Dimanche 18 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Migrants : Salvini ferme les ports italiens

Par Marie-Astrid Roy | Publié le 10/06/2018 à 22:50 | Mis à jour le 11/06/2018 à 10:12
Photo : Le ton monte entre l'Italie et Malte sur l'immigration | Wikimedia Commons
Migrants Italie fermeture ports

Le nouveau ministre de l’Intérieur Matteo Salvini (Ligue du nord) a annoncé ce dimanche fermer les ports italiens. Un message sans précédent adressé à Malte, mais aussi à l’Europe, sur la question de l’immigration.


La décision est sans précédent et risque bien d’engendrer une polémique. Alors que le bateau Aquarius avec à son bord quelque 600 migrants provenant d’Afrique du Nord est en mer, à l’approche des eaux de Malte, Matteo Salvini a adressé une lettre aux autorités maltaises annonçant fermer les ports en Italie. Et si ces dernières refusent de porter secours aux migrants à bord, le ministre de l’Intérieur italien assure ne proposer aucune alternative possible. Un signal clair que le nouveau gouvernement Conte-Salvini-Di Maio entend lancer à l’Europe : l’Italie ne peut être laissée seule à gérer l’urgence. Matteo Salvini avait d’ailleurs lancé un avertissement quelques jours après sa prise de fonction en déclarant que la péninsule ne pouvait pas être « le camp de réfugiés de l’Europe ».  

Pour autant, Malte rétorque ne pas entendre prendre en charge le navire Aquarius : « Le cas n’est pas de notre compétence », a déclaré le porte-parole du gouvernement de la Vallette, cité par Malta Today et dont les propos ont été rapportés par La Repubblica. En cause : le sauvetage des migrants désormais à bord de l’Aquarius, survenu dans la zone libyque et coordonné par un centre de secours à Rome. Résultat, Malte nie toute responsabilité et compétence.

1.000 migrants en 48 heures

« L’affaire Aquarius » survient dans un contexte de débarquements importants. Ces deux derniers jours, plus de 1.000 migrants sont partis des côtes libyennes vers les côtes européennes, engendrant de nombreux débarquements et secours en 48 heures. Et trois bateaux avec à leur bord environ 500 réfugiés ont débarqué hier sur les côtes italiennes.

Les accusations de Salvini à Malte

Le ton entre Malte et l’Italie a commencé à monter dès vendredi dernier lorsque Matteo Salvini a sévèrement reproché aux autorités maltaises de ne pas prendre leur part dans le secours et l'accueil des migrants. Ces dernières ont en effet été accusées d'avoir refusé leur aide à une mission de sauvetage du navire Seefuchs – avec à son bord 126 migrants – de débarquer alors qu’il était en difficulté à cause du mauvais temps. « Malte ne peut pas toujours dire non à toute demande d’intervention d’assistance », a ainsi déclaré le ministre de l’Intérieur italien.

L'Italie a vu débarquer quelque 700.000 migrants sur ses côtes depuis 2013. Les arrivées ont toutefois reculé de 85% depuis le début de l’année du fait d’accords conclus par le gouvernement précédent visant à empêcher les départs des côtes libyennes.

 

Source photo : Irish Defences Forces , https://www.flickr.com/photos/dfmagazine/18898637736/
2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

de couvreur mar 26/06/2018 - 18:53

Les directives de Coudenhove Kalergi sont suivies à la lettre, sinon comment expliquer que ces 1000 personnes ont traversé le désert et ont déferlé vers la mer au nez et à la barbe des Libyens ?

Répondre
Commentaire avatar

Rolandguincho lun 11/06/2018 - 18:20

Depuis le premier ministre Rocard rien n’a changé et personne n’a cherché à comprendre L’Europe doit se montrer comme étant réellement une communauté et mettre en place des règles absolument uniformes sur le plan des migrants Trop grande facilité pour certains pays de s’esquiver Trop grande facilité de sortir les mouchoirs Il est vrai quand même que la vraie réponse se trouve en Afrique et non en Europe

Répondre

Que faire à Milan ?

ÉVÉNEMENT

La musique envahit Milan pendant une semaine

Du 19 au 25 novembre Milan va vibrer au rythme de plus de 170 rendez-vous musicaux entre concerts, showcase et expositions, organisés à l’occasion de la deuxième édition de la « Milano Music Week ».