TEST: 2269

VI Nations 2021 : le “Crunch” en baromètre du tournoi ?

Par Colin Porhel | Publié le 05/02/2021 à 17:45 | Mis à jour le 05/02/2021 à 17:56
Photo : Hanson Lu - Unsplash
Tournoi des VI Nations Crunch

Tournoi des VI Nations, acte 127. La compétition annuelle réunissant les six meilleures équipes d’Europe commence samedi, avec une première rencontre entre l’Italie et la France. Quelques heures plus tard, l’Angleterre, tenante du titre, se verra opposer à son voisin écossais.

 

Angleterre, France, Irlande, Ecosse, Pays de Galles, Italie : le classement du tournoi 2021 pourrait bien ressembler à celui de l’année dernière. Si la France et l’Angleterre demeurent les grands favoris, derrière, la lutte pour la troisième place s’annonce féroce entre l’Ecosse et l’Irlande. Pour l’Italie et le Pays de Galles, auteurs d’un championnat 2020 décevant, cette nouvelle édition s’annonce compliquée.

 

Pour le XV de la Rose, plus qu’une couronne à défendre

Les hommes d’Eddie Jones, vice-champions du monde en 2019, ont réalisé une année 2020 exceptionnelle. Premiers vainqueurs de la Coupe d’Automne, lauréat du tournoi des VI Nations…Avec un total de huit victoires en neuf matchs disputés, Owen Farrel et ses coéquipiers ont tout balayé sur leur passage. Ils se présentent donc logiquement en favoris à leur propre succession, avec un effectif qui démontre d’une rare stabilité. Parmi les joueurs à suivre, l’ailier de Coventry, Paolo Odogwu, fait office d’épouvantail. Déjà qualifié de « facteur X » par son entraîneur, il est la révélation de cette saison en Premiership.

Seule ombre au tableau, la dernière défaite face aux Français a laissé des traces. Battu de sept points il y a un an, les Anglais semblent avoir une revanche à prendre. D’autant que quelques mois plus tard, l’humiliation fut proche face à ces mêmes « Bleus ». Poussé dans ses retranchements, le XV de la Rose avait attendu les prolongations pour s’imposer face à l’équipe bis de Fabien Galthié. Plus qu’un trophée à soulever, l’Angleterre a une réputation à tenir.

 

Le XV de France doit transformer l’essai

Teddy Thomas, Virimi Vakatawa, Cyril Baille ou plus récemment Gabin Villière : la France regorge de talents prêts à envoyer le pays sur le toit de l’Europe. Mais réduire les bonnes performances récentes des « Bleus » aux seuls joueurs serait fallacieux. Arrivé il y a deux ans pour reconstruire une équipe alors en proie à bon nombre de doutes, Fabien Galthié a su développer un jeu léché axé sur l’attaque et la prise de risque maîtrisée. Une stratégie payante, puisque ses hommes ont terminé l’édition 2020 à égalité de points avec l’Angleterre.

Battus seulement par l’Ecosse, les coéquipiers d’Antoine Dupont, élu meilleur joueur du dernier tournoi, doivent désormais confirmer les promesses aperçues il y a quelques mois. Mais avec un calendrier difficile – déplacement à Twickenham et à l’Aviva Stadium (Dublin) – les Français n’auront pas le droit à l’erreur contre l’Italie, samedi, sous peine de voir revenir leurs vieux démons.

 

Surprise en vue pour l’Ecosse et l’Irlande ?

Frustré de sa troisième place acquise l’an passé, le XV du Trèfle avance sans certitude dans le tournoi. Après une saison 2018 faste, lors de laquelle les hommes du capitaine Jonathan Sexton avaient réalisé le Grand Chelem en remportant tous leurs matchs, l’Irlande a progressivement perdu de sa superbe. Sans idées contre la Nouvelle-Zélande en quart de finale du mondial en 2019, puis décevants tout au long du dernier tournoi des VI Nations, les joueurs d’Andy Farrell se retrouvent au pied du mur. Ce dernier se montre néanmoins très optimiste sur la capacité de ses troupes à créer la surprise. Interrogé récemment sur les ambitions irlandaises, il a déclaré que son équipe « n’était pas loin du niveau de la France et de l’Angleterre ».

Dans le même temps, l’Ecosse s’annonce comme le principal outsider du tournoi. Quatrième en 2020, avec le même nombre de points que l’Irlande, le XV du Chardon semble posséder tous les atouts pour déstabiliser les favoris. Plus expérimentée mais toujours aussi joueuse, l’équipe regorge de joueurs de qualité. Si le capitaine Stuart Hogg a confirmé son statut de joueur cadre, la vitesse de Fin Russel semble être la meilleure carte des joueurs de Greg Townsend.

 

Le Pays de Galles et l’Italie, sans grandes ambitions

Seulement neuvième nation mondiale, le Pays de Galles peine à renouveler un effectif vieillissant. Cinquième en 2020 avec un seul match remporté face à l’Italie, le XV du Poireau ne semble pas en mesure de jouer les premiers rôles. L’efficacité et la maîtrise galloise, érigées en modèle pendant plusieurs années, ne sont désormais plus au rendez-vous. Le calendrier paraît cependant favorable aux joueurs de Wayne Pivac, avec la réception des Anglais et des Irlandais.

De son côté, l’Italie n’a plus remporté une rencontre dans le tournoi depuis 2015. Cuillère de bois ces cinq dernières années, la Squadra Azzurra affiche pour seul objectif de renouer avec le succès. « Il y a beaucoup d’attente autour du fait de gagner ce premier match », reconnaît le sélectionneur, Franco Smith. Une tâche loin d’être évidente pour une équipe qui compte cette année quatre néophytes.

Si le classement final paraît établi avant même le début du tournoi, le sport réserve toujours quelques surprises. Et pour être sûr de n’en rater aucune, une seule solution : allumer sa télévision, dès samedi, pour le match des « Bleus » contre l’Italie à 14h15 retransmis sur ITV !

 

Pour ne rien rater de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Sur le même sujet
Colin Porhel - journaliste

Colin Porhel

Etudiant en troisième année de licence en Langues Etrangères Appliquées à l’Université de Brest Occidentale (UBO).
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale