Dimanche 23 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le succès croissant du V.I.E. en Italie

Par Marie-Astrid Roy | Publié le 13/12/2017 à 00:33 | Mis à jour le 28/03/2018 à 14:18
Photo : Remise des Prix V.I.E. 2017 à Turin, en présence de Christian Masset, Ambassadeur de france en Italie
Grand Pirx VIE Italie

A l’occasion de la remise du Grand Prix V.I.E. 2017, retour sur une formule née il y a 17 ans, qui séduit de plus en plus, autant les jeunes professionnels que les entreprises françaises établies à l’étranger et notamment en Italie.

 

« Le V.I.E. est une formidable opportunité pour commencer à travailler à l’étranger. Il m’a permis de me spécialiser et de monter en compétences », estime Maxime Krichtenko, vainqueur du Grand Prix V.I.E. 2017, remis par Christian Masset, Ambassadeur de France en Italie, la semaine dernière lors d’une cérémonie organisée à Turin. Le jeune ingénieur de 27 ans, en V.I.E. depuis moins d’un an chez Ligneos, entreprise qui réalise des inserts en bois pour l’industrie automobile, a contribué à industrialiser une usine passée de 6 à 25 salariés en quelques mois. Quatre autres prix, décernés par catégorie de métier (gestion, finance, commerce, développement durable et innovation) ont récompensé ces jeunes venus chercher une expérience professionnelle de début de carrière à l’étranger, en vue d’ajouter une dimension internationale à leur CV.


Accélérateur de carrière

Ils sont 254 au total à bénéficier du dispositif du Volontariat International en Entreprise (V.I.E.) pour le compte de 123 entreprises utilisatrices en Italie en octobre 2017. « Des résultats qui affichent un train de croissance de 10 à 15 % environ depuis plusieurs années, même lorsque l’économie italienne allait moins bien », se réjouit Stéphane Perchenet, directeur adjoint de Business France en Italie. Depuis le lancement du dispositif en 2000, 1.776 VIE ont été formés dans le Belpaese pour le compte de 394 entreprises françaises.
Des résultats positifs qui s’expliquent par l’attrait de cette solution de ressources humaines, gérée par Business France dans une logique de partenariat public-privé entre l’État, les jeunes et l’entreprise.
Véritable tremplin pour rentrer dans la vie active, « 7 V.I.E sur 10 reçoivent une proposition d’embauche de la part de l’entreprise dans laquelle ils ont effectué leur mission », relève Stéphane Perchenet. Le taux d’intégration - 92 % six mois après la fin de la mission du V.I.E. – se veut ainsi particulièrement élevé.


Un dispositif gagnant-gagnant

Et le dispositif séduit autant les entreprises. « Le V.I.E. représente une véritable valeur ajoutée pour les entreprises françaises qui entendent s’internationaliser. Il s’agit de l’un des dispositifs les plus efficaces pour le commerce extérieur français : vous misez sur une ressource, vous la formez puis vous la garder », affirme Stéphane Perchenet.
Si le V.I.E. est destiné aux jeunes âgés de 18 à 28 ans, ils ont en moyenne 26 ans lors de leur mission. Pour la plupart, ils sont issus de grandes écoles ou d’un Bac +5 et jouissent même parfois d’un à deux ans d’expérience professionnelle.
Aussi, les PME et les entreprises de taille intermédiaire (ETI) visent surtout à enrichir leurs équipes export avec des jeunes motivés et qualifiés. Les grosses entreprises quant à elles, ont davantage recours au V.I.E. dans une logique de sourcing de grand talent, voire dans l’optique d’offrir un parcours de carrière. « Et il arrive que des volontaires soient embauchés avant même la fin de leur mission », assure le directeur adjoint de la zone Méditerranée-Est.
Si tous les secteurs sont ouverts, les spécialisations les plus demandées restent le contrôle de gestion, comptabilité, finances, commerce international et vente, l’ingénierie et la chimie, l’électronique, les télécommunications et l’informatique.
A noter, l’entreprise demeure maîtresse du recrutement, finance la mission et assure son encadrement opérationnel, alors que Business France se porte garant de la sécurité du volontaire dans le pays d’accueil, placé sous la responsabilité de l’Ambassade de France.

 

Le V.I.E. en pratique

Le dispositif français s’adresse à tout résident de l’Union européenne âgé entre 18 et 28 ans et pas seulement aux citoyens français. La mission peut durer de 6 à 24 mois maximum, renouvelable une fois au cours de cette période.
Le candidat doit s’inscrire sur le site civiweb, 1er site d’emploi des jeunes diplômés en France. Et « comme pour le marché de l’emploi en général, il convient d’activer son réseau et envoyer des candidatures spontanées en plus de répondre aux annonces visibles », conseille Stéphane Perchenet. Les recherches porteront rapidement leurs fruits : 60 % des jeunes mettent entre 1 à 6 mois pour trouver un V.I.E.
A l’image du commerce extérieur de la France, la quasi majorité des V.I.E. (44%) est affectée en Europe. En Italie, ils sont pratiquement concentrés dans le nord du pays, suivant ainsi la structuration de l’économie italienne.

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Milan ?

DÉCOUVERTE

Ville aperte : découverte d'un merveilleux patrimoine près de Milan

Jusqu’au dimanche 30 septembre se tient la 16ème édition des « Ville aperte in Brianza ». Au programme : la découverte inédite de 150 sites (châteaux, villa et jardins), aux portes de Milan

Sur le même sujet