Mercredi 11 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Lemoyne: « Je souhaite des contacts sans filtre avec nos concitoyens »

Par Marie-Astrid Roy | Publié le 10/06/2019 à 18:04 | Mis à jour le 11/06/2019 à 10:39
Photo : Le secrétaire d'Etat Jean-Baptiste Lemoyne a tenu plusieurs permancences auprès des Français de Milan ce 6 juin 2019
Jean-Baptiste Lemoyne AEFE

A l’occasion du déplacement à Milan ce 6 juin, du secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, rencontre avec Jean-Baptiste Lemoyne.

 

Lepetitjournal.com/Milan : quel était l’objectif de votre déplacement à Milan et l’issue de vos rencontres ?

Jean-Baptiste Lemoyne : Il s’agissait d’une première à Milan dans le sens où le président de la République a souhaité que l’acte II du quinquennat soit placé sous le signe de la proximité et de l’humanité. Cela à travers des permanences ministérielles sur le territoire français et s’agissant du quai d’Orsay, hors de France pour les Français de l’étranger, en y associant nos administrations locales. Aussi, j’ai souhaité avoir des contacts directs, sans filtre avec nos concitoyens. 10 personnes avaient pris rendez-vous pour des questions quant à leurs droits sociaux, aux études ou encore pour faire part d’idées ou suggestions.

 

Vous vous êtes aussi rendu au lycée français Stendhal, où plusieurs inquiétudes se sont manifestées ces derniers mois, comme dans de nombreux autres lycées français de l’étranger.

Au lycée français, il s’agissait également d’une permanence car j’ai rencontré les parents d’élèves, les enseignants, les représentants syndicaux. Cela était très utile sachant que j’avais le lendemain une réunion avec le conseil du président de la République en charge des sujets culturels et éducatifs pour évoquer notre ambition pour l’enseignement du français à l’étranger, qui est de doubler le nombre d’élèves dans l’enseignement des Français de l’étranger à échéance de 2030. On doit donc créer les conditions de ce succès.
Ils m’ont certes fait part de leur inquiétude avec le non-renouvellement d’un personnel à Milan- problème qui a déjà été résolu- mais cela a aussi permis de déconstruire certaines idées conçues qui ont circulé sur les réseaux sociaux comme la privatisation d’établissements de l’AEFE, alors qu’il n’en a jamais été question.


Nous souhaitons conforter l’AEFE comme un opérateur majeur. D’ailleurs, lundi dernier devant la commission des finances de l’Assemblée nationale, j’ai précisé que j’avais demandé avec Jean-Yves Le Drian un rebasage de la subvention de l’AEFE autour de 31 millions d’euros pour envisager le développement de l’enseignement du français de l’étranger. Quant aux craintes que de nouveaux établissements pouvaient se créer, j’ai précisé que nous avons demandé à nos ambassadeurs un pilotage lorsque des créations, partenaires associatifs ou privés se profilaient, pour réguler, éviter la cannibalisation entre établissements. Les critères de l’enseignement du français à l’étranger sont contrôlés, il est reconnu pour sa qualité. En témoigne Milan avec ses 100% de réussite au bac et ses 85% de mentions.

 

Où en êtes-vous après la remise du rapport de la députée Samantha Cazebonne en février dernier, mentionnant 147 recommandations visant à insuffler une nouvelle dynamique à l'enseignement français à l'étranger ?

Durant le mois de mai, nous avons entamé un processus de consultations avec des parents d’élèves, des représentants d’enseignants etc. et un séminaire auquel étaient présents une centaine de personnes représentant tout l’écosystème. Cela a apporté beaucoup de matériaux et d’idées qui viennent en complément du rapport Samantha Cazebonne (20.000 personnes avaient répondu). On est en train de faire la synthèse pour établir cette feuille de route qui nous permettra d’atteindre notre objectif du doublement du nombre d'élèves.

 

Quel est votre ressenti deux semaines après des élections européennes traduisant la montée du populisme notamment en Italie comme en France ? Quelle est l’Europe de demain ?

