Samedi 6 juin 2020
  Ne manquez plus les
dernieres nouvelles
S'abonner

De centrale électrique à musée, la Tate Modern en 10 dates

Par Ninon Sopocko | Publié le 06/04/2020 à 17:34 | Mis à jour le 06/04/2020 à 19:20
Photo : Juan Carlos Araujo
Tate Modern Gallery

Difficile de passer à côté d’un tel bâtiment. Le long de la Tamise, la Tate Modern en impose. Bien connu du grand public, cette extension de la Tate Britain regroupe les collections d’art moderne et contemporain. Cet immense édifice que vous connaissez s’est transformé au fil du temps. Voici quelques dates clés de l’histoire de la Tate Modern.

1891 : Construction de la centrale électrique de Bankside par la City of London Electric Lighting Company. Au XIXème siècle, à défaut d’avoir un réseau national, la production d’électricité était locale. Il y avait donc des centrales un peu partout dans Londres.

1947 : Dans un besoin de plus grande production d’énergie, Bankside va complètement changer. Dessinée par Sir Giles Gilbert Scott, designer des fameuses cabines téléphoniques rouges, la Bankside Power Station passe d’une alimentation au charbon à une alimentation au pétrole. L’architecte a un défi : construire cette nouvelle centrale électrique sans pour autant cacher la Cathédrale Saint Paul. Pour ce faire, il décide de changer ses plans : de deux cheminées, il passe à une seule.

1953 : La première moitié de la nouvelle centrale est finie, et produit sa part d’électricité. Arrêtés pendant 6 ans, les travaux reprennent en 1959.

1963 : Avec au total 4,2 millions de briques pour les murs extérieurs, la centrale de Bankside est terminée. Elle se compose d’un hall de turbine de 35 mètres de haut et 152 mètres de long, une chaufferie latérale et une seule cheminée centrale.

1981 : La crise pétrolière des années 1970 a eu un impact considérable sur la viabilité financière des centrales électriques au fioul. Avec la délocalisation de celles-ci hors de la ville, la production d’électricité de Bankside Power Station a finalement pris fin près de 100 ans après sa mise en fonctionnement.

1992 : En décembre 1992, les Tate Trustees annoncent leur intention de créer une galerie séparée pour l’art moderne et contemporain international à Londres.

1994 : L’ancienne Bankside Power Station est alors sélectionnée pour accueillir ces oeuvres. En charge de son réaménagement, les architectes suisses Herzog & De Meuron se lancent dans les plans.

1996 : Grâce à une subvention de 12 millions de livres sterling de l’agence de régénération English Partnerships, le site est acheté et les travaux commencent. L’idée ? Transformer la salle des turbines en une immense entrée et en une zone d’exposition ainsi que la chaufferie en galeries.

2000 : C’est le grand jour. La Tate Modern ouvre ses portes en mai. Depuis son ouverture, on compte plus de 40 millions de visiteurs.

2009 : La Tate se lance dans un nouveau projet de développement. À nouveau dessiné par Herzog & de Meuron, les réservoirs d’huile sont réaménagés en salles, ce qui agrandit la galerie.

Et voilà, vous connaissez l’histoire de la Tate Modern. Elle est aujourd’hui l’une des trois principales attractions touristiques du Royaume-Uni et génère chaque année environ 100 millions de livres sterling d’avantages économiques pour Londres. Dans le même style, la Battersea Power Station s’est également transformée en lieu touristique avec des restaurants, hotels et magasins à l’intérieur.

Pour ne rien perdre de l'actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Nous vous recommandons

Ninon Sopocko journaliste Londres

Ninon Sopocko

Étudiante en master à l’Institut Européen de Journalisme à Londres, je suis passionnée par l’humain et la culture.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

New York Appercu
Black lives Matter

#blacklivesmatter : les New-Yorkais protestent pacifiquement

Les protestations contre les violences policières et le racisme ont continué cette semaine aux États-Unis après le meurtre de George Floyd commis par un officier de police.

Sur le même sujet