Mardi 20 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

L’Italie lance son revenu de citoyenneté et la réforme des retraites

Par Lepetitjournal Milan | Publié le 20/01/2019 à 23:00 | Mis à jour le 21/01/2019 à 13:30
Photo : Les décrets-lois ont été adoptés ce jeudi | (capture d'écran video youtube)
Revenu citoyen retraite italie

Après de longues tractations, le gouvernement a adopté jeudi dernier les décrets-lois mettant en œuvre les promesses phares du Mouvement 5 étoiles et de la Ligue : la création d’un revenu de citoyenneté et l’abaissement de l’âge de la retraite.

« Un nouvel Etat-providence est né », s’est réjoui jeudi, Luigi Di Maio, le vice-Premier ministre du Mouvement Cinq Etoiles (M5S), à l’issue de l’adoption du décret-loi créant le « revenu de citoyenneté » (RDC) et réformant l’âge de départ à la retraite, les deux mesures phares soutenues les deux formations au pouvoir, respectivement les Cinq Etoiles et la Ligue.
Alors qu’il aura fallu des semaines de tractations pour aboutir à ces décrets-lois, ces derniers entreront en vigueur dans les prochains jours. Reste que le Parlement dispose de deux mois pour les valider.

Un revenu de citoyenneté drastiquement réduit

Le revenu de citoyenneté va s’adresser à 5,1 millions d’Italiens vivant sous le seuil de pauvreté (presque moitié moins que les 9 millions prévus dans le programme électoral du M5S). Il est établi à 780 euros par mois pour une personne seule, 1.080 euros pour un couple avec enfant et 1.380 euros pour trois enfants. Le RDC sera versé sur une carte de paiement électronique attribuée au bénéficiaire. La somme devra être dépensée dans son intégralité durant le mois, sous peine de voir le solde perdu.
Cheval de bataille du M5S depuis la création du Mouvement par Beppe Grillo, ses prétentions ont toutefois été largement revues à la baisse. Son objectif est de favoriser la réinsertion et relancer la croissance, mais la Ligue redoutait que cela n’aboutisse à l’instauration d’un assistanat des bénéficiaires, majoritairement situés dans le Sud de la Botte (Mezzogiorno). Le budget accordé s’est aussi vu réduit à peau de chagrin après des semaines de tractations sur la Loi de Finances.

Résultat, alors que le coût estimé de la mesure était initialement de 9 milliards d’euros, la loi de Finances 2019 a prévu une enveloppe de 7 milliards. Et plusieurs conditions ont été fixées. Aussi, le bénéficiaire – qui se verra inscrit sur une plateforme de l’agence pour l’emploi - ne pourra pas refuser plus de trois offres d’emploi en 18 mois. La première pourra se situer dans les 100 km de son domicile, la deuxième à 250 km et la troisième dans toute l’Italie. Autre restriction, le bénéficiaire ne pourra pas disposer d’un patrimoine immobilier supérieur à 30.000 euros ni d’une voiture d’une cylindrée supérieure à 1.600 cm3.

« Quota 100 », un départ à la retraite anticipé à 62 ans

Comme souhaitée par l’autre vice-Premier ministre, Matteo Salvini (Ligue), la nouvelle réforme des retraites vient annuler la loi Fornero datant de 2011 qui avait relevé l’âge légal à 67 ans pour de nombreux Italiens. La « Quota 100 » comme elle est surnommée, propose un départ anticipé à 62 ans mais avec au moins 38 années de cotisations (62 + 38 = 100), pour libérer de la place pour les plus jeunes. Une mesure qui devrait provoquer le départ à la retraite d’au moins 355.000 travailleurs seniors selon les estimations du gouvernement. Et Matteo Salvini a assuré qu’aucune réduction du montant de la pension ne sera appliquée pour ceux qui choisissent cette option.

La loi prévoit en outre aux diplômés de racheter des trimestres de cotisations sur leurs années d’études jusqu’à l’âge de 45 ans, et à des tarifs favorables.

Prévisions de croissance inquiétantes

L’opposition quant à elle, craint une augmentation du déficit italien, alors que la dette représente déjà 131% du PIB, le ratio le plus élevé de la zone euro après la Grèce. Cela d’autant plus que ce vendredi, la Banque d’Italie a revu sévèrement à la baisse les prévisions de croissance du gouvernement, estimant une hausse du PIB de 0,6% seulement en 2019, soit 0,4% en moins que celles annoncées par le gouvernement.

 

lepetitjournal.com Milan

Lepetitjournal Milan

LePetitJournal.com de Milan, c'est le média de référence en français sur Milan et l'Italie.
2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Ennered lun 21/01/2019 - 08:43

Ce binôme gouvernemental est très intéressant. On lui souhaite de réussir là où tous les autres (avec leurs jérémiades présentes) ont échoué.

Répondre
Commentaire avatar

Christianedh jeu 24/01/2019 - 19:13

moi aussi j’espère vraiment !

Répondre

Que faire à Milan ?

HISTOIRE

Les portes de Milan, vestiges d’époques lointaines

Milan a toujours été protégée par un cercle de murs : romains, puis médiévaux et enfin espagnols. Visite guidée des portes de la ville qui commémorent les murs entourant autrefois la capitale lombarde