Mardi 24 novembre 2020

Le virus aura-t-il raison de notre traditionnelle bise ?

Par Constance Hamm | Publié le 11/05/2020 à 14:34 | Mis à jour le 11/05/2020 à 16:51
Photo : Priscilla Du Preez - Unsplash
bise virus déconfinement

Le déconfinement qui démarre en France, certains assouplissements annoncés dimanche 10 mai par Boris Johnson, l’heure des retrouvailles avec nos proches arrive… mais pourra-t-on se faire la bise ?

 

“Arrêtez les embrassades”, “distanciation sociale”, “port du masque obligatoire” : tous ces slogans pourraient bien avoir raison de la traditionnelle bise française. Alors faut-il réinventer notre façon de se dire bonjour ?

Pour certains, ceux qui redoutent ce passage obligatoire à l’arrivée dans l’open space, cela est vu comme une libération. Adieu à cette obligation sociale qui en repousse certains. Au contraire, pour les adeptes de la bise, il va être difficile de se passer de cette chaleureuse tradition française.

Le masque désormais obligatoire dans les transports en commun et certains commerces, rendra d’autant plus difficile la conservation de cette pratique.

De l’autre côté de la Manche, lorsque l’on sort de la communauté française, la tradition est au hug. Pour le moment, le déconfinement n’a pas démarré et seuls les membres d’un même foyer peuvent profiter d’un bain de soleil ensemble. Le hug posera toutefois moins de problèmes d’hygiène que la bise car il ne nécessite pas de contact direct avec le visage, passage préféré du virus. La tradition anglaise va-t-elle envahir la France ?

Matt Hancock, secrétaire d’Etat à la Santé au Royaume-Uni, a déclaré que “les grands-parents pourraient bientôt faire un câlin à leurs petits-enfants si le nombre de cas (Covid-19) baisse encore”. La reine d’Angleterre devra donc certainement s’armer de patience.

Rendez-vous dans quelques-mois pour faire le bilan : la bise aura-t-elle dit son dernier mot ?

Pour ne rien perdre de l'actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Constance Hamm journaliste

Constance Hamm

Juriste de formation, je me consacre à l’enseignement. Je suis passionnée par la protection de l’environnement et l’ouverture internationale.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Singapour Appercu

La tête dans les étoiles avec Claudie Haigneré

A Singapour, dans le cadre du festival vOilah! 2020, une conférence en ligne a été organisée pour recueillir le témoignage de femmes scientifiques. Lepetitjournal.com a rencontré l’une d'elles.

Sur le même sujet