TEST: 2269

De Paris à Londres, comment lutter contre la phobie scolaire ?

Par Colin Porhel | Publié le 30/04/2021 à 13:28 | Mis à jour le 30/04/2021 à 13:40
Photo : Element 5 digital - Unsplash
Une pomme est posée sur trois manuels scolaires

Derrière le terme de phobie scolaire se cache la souffrance de millions d’élèves à travers le monde. Nous avons souhaité nous concentrer sur de potentielles solutions pour y remédier. L’établissement scolaire en ligne Pazapa s’attèle à développer une pédagogie bienveillante ciblée, en plaçant l’écoute de l’élève au cœur du processus de réapprentissage de la vie en groupe.

 

Véritable enjeu de santé publique, la phobie scolaire concernerait, en France, entre 2 et 5 % des élèves scolarisés. Soit entre 240 000 et 600 000 enfants. Si les chiffres varient d’une étude à l’autre, un autre pourcentage, plus fiable, montre l’impact réel de cette maladie encore trop méconnue. La phobie scolaire constitue ainsi 5 à 8 % des motifs de consultations en pédopsychiatrie. Mais l’Hexagone est loin d’être le seul pays touché par ce fléau, qui reste trop souvent ignoré des politiques publiques. Au Royaume-Uni, selon un sondage publié par le site spécialisé www.schoolrefusal.co.uk, 52 % des parents déclarent avoir dû diagnostiquer la phobie scolaire de leur enfant de façon autonome.

Les causes de la maladie sont spécifiques à chaque élève. « Parfois, il n’y a pas de raisons clairement définies, mais un élément déclencheur comme un déménagement, une expatriation, un décès, une séparation des parents, ou un harcèlement scolaire peut accélérer le processus », affirment les équipes de Pazapa.

 

L’écoute, pierre angulaire de la guérison future

Afin d’aider l’enfant à se débarrasser progressivement de son anxiété, la verbalisation de son mal-être et l’écoute des professeurs deviennent primordiales. « L’accompagnement et le suivi prodigués par une conseillère pédagogique sont un soutien essentiel pour l’enfant. Des aménagements peuvent ainsi être mis en place pour son bien-être », explique la directrice de Pazapa.

Afin de lutter contre le harcèlement scolaire, qui constitue l’une des causes parmi les plus importantes de la phobie scolaire, la prévention est une étape cruciale. « Nos professeurs sont particulièrement attentifs aux échanges entre élèves et au respect d’autrui. Tout comportement déplacé est signalé et des mesures adaptées sont appliquées immédiatement (échange avec les élèves concernés, discussion avec la famille, débat lors des conseils d’élèves…). Nous faisons aussi de la prévention, notamment en cours de technologie pour les étudiants du secondaire, en dispensant un cours sur le cyberharcèlement. Concernant les élèves de primaire, une leçon sur le harcèlement scolaire est dispensée en cours d’éducation civique et morale », souligne l’équipe pédagogique.

 

L’école à distance, un véritable atout contre la phobie scolaire

Autre solution préconisée par les experts pour éviter le décrochage scolaire : la scolarisation à distance. Chez eux, sans contact direct avec les autres élèves, les enfants victimes de phobie scolaire réapprennent progressivement à vivre en groupe. « En début d’année, nous observons des élèves réservés, réticents à allumer leur caméra. Mais, au fur et à mesure des semaines, ils reprennent confiance en eux et retrouvent le plaisir d’aller à l’école, grâce notamment à un groupe-classe plus réduit qu’en présentiel », témoignent les équipes de Pazapa.

Pour les parents, voir son enfant souffrir au quotidien s’assimile à un supplice. Le sentiment d’impuissance face à la maladie contrarie au possible la communication. Par-delà les méthodes élaborées par l’école, consulter un psychiatre ou un psychologue peut ainsi se révéler une aide précieuse, tant aussi bien pour eux que pour l’élève concerné.

 

Colin Porhel - journaliste

Colin Porhel

Etudiant en troisième année de licence en Langues Etrangères Appliquées à l’Université de Brest Occidentale (UBO).
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale