Jeudi 22 octobre 2020

"Sortir du placard: conséquences professionnelles pour 1/3 des LGTBI"

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 27/06/2020 à 18:26 | Mis à jour le 29/06/2020 à 09:32
Photo : DR
Mujeres avenir lgtbi

L'association hispano-française Mujeres Avenir ne travaille pas seulement contre l'inégalité des sexes. Depuis 3 ans, elle organise aussi avec succès un événement de soutien au collectif LGBTI, profitant cette année de la proximité de la célébration de la Gay Pride 2020.


 
Le titre choisi de l'événement pour cette nouvelle édition était lourd de sens : "Le double confinement : la diversité LGTBi dans les entreprises". L’objectif était encore une fois de mettre l'accent sur la discrimination dont ce collectif continue de faire l'objet dans le monde du travail. La tribune était modérée par Pauline Leroyer Legal, porte-parole de la diversité LGTB du groupe Renault en Espagne et Secrétaire générale de Mujeres Avenir.
 
Ainsi, Óscar Muñoz, co-fondateur et co-directeur général de REDI (Réseau d’Entreprises pour la Diversité et l’Inclusion LGBTI), a insisté sur ce double enfermement que les personnes LGBTI ont vécu pendant la pandémie. "Le premier est un enfermement sanitaire et le second est un enfermement dans le contexte du travail, où de nombreuses personnes du groupe sont invitées à ne pas commenter leurs préférences sexuelles au travail et doivent cacher le fait qu'elles sont LGBTI par peur de représailles".

Pour Óscar Muñoz, "même aujourd'hui, sortir du placard a des conséquences au niveau professionnel pour 3 membres sur 10 du collectif LGTBI, et ils n'osent pas le raconter. Cependant, dans les entreprises où la diversité est défendue, le climat de travail s'améliore, plus de talents sont attirés et retenus, l'innovation est encouragée, la productivité s'améliore, ils se connectent mieux avec leurs consommateurs et permettent à la société d'avancer".

En ce sens, pour la présidente de Mujeres Avenir, Maria Luisa de Contes, "il faut s’opposer à toutes les manifestations d'intolérance et de discrimination, qui se produisent également dans de nombreuses entreprises, à l'encontre des personnes qui appartiennent au collectif LGTBI, ce qui les amène à vivre aujourd'hui dans un double enfermement, social et professionnel".


Parier sur le fait d'être une entreprise où la diversité et l'inclusion sont au cœur de nos activités, comme source de talents et de compétitivité

La vice-présidente du réseau REDI, Eva Pérez Nanclares, a quant à elle affirmé "qu’aujourd'hui, en Espagne, les entreprises sont de plus en plus désireuses d'assurer un climat de travail respectueux pour tous les employés, ce qui renforce leur implication et l'intégration des personnes LGBTI sur leur lieu de travail. Notre objectif est d'attirer davantage de PME et de micro-entreprises vers le REDI, en raison de son poids dans l'économie et de sa nécessaire standardisation avec le collectif LGTBI".

Isabel Pérez de Santa María, responsable de la communication et de la gestion de la diversité chez Orange, a rappelé certaines des valeurs de son entreprise, comme "parier sur le fait d'être une entreprise où la diversité et l'inclusion sont au cœur de nos activités, comme source de talents et de compétitivité. Orange est le reflet de la société, et tous les professionnels sont fiers d'avoir des personnes ayant une culture, un sexe, une orientation sexuelle, une religion, une origine ethnique et une identité de genre différents".

Pour sa part, Pablo Tauroni López de Rodas, directeur des relations du travail et de la prévention des risques professionnels à El Corte Inglés, a analysé la situation du collectif LGTBI au sein de son groupe qui compte 92.000 professionnels, 80 ans d'histoire, et dans laquelle travaillent cinq générations. Il l'a définie comme une entreprise diversifiée qui s'engage dans des projets inclusifs. "Notre point de départ a été de sensibiliser, d’analyser entre nos professionnels comment nous étions en tant qu'entreprise, dans chacun de nos domaines d'activité, et avec près de 2.000 réponses volontaires et confidentielles, nous pouvons aujourd'hui avancer avec plus de confiance dans les politiques de diversité, éliminer nos lacunes et nous développer en tant qu'équipe engagée".

Lors des conclusions, Mar Fernandez Sabugo, directrice générale adjointe de LGTBI Rights, a rappelé "qu’aujourd'hui plus que jamais, nous devons éduquer et travailler à la création de sociétés inclusives qui ne haïssent pas et ne font jamais un pas en arrière pour ne pas perdre de droits".
 

Voir le streaming de la conférence ici: https://youtu.be/lt0DS0GFX9c?list=PLEBBUkE6ZAzndvuDp80pM2rxsyD8GKoN9

Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

POLITIQUE

La motion de censure de Vox rejetée au parlement espagnol

La motion de censure présentée par le parti politique Vox contre le président Pedro Sánchez et son gouvernement de coalition a été rejetée au Congrès des députés ce jeudi. 

Sur le même sujet