L’Europe est à la croisée des chemins. Je fais partie d’une génération qui a vu l’Union européenne être une addition d’ambitions, une addition d’Etats aussi, puis l’UE a quand même consacré une forme de réconciliation franco-allemande à ses tout débuts et une réconciliation du peuple européen. Il y a 30 ans avec la chute du mur de Berlin, l’Union européenne a permis d’apporter des perspectives, la démocratie dans tous ces pays d’Europe centrale et orientale. Et aujourd’hui le risque est celui de la déconstruction, de la soustraction. Le Brexit est là. La montée des populistes aussi. En réalité, on a besoin d’une Europe toujours plus forte qui assume sa puissance commerciale, économique et stratégique. Nous devons conforter cet élan au moment où certains donnent des coups de boutoirs contre cette construction.


Le résultat est historique en France comme en Europe où il est mis fin au duopole que constituaient les socialistes et les conservateurs européens. Aujourd’hui, un groupe central se constitue, il sera indispensable pour toute majorité. Au sein de ce groupe, les élus se réclamant de la majorité présidentielle seront la première délégation nationale. La France retrouve donc du levier et une capacité à peser en Europe grâce à ce résultat, même si nous aurions aimé virer en tête. Mais LREM a viré en tête en Italie avec 38%.

 

Nous vous recommandons

2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Arek jeu 15/08/2019 - 14:24

Cet article sert plus de propagande royale pour mieux asseoir le sultanat judéo-arabe plus longtemps sur les terres Amazighes. Malheureusement ce texte royal relève plus de la politique royale qu'autre chose. j'aime bien quand il dit grace au roi judéo-arabe, la langue berbère est enseignée au Maroc (cette flatterie dans le sens du poil, ressemble plus à un baisemain royal, qu'à une vérité socio-culturelle). Si ont enseigne aujourd'hui de manière officielle, les langues Amazighes dans les écoles du Maroc et de l'Algérie, c' est grace plutôt aux Kabyles ayant versé beaucoup de leur noble sang, pour que vive la culture Amazighe. Les colons arabes négrifiés d'Afrique du nord notamment le clan de Oujda et les Alaouites, sont les pires fascistes génocidaires de la planète. Dire que le génocide arabo-islamique, offrent la liberté aux Berbères relève du sado-masochisme. Bien que les Berbères sont relativement nombreux aux Maroc, ils se couchent tous sous les pieds des arabes contrefaçons notamment Alaouites (Rif excepté). Les Berbères marocains sont dociles et totalement soumis à l' arabo-islamisme. Les revendications culturelles Kabyles font peur à la monarchie Alaouite, c'est pourquoi le roi Mimie 6, a tout de suite officialisé Tamazight au Maroc. Le jour de l'an Amazigh est officiel en Algérie et pas au Maroc où personne ne bouge (de peur de se faire humilier par le roi Homo 6). Si les berbères représentent 65 % de la population marocaine, alors pourquoi le colonialisme royal arabe est inébranlable dans ce pays où la Charia arabe et la pédophilie dans les mosquées sont de mise ?

Répondre
Commentaire avatar

Kriss mer 12/06/2019 - 17:37

Un grand débat national et quoi …..rien , des frais inutiles et des pertes de temps et le Peuple français qui paie attend ! Des petits débats exotiques de ci de là et quoi …..rien encore on ajoute d’autres frais inutiles et d’autres pertes de temps et le Peuple français paie et attend toujours! Pourquoi vouloir qu’il en soit autrement c’est exactement comme l’UE ,40 ans de frais inutiles et de perte de temps et les Peuples européens paient et attendent toujours ! Le simple argent et temps perdu démontrent que quelque chose ne marche pas dans l’UE ! Pourtant ils nous disent toujours le contraire de la simple évidence ! Alors bien entendu sans avouer ce qui ne va pas on ne sait toujours pas d’eux où ils vont sinon suivre le même chemin et chanter dans la nuit « en marche » à coté de leurs pompes ! "La vérité et l'évidence ont toujours le dernier mot" dit Vladimir Jankélévitch Un jour va se payer de n’avoir fait la différence entre COM et CON !

Répondre

Expat Mag

Berlin Appercu
SOCIÉTÉ

La grève générale française vue par la presse allemande

La grève générale du 5 décembre et les contestations du projet de réforme des retraites envisagé par le gouvernement français attise la curiosité de la presse allemande. Petit tour d'horizon.

Sur le même sujet