Lundi 20 janvier 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Cinq bonnes raisons d’aller au Battersea light festival

Par Martin Leduc | Publié le 07/01/2020 à 18:08 | Mis à jour le 09/01/2020 à 13:48
Photo : Battersea power station
Battersea Festival des lumières Londres light parc power station

De très nombreuses personnes redoutent le mois de janvier. Il fait froid, nuit très tôt et les fêtes sont passées. Bref, c’est la déprime. Pour combattre ce petit blues hivernal, LePetitJournal.com vous a dégoté cinq bonnes raisons d’aller à l’un des événements de ce début d’année à Londres, le Battersea Light Festival.

 

1 – C’est gratuit

Première bonne raison, et pas des moindres ! Londres est une ville où la vie est très chère. On le sait avant d’arriver, mais ça pique quand il faut sortir £4,90 pour un simple ticket de métro acheté à l’unité dans un distributeur.
Alors rien de plus satisfaisant que de pouvoir sortir et s’amuser à moindre coût, et en l’occurrence, au Battersea Light Festival. Cet événement est totalement gratuit. C’est la première édition, et elle dure du 8 janvier au 16 février.

 

2 – C’est idéal pour lutter contre la déprime hivernale

Ça y est, les fêtes sont passées. Vous avez tous vécu de très bons moments avec vos familles et amis, et maintenant, c’est fini. Plus d’objectif immédiat, plus de raison d’être impatient. En plus de ça, janvier et février sont des mois très froids et très sombres, puisqu’il fait nuit dès 16h à Londres.

Mais pas de panique ! Pour au moins quelques heures, vous oublierez tout ça tant le festival à l’air fait pour lutter face au coup de blues du début d’année.

Une œuvre en particulier semble née pour ça. Il s’agit d’Eternal Sundown, par Mads Vegas. Comme son nom l’indique, l’œuvre veut montrer un coucher de soleil éternel. Aussi, elle rappellera aux spectateurs que peu importe à quel point la nuit est noire, et l’hiver, long, le soleil reviendra.

 

3 – C’est interactif

Ras le bol de ces musées où l’on ne peut que regarder ? Ils ont beau être très intéressants, vous, ce que vous voulez, c’est interagir avec les œuvres.

Coup de bol ! Deux des cinq œuvres présentées disposent de ce genre de mécanisme. C’est le cas de Action Reaction 2.0, de Sjimme Veenhuis, pour lequel des milliers de boutons servent à actionner pléthores de lumières de différentes couleurs. Talking Heads de Viktor Vicsek, une autre œuvre présentée n’est pas interactive avec le public, mais avec elle-même. Il s’agit de deux têtes qui, grâce à leurs 4000 led chacune, se montrent mutuellement des dizaines d’émotions différentes, et réagissent au sentiment dévoilé par l’autre tête.

 

4 – Les artistes ne sont pas des anonyme

Les cinq œuvres présentées ont toutes été pensées et formées par des artistes professionnels.

Mads Vegas par exemple, l’artiste d’Eternal Sundown a près de 20 ans d’expérience. Il a exposé à Copenhague et dans de nombreux défilés de mode, pour Levi’s, notamment.

Le collectif Tropism Art & Science Fondation exposera très prochainement au Canada, et était à Amsterdam en décembre 2019. Si vous souhaitez plus de renseignements sur les artistes, ils sont disponibles ici.

 

5 – Le cadre est magnifique

Situé proche du site de l’ancienne usine de production d’électricité, le festival est aussi juste à côté d’un magnifique parc, le Battersea park. Idéal pour une balade, il est l’un des parcs londoniens dans lesquels on se sent vraiment hors de la ville. Le lieu donne également l’occasion de louer un kart à pédales ou un vélo, et d’admirer quelques animaux que vous ne voyez pas tous les jours dans le Battersea park children’s zoo.

Alors pourquoi ne pas y passer la journée avant d’admirer les oeuvres lumineuses ? Le moment promet d’être infiniment poétique. Des centaines de couleurs différentes dans une nuit noire, ça a de quoi faire rêver non ?

 

Du 8 janvier au 16 février, Battersea Light Festival, Circus West Village at Battersea power station. Prendre la District Line et s’arrêter à Sloane Square, puis marcher. Gratuit.

 

Martin Leduc - Etudiant en journalisme à Montpellier, dans l'Hérault. Passionné par un rien, amoureux de la nature.

Martin Leduc

Etudiant en journalisme à Montpellier, dans l'Hérault. Passionné par un rien, amoureux de la nature.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Stockholm Appercu
DÉCOUVERTE

Comprendre et voir les aurores boréales

Les pays scandinaves sont proches des pôles, l’occasion rêvée pour les chasseurs d’aurores en herbe que nous sommes. Dans cet article, on se penche sur le phénomène des aurores boréales...

Sur le même sujet