Vendredi 21 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

HUGUENOTS – La Réforme a 500 ans, partez sur les traces des réfugiés de l’époque !

Par Lepetitjournal Londres | Publié le 01/05/2017 à 16:22 | Mis à jour le 01/05/2017 à 16:39

Cette année, la Réforme protestante célèbre son demi-millénaire ! C'est en effet le 31 octobre 1517 que Luther publie ses thèses, qui vont révolutionner la Chrétienté. L'histoire de ce schiste est intimement liée à celle de l'Angleterre : Dès les premières répressions qui s'en suivent, des protestants fuient leur pays d'origine pour trouver refuge auprès du jeune Roi Edouard VI, proche du réformateur Cranmer. Sans compter au XVIIème siècle les 50 000 Huguenots français, arrivés à la suite de la révocation de l'Edit de Nantes et des dragonnades. Des réfugiés qui ont profondément marqué la culture, l'économie et la société britanniques. Mais savez-vous pourquoi l'Angleterre fut-elle ainsi une terre d'asile pour les Protestants ? et à quel point ces derniers ont influencé ce pays ? Lepetitjournal.com Londres est allé enquêter pour vous. 

 

Gagnez une visite guidée gratuite du Temple de Soho Square, mardi 23 mai à 10h. Pour découvrir ce véritable joyau, insoupçonnable de l'extérieur, envoyez un mail à l'adresse suivante : londres@lepetitjournal.com / Tirage au sort le 12 mai prochain.

 

Une terre d'accueil, bienveillante aux ennemis du Pape : les débuts

Pourquoi l'Angleterre ? Parce qu'Edouard VI n'est autre que le fils du roi Henri VIII. En 1534, via l'Acte de suprématie, ce dernier rompt avec le pape de Rome qui l'empêchait de divorcer, et s'auto-déclare en prime Chef de l'Eglise d'Angleterre, dite Anglicane. A Londres, terre d'accueil de tout ennemi du Pape, des réformateurs, hollandais, vaudois et français, se retrouvent dans un même lieu de culte accordé par Charte Royale, signée le 24 juillet 1550 et conservée par l'Eglise Hollandaise de Londres. Une cohabitation vite mise à mal par d'évidents problèmes de communication ; la communauté française s'installe alors à Threadneedle street. Détruit en 1666 par le grand incendie de Londres, le temple est reconstruit en moins de trois ans et permet d'accueillir une congrégation de plus de mille personnes, illustrant le dynamisme de la population huguenote. Il demeurera leur principal lieu de culte jusqu'en 1841.

La grande vague du XVIIem siècle : 50 000 réfugiés et 48 temples protestants

Les vagues d'émigration en Angleterre suivent les vicissitudes des troubles religieux en France et de l'attitude plus ou moins bienveillante des souverains britanniques à l'égard de ces réfugiés, qui enrichiront d'ailleurs le vocabulaire anglais du vocable ?refugee'. Au temps de Louis XIV, le pic des persécutions en France avec les dragonnades (1681) entraine un exode massif de 40 000 à 50 000 huguenots en terre anglaise. Vers 1700, on compte 28 temples à Londres et plus de 20 notamment au sud de l'Angleterre, sur les voies empruntées par les réfugiés. A ce jour, une chapelle de Canterbury Cathedral demeure lieu de culte huguenot.

Spitafields pour les soyeux et Soho pour les horlogers et orfèvres

A Londres, Spitafields devient le grand centre textile huguenot où se développera le tissage de la soie. La soie importée de Nîmes donnera d'ailleurs le mot « denim » en anglais. A Soho, se concentrent surtout horlogers et orfèvres, une présence illustrée par Hogarth dans sa série « Times of the Day ». Fournier Street ou Fleur de Lys Street à Spitafields, Romilly Street à Soho? les noms des rues rappellent encore la forte présence huguenote, et au Victoria and Albert Museum, sont conservés de superbes exemples d'artisanat comme de somptueux brocards ou des horloges étonnantes.

