Mercredi 26 janvier 2022
TEST: 2269

Les boîtes aux lettres de Londres n’ont pas toujours été rouges

Par Amandine Guiony | Publié le 26/11/2021 à 12:33 | Mis à jour le 26/11/2021 à 12:51
Photo : wikimedia.commons
Une boîte aux lettres de type Penfold avant qu'elles soient peintes en rouge

Tout comme le père Noël, les célèbres boîtes aux lettres rouges de Londres étaient autrefois vertes. Différentes théories existent pour expliquer ce changement, à vous de choisir celle que vous préférez. 

 

Les boîtes aux lettres rouges sont presque aussi emblématiques que les cabines téléphoniques rouges au Royaume-Uni. À l’époque Victorienne, l’architecte John Penfold crée les boîtes aux lettres “pilier“, un modèle hexagonal et de couleur verte. Dès 1866, ce mobilier urbain est installé à travers le pays mais aussi dans les États du Commonwealth, soit les anciennes colonies du Royaume-Uni : Irlande, Inde, Chypre, Malte, Hong Kong, Nouvelle-Zélande ou encore Gibraltar et le Sri-Lanka.

Mais à partir de 1874, la Penfold letterbox commence à voir rouge. Les boîtes aux lettres sont alors peu à peu repeintes de la même couleur que les double-dockers londoniens, si bien qu’il ne reste aujourd’hui que cent-cinquante de ces piliers verts, éparpillés à travers le monde entier. 

Selon certains, les boîtes auraient été repeintes en rouge pour être plus visibles et encourager leur usage. Pour d’autres, cette couleur permettrait tout simplement que les citadins arrêtent de les percuter en marchant. Dans les années 1930, certaines boîtes destinées au courrier aérien sont peintes en bleu, mais il semblerait que la couleur rouge ait (encore une fois) remporté la bataille haut la main.

Des répliques presque aussi vraies que nature 

Sur l’une des rues principales de la City de Londres se trouve, depuis 2016, une réplique de ces anciennes boîtes aux lettres vertes. Postée sur St Martin Le Grand, elle donne une idée de ce à quoi ressemblaient les Penfold originales. Elle est aussi en usage et fonctionne comme une boîte aux lettres classique.

Inaugurée par le prince de Galles et la Duchesse de Cornouailles, cette boîte-pilier célèbre les 500 ans de la fondation du bureau de poste, lorsque le roi Henry VIII établit un « maître des postes » pour son courrier royal. L’emplacement choisi est symbolique puisque tout proche du premier Bureau de Poste Général - ou GPO - situé sur St Paul entre 1894 et 1984. Saviez-vous que la station de métro ‘St Paul’ était d’ailleurs appelée ’Bureau de Poste’, jusqu’en 1937 ?

En Irlande, les boîtes rouges sont repeintes en vert avec les moyens du bord

Au moment de la déclaration d’Indépendance irlandaise en 1921, avec la signature du traité Anglo-Irlandais, la République hérite de centaines de boîtes aux lettres du même type. Seulement, un problème se pose : ces “pillar-boxes“ s’élèvent dans les rues vêtues de leur plus belle robe rouge. Fières et droites, elles incarnent pour beaucoup le symbole de l’Empire Britannique dont les républicains ont voulu se séparer.

Face à ce challenge, la première réaction du nouveau gouvernement d’Arthur Griffith -Dáil Éireann- n’est pas de commissionner un groupe de designers pour remplacer ces boîtes aux lettres qui font désormais tâche dans le paysage. La solution proposée est simple : repeindre ces piliers rouge en vert. “Une solution irlandaise à un problème irlandais !“, s’amuse la rédaction du Irish Times.

pillarbox dublin Irlande verte

Enfin, la teinte exacte n’étant pas précisée, les boîtes aux lettres sont recouvertes de plusieurs tons de vert différents, en fonction des stocks de peinture disponibles dans les différentes communes. Pendant longtemps, couronnes et autres initiales de monarques restent visibles en relief sous la peinture verte, jusqu’à ce que les boîtes soient peu à peu remplacées.

Pillarbox irlandaise verte

 

 

 

Nous vous recommandons
Amandine Guiony - journaliste Londres

Amandine Guiony

MA Relations Internationales. Vagabonde entre Londres, Dublin et le Sud de la France à la recherche d'histoires à vous raconter.
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Varsovie
POLITIQUE

Pologne, la rentrée politique chaotique décryptée par Nicolas Maslowski, politologue

Affaire Pegasus, Nowy Ład, autoritarisme, révolution conservatrice, Union européenne, état de droit : états des lieux avec Nicolas Maslowski, politologue, sociologue et directeur du CCFEF à Varsovie