Samedi 24 octobre 2020

Le succès croissant du V.I.E. en Italie

Par Marie-Astrid Roy | Publié le 02/12/2019 à 23:00 | Mis à jour le 03/12/2019 à 10:18
Photo : Remise des Prix V.I.E. 2019 à Naples, en présence de Christian Masset, Ambassadeur de France en Italie
Grand Prix VIE 2019

A l’occasion du 14ème Grand Prix V.I.E. organisé à Naples, retour sur une formule née il y a près de 20 ans, et qui séduit tant les jeunes professionnels que les entreprises françaises établies à l’étranger et notamment en Italie.

Pour la 14ème année consécutive, le grand prix VIE Italie, Malte, Croatie organisé par les Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) en Italie et Business France Italie, a récompensé des Volontaires internationaux en entreprise lors d’une cérémonie qui s’est déroulée à Naples le 13 novembre en présence de l’Ambassadeur de France en Italie Christian Masset. 40 VIE ont participé à ce concours en présentant un dossier sur les projets qu’ils développent dans leur entreprise d’accueil. Parmi eux, cinq jeunes professionnels se sont distingués dans les catégories suivantes : performance commerciale, performance financière, support de gestion, industrie et technologie, développement durable et innovation et Grand Prix VIE 2019.
Tous sont venus chercher une expérience professionnelle de début de carrière à l’étranger, en vue d’ajouter une dimension internationale à leur CV.

Romane Blanc, Business Developer Italy pour RITME, Scientific Solutions, un distributeur de solutions logicielles pour les scientifiques, a ainsi remporté le Prix de la Performance Commerciale 2019. « Ritme souhaitait découvrir le marché italien, ils ont donc fait appel à moi en tant que Volontaire afin de promouvoir nos solutions logicielles sur le territoire. Nous comprenons désormais qu’il y a beaucoup de potentiel qui ne demande qu’à être exploité. C’est une première étape et un test avant de s’implanter définitivement. Pour l’instant, c’est un succès ! », se réjouit la jeune professionnelle.
Et d’ajouter : « Il existe peu de contrats de professionnalisation qui permettent aujourd’hui de se confronter à autant de défis, d’avoir autant de responsabilités et qui exigent autant de polyvalence pour de jeunes diplômés, qui-plus-est à l’étranger. C’est vraiment une opportunité unique de grandir encore et de se qualifier. »

 

Accélérateur de carrière

Ils sont 282 au total à bénéficier du dispositif du Volontariat International en Entreprise (V.I.E.) pour le compte de 127 entreprises utilisatrices en Italie en octobre 2019. Des résultats qui affichent un train de croissance de 10 à 15 % environ depuis plusieurs années.
Depuis le lancement du dispositif en 2000, plus de 1.800 VIE ont été formés dans la Péninsule pour le compte d’environ 400 entreprises françaises.
Des résultats positifs qui s’expliquent par l’attrait de cette formule qui se base sur une logique de partenariat public-privé entre l’État, les jeunes et l’entreprise.
Véritable tremplin pour rentrer dans la vie active, 70% des V.I.E. reçoivent une proposition d’embauche de la part de l’entreprise dans laquelle ils ont effectué leur mission, selon Business France.

 

Un dispositif gagnant-gagnant

Et le dispositif séduit autant les entreprises que les jeunes professionnels. Le V.I.E. représente une véritable valeur ajoutée pour les structures françaises qui entendent s’internationaliser.
Si le V.I.E. est destiné aux jeunes âgés de 18 à 28 ans, 58% ont entre 25 et 28 ans. Pour la plupart, ils sont issus de grandes écoles ou d’un Bac +5 et jouissent même parfois d’un à deux ans d’expérience professionnelle. « La grande motivation du V.I.E. et son profil élevé représentent de véritables atouts », assure Jean-Philippe Gerard, directeur de Gravotech en Italie, qui a eu recours à cette formule à plusieurs reprises.
Aussi, les PME et les entreprises de taille intermédiaire (ETI) visent surtout à enrichir leurs équipes export avec des jeunes motivés et qualifiés. Les grosses entreprises quant à elles, ont davantage recours au V.I.E. dans une logique de sourcing de grand talent, voire dans l’optique d’offrir un parcours de carrière.
Si tous les secteurs sont ouverts, les spécialisations les plus demandées restent le contrôle de gestion, comptabilité, finances, commerce international et vente, l’ingénierie et la chimie, l’électronique, les télécommunications et l’informatique.

 

Une formule simple pour l’entreprise

Toute la partie administrative est gérée par Business France. « Le VIE ne rentre pas dans le cadre du code du travail, il exclut tout rapport de subordination entre l’entreprise et le VIE », rappelle Anne-Manuelle Gaillet, avocat partner au sein du studio Pirola Pennuto Zei & Associati à Milan.
L’entreprise demeure maîtresse du recrutement, finance la mission - 2002,77 euros en Italie - et assure son encadrement opérationnel ; alors que Business France gère toute la supervision et se porte garant de la sécurité du volontaire dans le pays d’accueil, placé sous la responsabilité de l’Ambassade de France.

L’entreprise peut avoir recours au nombre de V.I.E. souhaité, sans maximum. Les jeunes travailleurs sont en généralement accueillis dans les succursales établies en Italie. A défaut, il existe des solutions d’hébergement, comme celle qu’offre la Chambre avec son espace de travail Le Booster. « En travaillant dans nos locaux, le V.I.E évite l’isolement, tout en bénéficiant d’un environnement professionnel bi-culturel. Il a en outre accès à nos services, utiles pour l’aider à construire son network », explique Cécile Bourland, administrateur déléguée de la CCI France Italie.
Ce que Romane Blanc confirme : « Être hébergée par la Chambre m’a permis d’être bien entourée puisque d’autres V.I.E. ont choisi cette solution, mais aussi d’être bien aiguillée par les conseillers de la CCI. Et en tant qu’entreprise partenaire de la Chambre, nous recevons régulièrement des invitations à participer aux évènements organisés par cette dernière. Ce qui est d’autant plus intéressant dans une phase de développement de son entreprise. »

 

Le V.I.E. en pratique

Le dispositif français s’adresse à tout résident de l’Union européenne âgé entre 18 et 28 ans et pas seulement aux citoyens français. La formule est flexible : la mission peut durer de 6 à 24 mois maximum, renouvelable une fois au cours de cette période.
Le candidat doit s’inscrire sur le site civiweb, 1er site d’emploi des jeunes diplômés en France. Et comme pour le marché de l’emploi en général, il convient d’activer son réseau et envoyer des candidatures spontanées en plus de répondre aux annonces visibles. Les recherches porteront rapidement leurs fruits : 60 % des jeunes mettent entre 1 à 6 mois pour trouver un V.I.E.
A l’image du commerce extérieur de la France, la quasi majorité des V.I.E. est affectée en Europe. En Italie, ils sont pratiquement concentrés dans le nord du pays, suivant ainsi la structuration de l’économie italienne et l’implantation des entreprises françaises dans la péninsule.

 

Nous vous recommandons

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Retraite mar 03/12/2019 - 09:30

Très bon article. Le VIE c'est top pour faire une première expérience en Italie et permet de négocier un bon salaire pour son premier contrat Italien à la suite du VIE. Il faut prendre en compte que les trimestres de VIE ne comptent pas pour la retraite en Italie. Dans mon cas ceci se traduit à age égale de départ en retraite (67ans) par une perte sur la retraite de 1,5% par an de VIE...soit 3% au total...mais cette perte est largement compensée par le salaire d'entrée sur le marché post VIE.

Répondre
Sur le même sujet