Jeudi 3 décembre 2020

Faut-il dire quatorzaine ou quarantaine ?

Par Camille Chorley | Publié le 18/08/2020 à 18:28 | Mis à jour le 21/08/2020 à 15:41
Photo : Sincerely Media - UNSPLASH
quatorzaine quarantaine faut employer

Doit-on employer le terme quarantaine ou quatorzaine ? La pandémie a fait naître de nouveaux débats linguistiques. Celui ci en fait partie.

Depuis que le coronavirus est apparu dans notre quotidien, des néologismes tels que le terme «déconfinement» apparaissent dans notre langage courant. Cependant, depuis quelque temps, une confusion entre deux mots distincts mais pourtant similairement utilisés est observable. Est-il approprié d’utiliser le terme «quatorzaine» pour désigner cette mesure de mise à l'écart des personnes contagieuses ? Peut-on réellement l’employer ?

Qu’est-ce qu’une quarantaine ?

Une "quarantaine" définit une période d'isolement de marchandises, d'animaux ou d'êtres humains provenant d'un pays où il existe un risque de maladie contagieuse. Jusqu’ici, le terme a donc bien été employé pour définir à travers le monde entier la période d’auto isolement imposée aux personnes en provenance d’un pays à haut risque de contagion pour le Covid-19.

Par ailleurs, ce mot n’a vraiment rien de nouveau. Il remonte en effet au 14ème siècle, lorsque la peste ravageait la population au Moyen-âge. Il est apparu pour la première fois à Venise. Les bateaux devaient rester 40 jours à quai avant d’accoster pour éviter de nouvelles contagions.

C’est, à quelques détails près, ce que bon nombre de voyageurs vivent en ce moment. La seule vraie différence réside dans la durée imposée d’auto-isolement : 14 jours. La durée d’incubation du virus, selon de nombreux spécialistes.

« Quatorzaine », le néologisme qui fâche

Justement, certains pays dont notre cher Royaume-Uni que nous autres expatriés adorons, ont mis en place pour les voyageurs qui retourneraient au pays depuis certaines destinations où le nombre de cas est élevé, une QUATORZAINE. Un mot très souvent repris et réutilisé dans les médias. Ce substantif est un terme qui semble particulièrement bien approprié à la situation.

Alors pourquoi fâche-t-il tant certaines personnes ? Dans la langue française, le sens de ce mot n'est pas forcément utilisé pour évoquer une mesure de mise à l'écart. En réalité, il s’agit plutôt d’un terme juridique pour évoquer les différentes étapes d’une saisie judiciaire. C’est bien le mot "quarantaine" qui prime, même si cela ne se traduit pas obligatoirement par un isolement de 40 jours.

Beaucoup ont affirmé que, ne figurant pas dans le dictionnaire, ce mot n’était pas légitime. Est-ce réellement un motif valable pour le rejeter ?

Au 14éme siècle, le mot «quarantaine» n’existait pas. Un mot adapté à la situation avait été préféré. D’ailleurs, chaque nouvelle situation apporte de nouveaux mots et cette crise l’aura prouvé. Après tout, les mots «déconfinement» et «reconfinement» ne figurent pas non plus dans certains dictionnaires mais sont pourtant indispensables aujourd’hui.

Dans le cas du Covid-19, il semble préférable de privilégier le terme «quatorzaine», la durée de l’incubation pouvant aller jusqu’à 14 jours. En cas de risque de contamination, il faut donc éviter tout contact avec l’extérieur pendant cette période.

Grâce à ce mot, plus précis, nous parlons bien d’une mise en quarantaine de 14 jours. Au sein de la rédaction, nous continuerons d’utiliser ce terme qui désormais fait partie de notre langage courant et qui le sera encore pendant un certain temps puisque que l’Europe s’attend malheureusement à une seconde vague d’ici l’hiver.

Pour ne rien perdre de l'actu londonienne,  abonnez-vous à notre newsletter en deux clics  !

Nous vous recommandons

Camille Chorley - Journaliste Londres

Camille Chorley

Etudiante à l'Ecole du Journalisme de Nice et bientôt au Griffith College de Dublin pour de nouvelles aventures !
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Nathalie Ribette - "L'impact du virus a été énorme sur Sing'theatre"

Lauréate du Trophée Culture/Art de vivre des Trophées des Français de l’étranger 2020 organisés par le petitjournal.com, Nathalie Ribette s’efforce de maintenir ses activités malgré le contexte actuel

Sur le même sujet