Samedi 29 janvier 2022
TEST: 2269

Brexit : Pas d’accord commercial avec les USA cette année

Par Benjamin Wettling | Publié le 23/07/2020 à 17:23 | Mis à jour le 23/07/2020 à 18:36
Photo : Wikimédia Commons
accord commercial délai UK USA

Entamées il y a un peu plus de deux mois, les négociations portant sur un accord commercial entre le Royaume-Uni et les USA, qui devaient se conclure à la fin de l’été, s’enlisent de plus en plus.

Nous vous en parlions il y a déjà plusieurs semaines, le Royaume-Uni avait entamé des négociations avec les Etats-Unis dans l’espoir de parvenir d’ici la fin de l’été à un accord commercial, et sécuriser ainsi un partenariat économique essentiel au renouveau des accords commerciaux britannique post-Brexit. Des pourparlers érigés en véritables « clef de voûte » du projet Johnson par les hard Brexiters qui y voient une alternative concrète au marché unique Européen.

Pourtant, à l’instar des discussions menées avec Bruxelles, les négociations avec Washington patinent, et le gouvernement britannique a perdu tout espoir de trouver un accord avant les élections présidentielles américaines prévues pour le mois de novembre 2020. C’est également l’opinion dominante outre-Atlantique, où les autorités estiment « très peu probable » de trouver un accord avant novembre.

Et pour cause, si ces accords commerciaux avaient pour objectif principal de gonfler les exportations britanniques sur le marché américain et de faire pression sur l’Union Européenne, le gouvernement Johnson n’est pas prêt à toutes les concessions pour y parvenir, notamment sur les normes environnementales et sanitaires. Si Washington espère un accès au marché britannique pour ses produits alimentaires, Johnson et son gouvernement n’ont aucun intérêt à céder à cette requête. Tout d’abord pour une question de concurrence avec le marché domestique : la réglementation sanitaire et environnementale n’étant pas la même aux Etats-Unis, l’élevage porcin coûte deux fois plus cher au Royaume- Uni qu’en Amérique. Mais c’est surtout la question des normes sanitaires qui se posent : l’Etat britannique ne souhaite pas voir déferler dans ses magasins de produits génétiquement modifiés ou bourrés d’antibiotiques et d’hormones en tout genre. Dur dans ces conditions de voir les négociations s’accélérer. 

 

Pour ne rien perdre de l'actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Benjamin Wettling journaliste Londres

Benjamin Wettling

Étudiant en 3ème année à Sciences Po Aix. Passionné du septième art, mais pas quand c'est Neymar qui fait son cinéma à la Coupe du Monde.
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet