Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Les espaces verts de Londres font grise mine

parcs londres clients annulationparcs londres clients annulation
Daphné Frenchie - UNSPLASH
Écrit par Lepetitjournal Londres
Publié le 23 juillet 2020, mis à jour le 23 juillet 2020

Désistements et annulations de dernière minute se multiplient depuis le déconfinement. Des comportements qui contribuent à la baisse de fréquentation des parcs et jardins, contraints de limiter le nombre de réservations quotidiennes.

Règles de distanciation sociale obligent, il est désormais nécessaire de réserver en ligne pour visiter les jardins de Londres. Seulement voilà, les espaces verts de la ville se voient poser de nombreux lapins depuis la fin du confinement. Des places qui ne peuvent plus être attribuées à de nouveaux visiteurs.

« C’est très difficile pour nous parce que la majorité de nos revenus proviennent des gens qui viennent dans nos jardins, paient pour y entrer, pour en devenir membres, pour manger et boire sur le site ou pour y acheter des articles dans les boutiques », explique Paul Guthrie, des jardins botaniques de West London.

The Royal Horticultural Society, Kew Gardens et The National Trust demandent donc à leurs clients d’annuler leur réservation au plus vite en cas d’imprévu.

15 millions de livres de pertes

Les Kew Gardens peuvent actuellement accueillir 8 000 visiteurs par jour, contre 10 000 à 12 000 avant le Covid-19. À cela s’ajoutent les 40% de réservations non-honorées par les visiteurs.

La fréquentation des jardins a été divisée par deux depuis leur réouverture au début du mois de juillet. Un manque à gagner d’environ 15 millions de livres par rapport à l’année dernière.

D’autres secteurs comme l’hôtellerie et la restauration sont frappés de plein fouet par les désistements de dernière minutes depuis le début du déconfinement.

 

Pour ne rien perdre de l'actu londonienne,  abonnez-vous à notre newsletter en deux clics  !

Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

© lepetitjournal.com 2024