmettre à d'autres espèces comme l'homme. Après l'analyse de 1 000 échantillons, les scientifiques ont pu montrer que les génomes de séquences de virus prélevés sur les pangolins étaient à 99 % identiques aux virus retrouvés sur des personnes atteintes du nCoV, indique Chine Nouvelle. Rappelons que lors de l'épidémie de Sras de 2002-2003, l'hôte intermédiaire du virus était la civette, un petit animal au pelage gris dont la viande est consommée en Chine.