Architecture, ferronnerie d'art, ébénisterie, mais aussi banque, droit et assurances

L'influence des Huguenots en Angleterre est durable et transforme profondément la société anglaise. Au-delà de leur contribution artisanale et commerciale, leur apport est aussi financier et culturel. Ainsi, les plus grands monuments anglais, tels Hampton Court ou la cathédrale Saint-Paul, sont ornés de la ferronnerie de Jean Tijou, toujours visible. Dans le Northamptonshire, sous le patronage de Ralph, duc de Montagu, peintres, ébénistes et tapissiers huguenots se succèdent pour faire de Boughton House une demeure telle, qu'elle gagne le surnom de « Versailles anglais ». Au-delà de l'artisanat, citons aussi John Houblon, premier gouverneur de la Banque d'Angleterre, de Romilly, chantre de la réforme de la Criminal Law ou de Minet dans les assurances. Indissociables de l'histoire britannique, les Huguenots illustrent avant tout l'intégration exemplaire d'une communauté de réfugiés? Un sujet qui a des résonnances particulières aujourd'hui !

Le temple de Soho Square et sa bibliothèque pleine de trésors

Aujourd'hui, ce temple, conçu en 1891 par Sir Aston Webb - architecte du Victoria et Albert Museum ou de la façade de Buckingham Palace par exemple - et inauguré en 1893, continue d'abriter la communauté francophone protestante de Londres, soit quelques centaines de personnes. Bâtiment classé et lieu de culte, il a la spécificité de conserver les archives et livres anciens hérités du temple originel de Threadneedle street, récipiendaire de près de 500 ans de cette extraordinaire histoire : des sermons originaux manuscrits de Calvin aux Chartes Royales octroyées pour l'ouverture de nouveaux temples, en passant par les minutes des réunions de Consistoires qui permettent de retracer la vie d'une communauté face aux vicissitudes de l'histoire. Les histoires les plus touchantes prennent alors corps à la lecture des listes des collectes effectuées dans les églises de Londres pour l'accueil de ces réfugiés venus de France et dans les dons distribués pour soulager ceux qui ont souvent dû fuir en laissant leurs biens derrière eux?

A LIRE AUSSI : Le dernier entrepôt de tissus à Spitafields, ou les dépositaires de la tradition textile 

Angélica Tarnowska et Bénédicte Fougier (www.lepetitjournal.com/londres), le 1er mai 2017

PRATIQUE :

* Le 23 mai à 10h, visite gratuite du Temple de Soho Square, pour 10 à 12 personnes, menée par Bénédicte Fougier, historienne à l'enthousiasme contagieux. Pour découvrir ce joyau architectural méconnu et insoupçonnable de l'extérieur, envoyez un mail à l'adresse suivante : londres@lepetitjournal.com / Tirage au sort le 12 mai prochain. 

Conçu par Aston Webb, le temple est magnifique ! Empruntant des éléments romans, antiques et gothiques, il a pourtant une admirable unicité de caractère, grâce à l'utilisation de la brique et de la terracotta. Après l'exploration du temple, la visite se poursuivra par la découverte des collections uniques de livres et d'archives (remontant au XVIem siècle), témoins de l'histoire des réfugiés huguenots, et par la petite salle muséale, consacrée à l'histoire du temple pendant la seconde guerre mondiale. Eglise Protestante Française de Londres ? Soho Square 

* Visite de l'est huguenot, le 2 mai, à 14h, rendez-vous devant Christ Church, participation de £10. Ces tours ont lieu de mai à octobre, les 1ers mardi du mois et sont conduits par l'association très active Huguenot of Spitafields () Elle organise aussi des visites d'une journée entière hors de Londres, à Faversham le 3 juin prochain, à Norwich, le 17 juin et à Sudbury le 17 juillet. Pour plus d'informations, contactez Charlie de Wet au 0207 247 0367 ou par mail à info@huguenotsofspitalfields.org

* Dennis Severs' House, 18 Folgate Street, Spitafields, E1 6BX. Cette maison semble avoir été quittée par ses propriétaires soyeux à l'instant, cheminée et chandelles sont allumées, le dîner à demi-consommé sur la table, rythmé par le tictac de l'horloge et le chant d'un canari. Sa visite est une expérience unique, une plongée dans la vie quotidienne du XVIIIem siècle et s'effectue en fin de journée (de 17h à 21h) les lundi, mercredi et vendredi, pour £15 par personne. http://www.dennissevershouse.co.uk/

* Hampton Court Palace (peintures, mobilier, ferronnerie)
http://www.hrp.org.uk/hampton-court-palace/

 

lepetitjournal.com londres

Lepetitjournal Londres

Média de référence des français et francophones de la capitale britannique. Actu, bons plans, bonnes adresses...
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet