Italie : les grands points du budget qui inquiète Bruxelles

Par Lepetitjournal Milan | Publié le 30/09/2018 à 22:16 | Mis à jour le 01/10/2018 à 09:46
Photo : Piazza Affari, la Bourse de milan ( Stefano Stabile, wikipedia.it)
Piazza Affari bourse milan

Le gouvernement italien a dévoilé jeudi dernier son projet de loi de Finances qui prévoit un déficit public en très forte hausse et qui préoccupe tant Bruxelles que les marchés. Les principales réformes prévues par le budget.

« Nous faisons du bien à l’Italie et aux Italiens », a assuré le président du Conseil Giuseppe Conte, à l’issue de l’accord trouvé sur la loi de Finances. Les deux partenaires de la coalition populiste au pouvoir en Italie (Ligue et Mouvement 5 étoiles) exultent. Ils ont réussi à se mettre d’accord jeudi dernier sur un projet de budget comprenant plusieurs promesses de campagne et qui prévoit un déficit de 2,4% du PIB, soit 1,6 points de plus que prévu sur les trois prochaines années. Cela malgré les réticences du ministre de l’Economie Giovanni Tria, un proche de Mario Draghi, patron de la BCE, qui prônait un déficit contenu, inférieur à 2% du PIB.

Les principales réformes prévues par la loi de Finances

Instauration d’un revenu de citoyenneté

Luigi Di Maio est parvenu à imposer la mesure phare de la campagne du Mouvement 5 étoiles : un revenu de citoyenneté. Celui-ci s’élèvera à 780 euros par mois et ne s’adressera qu’aux plus modestes. Il devrait concerner 6,5 millions de personnes pour un coût estimé à 10 milliards d’euros, selon le M5S, bien davantage d’après d’autres.

Réforme du système des retraites

La loi Fornero, la précédente réforme sur les retraites (sous le gouvernement Monti), se verra remise à plat. Aussi, l’âge de départ possible sera abaissé, cela grâce à l’introduction d’un « quota 100 » calculé à partir de l’addtion de la durée de cotisation et l’âge du cotisant. Une mesure qui devrait concerner 400.000 personnes et qui vise selon le ministre de l’Intérieur et leader de la Ligue, Matteo Salvini, de libérer des places sur le marché du travail pour les jeunes.

Annulation de la hausse de la TVA

Le précédent budget prévoyait une hausse automatique de la TVA. Le gouvernement entend abolir cette mesure, ce qui représentera 12,5 milliards d’euros de recettes fiscales en moins.

Diminution du taux d’imposition pour certains autoentrepreneurs et artisans

Si Matteo Salvini n’est parvenu à imposer sa « flat tax », les autoentrepreneurs et artisans ayant un chiffre d’affaires inférieur à 65.000 euros par an bénéficieront d’un taux d’imposition abaissé à 15%. Cela devrait concerner plus d’un million de personnes.

 

La « dette explosive » inquiète Bruxelles

Les comptes du gouvernement secouent les marchés. Vendredi, la bourse de Milan a connu sa pire journée de 2018 et a clôturé en baisse de 3,72%.
Et la réaction de l’UE ne s’est pas fait attendre. Le Commissaire aux Affaires économiques, Pierre Moscovici qui considère la "dette explosive", s'inquiète d'un budget « hors des clous » des règles européennes. Or, l’Italie a déjà une dette publique de 132% de son PIB (2.300 milliards d’euros), le ratio le plus élevé de la zone euro après la Grèce.
La Commission attend la notification officielle du budget italien d'ici le 15 octobre et rendra un avis détaillé d’ici mi-novembre. En attendant, Pierre Moscovici rencontrera le ministre italien des Finances ce lundi.

 
Photo : https://it.wikipedia.org/wiki/Piazza_degli_Affari#/media/File:Palazzo_Mezzanotte_-_Piazza_Affari_-_Milano_-_Italy.JPG

 

lepetitjournal.com Milan

Lepetitjournal Milan

LePetitJournal.com de Milan, c'est le média de référence en français sur Milan et l'Italie.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Milan !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Milan.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale