Lundi 25 mars 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Management : comprendre les différences entre la France et l’Italie

Par Marie-Astrid Roy | Publié le 12/12/2018 à 00:05 | Mis à jour le 12/12/2018 à 13:39
Photo : Annie Rea, expert en interculturalité France-Italie, anime des formations pour mieux se comprendre | Pixabay @rawpixel
Management France-Italie différences

Cousins proches mais tellement différents. Dans le domaine professionnel, les relations France-Italie sont plus ambiguës qu’elles ne paraissent. Annie Rea*, expert en interculturalité et en management interculturel entre les deux pays, déchiffre ces différences subtiles pour mieux les affronter.

Si Annie Rea refuse de tomber dans les lieux communs qui différencient la France et l’Italie, elle admet qu’« il est parfois nécessaire de parler des stéréotypes pour les comprendre, les conscientiser en cas de situation de crise ». Elle l’a surtout compris en mars 1999, lors de la tragédie du tunnel du Mont-Blanc à la suite de laquelle elle est intervenue en tant que formatrice interculturelle.

L'Italie est l'un des pays les plus difficiles à décrypter pour les Français

« Les Italiens et les Français ont prouvé qu’ils pouvaient réussir ensemble, à condition de décoder les situations qui les dérangent », explique-t-elle.
Il est pourtant rare qu’une entreprise offre à un cadre expatrié français une formation à la culture locale italienne. La vie semble si facile dans le Belpaese : les habitants sont accueillants et chaleureux, la cuisine délicieuse, la richesse culturelle merveilleuse... Et l’Italie est si proche de la France. Mais « L’Italie reste l’un des pays les plus difficiles à décrypter pour les Français », assure Annie Rea, elle-même franco-italienne. C’est pourquoi elle a fondé In Situ, qui propose aux entreprises françaises et italiennes une large gamme d'interventions, du séminaire d'une journée à la conférence ponctuelle.

L’euphorie des débuts cèdera sans doute la place à la désillusion pour le cadre dirigeant français expatrié en Italie. Notamment lorsqu’il se rendra compte que le dossier sur lequel travaillait le collaborateur italien n’a en réalité pas du tout avancé. « Il avait pourtant l’air enthousiaste à l’annonce du projet, car les Italiens savent bien recevoir le nouveau cadre ou dirigeant, même s’ils s’en méfient aussi un peu », explique-t-elle.
Le blocage de la situation peut avoir des raisons multiples : « Le collaborateur était en désaccord avec le projet ou bien il attendait pour avancer sur le projet ». Car l’une des grandes différences entre les Français et les Italiens, c’est leur rapport au temps, explique Annie Rea au cours de la formation intitulée « Dante ». L’Italien est à l’aise dans l’urgence, il a le goût pour les choses difficiles. « Avoir peu de temps est un gage d’efficacité », ajoute-t-elle.

Autre différence anthropologique majeure : l’Italien a une forte tolérance à l’incertitude, il se montre à l’aise dans l’imprévu alors que le Français déteste le risque.

Pensée complexe vs pensée cartésienne

L’Italie est par ailleurs le pays de la complexité, avec une préférence pour la ligne courbe. « Faire coexister tous les contraires », précise Annie Rea. A l’inverse, la France est le pays de la rationalité, avec une préférence pour la ligne droite.
Des approches propres à chaque culture, une résultante entre autres de méthodes d’apprentissage différentes dès le plus jeune âge.

La langue du bel canto

Si le Français peut avoir l’air peu avenant par rapport à l’italien c’est parfois une question de structure de la langue, apprend-on au cours de la formation. Une différence subtile à connaître, alors même que les deux langues latines semblent proches de prime abord. Le Français use une langue de consonnes, la tonalité est brève, contrairement à l’italien dont la langue est celle du bel canto, une langue faite de voyelles, décrypte Annie Rea. Résultat, même si le Français parle italien, avec l’emploi prépondérant des diphtongues « on » et « an », son ton semblera plus sec.

Et comme l’incompréhension est forcément bilatérale, pour aider les Italiens à travailler au mieux avec les Français, une formation appelée « Cartesio » vient déchiffrer les comportements de ces derniers.

Reste que malgré ces différences, rappelons que les échanges économiques entre les deux pays sont intenses. En 2017, la France et l’Italie s’affirment respectivement comme les 2ème et 3ème partenaire commercial l’un pour l’autre.

 

*Annie Rea est également Administrateur délégué de la Chambre de commerce et de l'industrie France Italie

 

Nous vous recommandons

2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Philippe DAUMIN dim 13/01/2019 - 10:02

Les lieux Commune sont des Points des rencontre, à partir desquels se construit l'analyse. Les Français sont des terriens, des paysans, habitués ataviquement à l'élevage et Au labourage cf. Sully). Ils planifient, et sont sédentaires mentalement. Ils travaillent en FIFO. Les Italiens sont des Marins, habitués aux embruns, prêts à réagir à l'occurrence, suivant l'air du Temps. Ils sont Opportunistes, aventuriers. Ils travaillent en LIFO. Napoléon, de culture méditerranéenne, disait: "agir d'abord, réfléchir ensuite". Le Français, cartésien, fera le contraire. L'Italie est très variée toutefois, et il faut en connaître les variations "italiques" pour réellement la comprendre.

Répondre
Commentaire avatar

Elio mer 12/12/2018 - 14:54

Mme Rea est très aimable de décrire les différences culturelles dans le travail ; il faut aussi considérer que l'Italie étant très étendue en longueur (1800 Km), beaucoup de différences culturelles se trouvent aussi dans le même pays.

Répondre

Expat Mag

Athènes Appercu
LITTERATURE

Raphaël Jérusalmy sauve Mozart

De passage à Athènes, Raphaël Jérusalmy a présenté son roman Sauver Mozart. L'occasion pour le Petit Journal d'écouter cet ancien agent des services secrets israéliens, aujourd'hui libraire à Tel-Aviv