TEST: 2269

Du faux sang sur les murs du Département des Transports !

Par Clara Grouzis | Publié le 02/10/2020 à 12:10 | Mis à jour le 02/10/2020 à 12:16
Photo : Andrew Haimerl - Unsplash
manifestations HS2 Londres

Des manifestants se sont rassemblés hier dans la capitale britannique pour protester contre la construction de la ligne à grande vitesse HS2.

Cette ligne ferroviaire à grande vitesse devrait relier Londres aux Midlands et au Nord de l’Angleterre, à commencer par Birmingham. Boris Johnson a donné en février son feu vert pour le projet malgré l’opposition de plusieurs élus et des écologistes. En effet, la construction de cette ligne devrait coûter plus de 100 milliards de livres et le chantier est extrêmement ambitieux. Il requiert de creuser de longs tunnels, de détourner des cours d’eau et d’abattre des forêts. Ainsi, les écologistes critiquent l’impact de sa construction sur les écosystèmes.

Jeudi, les membres du mouvement HS2 Rebellion et d’Extinction Rebellion ont protesté avec des actions fortes contre le projet gouvernemental. Certains manifestants sont montés dans les arbres de la forêt du Buckinghamshire alors que d’autres ont versé du faux sang sur les murs du Département des Transports et se sont collés sur la porte et le sol devant le bâtiment. Plusieurs protestataires ont qualifié le projet d’ « écocide ».

 

 

De grands groupes du BTP français doivent participer au projet, comme Vinci et Eiffage. Ce sera la seconde ligne à grande vitesse du Royaume-Uni et elle devrait remplacer des chemins de fer datant parfois de l’époque victorienne.

 

Manifestations HS2 Londres
Le trajet de la nouvelle ligne

 

Pour ne rien perdre de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Clara Grouzis journaliste Londres

Clara Grouzis

Etudiante en troisième année à Sciences Po Aix et passionnée, je me destine au journalisme
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale