Vendredi 3 décembre 2021
TEST: 2269

Liste orange plus : la tension monte sérieusement entre la France et le Royaume-Uni

Par Maël Narpon | Publié le 03/08/2021 à 17:35 | Mis à jour le 04/08/2021 à 11:59
Photo : Obie Fernandez - Unsplash
Deux femmes se tournant le dos

Alors que les discussions sont en cours entre les deux pays séparés par la Manche, les tensions ne s’apaisent guère. En cause : le refus du Royaume-Uni de retirer la France de la récente liste « orange plus ».

 

La présence de l’Hexagone sur cette liste force les passagers transitant de celui-ci vers le Royaume-Uni à se soumettre à une quarantaine de dix jours à leur arrivée sur le sol britannique, et ce même s’ils sont doublement vaccinés. Depuis lundi, cette exigence ne s’applique d’ailleurs plus aux voyageurs ayant reçu les deux injections de sérum d’immunité en provenance des Etats-Unis ou d’un pays d’Europe figurant sur la liste orange simple.

Une décision jugée « discriminatoire » côté français

Pour Clément Beaune, secrétaire d’Etat français chargé des Affaires européennes, le motif derrière celle-ci est purement politique. « Je ne vois pas de raison scientifique et sanitaire en tout cas, donc j’en déduis que c’est une décision un peu politique », a-t-il déclaré sur le plateau de CNews.

Ce choix fait par le gouvernement britannique avait été motivé par l’inquiétude d’une forte propagation du variant Bêta sur le territoire français. Un variant supposé être plus résistant face aux différents vaccins administrés à la population. Il n’est cependant pas majoritaire en France, n’étant impliqué que dans 5% des nouvelles contaminations. Nous le retrouvons principalement sur les territoires d’outre-mer, notamment celui de La Réunion, situé à environ 10 000km de la France métropolitaine. A noter également que la France est est en passe de supplanter le Royaume-Uni en termes de nombre de vaccinations totales, alors que le Royaume de Sa Majesté était jusqu’alors considéré comme l’un des leaders mondiaux en termes de vaccination.

Des données qui renforcent la frustration et l’incompréhension du gouvernement français. « Si la France était dans une situation sanitaire bien pire que celle de ses voisins de l’Union Européenne, je pourrais comprendre. Mais ce n’est pas le cas », ajoute Clément Beaune.

 

 

Le gouvernement britannique conteste

Le Secrétaire d’Etat britannique aux Transports, Grant Shapps, a répondu ce week-end aux arguments du gouvernement français. Il s’est vu contraint de réfuter le fait que la motivation de son gouvernement repose sur les cas de variant Bêta recensés à La Réunion. Il maintient que cette souche est également présente en France métropolitaine.

Les discussions entre les deux nations sont en cours à l’heure où nous écrivons ces lignes. La liste britannique des pays soumis à des restrictions de transit doit être révisée plus tard cette semaine, et Clément Beaune espère que la France se verra retirée de la liste « orange plus » à cette occasion. Un scénario très probable selon différents experts tels que l’analyste Tim White: « Non seulement je suis presque sûr que la France va être replacée sur liste orange simple, mais en plus de ça les cas de nouvelles contaminations quotidiennes sont en baisse », a-t-il publié hier sur son compte Twitter.

Dans le même temps, d’autres pays pourraient rejoindre ou remplacer la France sur cette même liste, comme nous vous en informions la semaine dernière. L’Espagne et la Grèce étaient potentiellement concernées.

 

Mael Narpon - journaliste junior Londres

Maël Narpon

Diplomé d'une licence de sociologie à Pau et à Athènes, il intègre ensuite l'IEJ Londres. Il effectue un stage avec lepetitjournal.com Londres puis rejoint l'édition internationale en tant qu'alternant dans le cadre d'un Master à l'IEJ Paris.
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet