Dimanche 23 février 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Une rentrée culturelle britannique très riche à… Paris !

Par Marie-Blanche Camps | Publié le 15/10/2019 à 15:16 | Mis à jour le 15/10/2019 à 15:22
Photo : (c) Centre pompidou_PhilippeMigeat
Pompidou Paris art culture

Deux expositions britanniques ont ouvert leurs portes le même jour à Paris en septembre : il n’y aura peut-être donc pas de Brexit culturel ? Réservez vite votre bus, votre avion ou votre Eurostar.

 

Bacon en toutes lettres

« On est dans une suggestion poétique », c’est ainsi que Didier Ottinger le commissaire de l’exposition a présenté les dernières œuvres (de 1971 à 1992) de Francis Bacon. L’exposition Bacon en toutes lettres met en lumière la relation entre la littérature et l’œuvre du peintre anglais. Des enregistrements sonores d’extraits de six ouvrages de la bibliothèque personnelle du peintre, lus notamment par Mathieu Almaric illustrent les peintures inspirées par Nietzshe, Eschyle, Michel Leiris ou Georges Bataille, qui décrivait, dès 1962, Bacon comme « un jeune peintre anglais prometteur »…

Centre Pompidou, jusqu’au 20 janvier 2020 (14 EUR/11 EUR)

Attention ! Le Centre Pompidou a mis en place un système de réservation préalable obligatoire en ligne, à trouver ici

L’âge d’or de la peinture anglaise : de Reynolds à Turner

Le visiteur pénètre tout de suite dans l’intimité d’une maison aristocratique anglaise du temps de George III : lumières tamisées, moquette feutrée, murs rouges et verts et… portraits de famille. Martin Myrone, conservateur en chef à la Tate, est venu présenter à Paris, en anglais et sans traducteur, les chefs d’œuvre de la Tate Britain. On découvre une diversité de styles et une liberté dans la facture des tableaux et dessins des peintres anglais du XVIIIe siècle. Tous autoditactes, à la différence des grands maîtres français ou italiens qui formaient les jeunes peintres de l’époque, Reynolds, Gainsborough ou Turner laissent des paysages, des portraits d’aristocrates ou de célébrités, comme  « un Instagram de l’époque » .

Musée du Luxembourg, jusqu’au 16 février 2020 (14,50 EUR/10,50 EUR). À réserver ici

 

Peinture Anglaise

 

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet